10 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


23/01/2001 • 19h03

On ne prête l’UMTS qu’aux riches (1/2)

Le cataclysme financier qui se prépare dans le monde des télécoms européens, "rançonnés" par l’UMTS, va aboutir à une concentration du secteur.


Transfert
Article lié : Interview de Lars Godell en 3 questions
"L’UMTS, c’est comme Winnie l’Ourson"

Analyste chez Forrester Research, Lars Godell est l’auteur de l’étude Europe’s UMTS Meltdown. Publiée en janvier 2001, elle prophétise une débâcle financière et une concentration des télécoms en Europe.

Janvier 2001 : l’analyste Lars Godell, de la société d’études Forrester Research, jette un pavé dans la mare des télécoms européens. Il publie un rapport qui fait tache dans le pays des merveilles de l’UMTS (lire son interview). Selon ce Norvégien, ce n’est pas la technologie qui est en cause, mais le montant des investissements consentis par les opérateurs. Ces derniers n’ont pas pris en compte l’inéluctable diminution de leurs marges dans un contexte concurrentiel accru.

"L’Internet mobile ne financera pas l’UMTS, argumente-t-il dans son rapport. La consommation et les abonnements de l’Internet mobile, en plein essor, ne pourront compenser un déclin de 36 % des revenus traditionnels (des opérateurs de télécommunications), entraînant une chute de 15 % des recettes moyennes par utilisateur d’ici 2005. Les bénéfices d’exploitation vont disparaître en 2007 et ne reviendront pas avant six ans, provoquant d’énormes faillites et une concentration massive de l’industrie (des télécommunications)."

Licences : trop chères

Les dérapages financiers commencent avec l’attribution des licences dès l’an 2000. L’euphorie netéconomique bat son plein ; les cours des opérateurs flambent ; et l’Internet mobile semble à portée de main. Les gouvernements fantasment sur les recettes des enchères organisées en Grande Bretagne, qui ont rapporté à l’Etat 37,5 milliards d’euros (245 milliards de francs) pour cinq licences. En Allemagne, les six licences, également cédées au plus offrant, ont été cédées pour une somme cumulée de 50,5 milliards d’euros. L’Autorité de régulation française a prudemment choisi un concours – même s’il y aura a priori autant de candidats que de licences fin janvier, date limite de remise des dossiers.

Mais les prix restent élevés. Martin Bouygues, l’un des quatre candidats UMTS, mène la jacquerie, en publiant des tribunes énervées dans la presse (1) : "La France a retenu le concours de beauté mais a fixé un montant de 130 milliards de francs à payer par les quatre opérateurs, soit au total une charge supérieure à celle que devront payer les opérateurs anglais, compte tenu du coût de déploiement français et de la durée respective des licences." À quoi fait-il allusion ? À la faible densité de peuplement française, qui empêche de rentabiliser rapidement les investissements de réseau, et à la durée de 15 ans de la licence (25 ans en Grande-Bretagne). En définitive, explique-t-il, la licence constitue une telle barrière financière à l’entrée du marché de l’UMTS, qu’elle va à l’encontre de l’objectif concurrentiel posé par la Commission européenne : favoriser l’émergence de nouveaux opérateurs.

À la calculette

Selon Luc Jeunhomme, ingénieur-conseil spécialiste des télécoms chez BNP-Paribas, ces arguments ne tiennent pas la route et les licences françaises ne sont pas aussi chères que cela. Pour en arriver à cette conclusion, il s’est livré à quelques calculs. Il a rapporté le prix des licences au nombre d’habitants dans le pays et à la durée de validité des concessions. Puis il a pris en compte l’échelonnement des paiements – sur 15 ans en France. Résultat : l’UMTS allemand et britannique coûtent les yeux de la tête, dans les 30 euros (200 francs) par mobinaute ; le néerlandais est une occase, à 10 euros (56 francs) ; l’italien et le français, à 20 euros (130 francs), sont dans la moyenne.

"Je ne dis pas que le prix français est "raisonnable", justifie l’analyste, dont la banque est l’un des grands créditeurs des opérateurs pour l’UMTS en France. Simplement, il faut rester objectif. Par exemple, l’obligation de couverture n’est pas fixée par rapport au territoire, mais par rapport à la population. La densité de peuplement n’est donc pas un problème." Sauf , bien sûr, pour les habitants des zones qui ne seront justement pas couvertes… Mais c’est une autre histoire.

Certes. Bouygues fait sans doute œuvre de lobbyiste en déposant une plainte à la Commission, en hurlant à la mort des "petits". C’est d’ailleurs une posture qui lui est familière depuis ses premiers pas dans la téléphonie mobile, avec le GSM. Or Bouygues est toujours vivant et en bonne santé, fait remarquer avec une ironie non dissimulée un observateur des télécoms. Là n’est pas la vraie question. On peut se demander, en revanche, pourquoi les gouvernements européens ont eu la main si lourde avec l’UMTS, alors que les licences GSM étaient gratuites ou presque. 32,5 milliards de francs pièce, contre zéro hier. (À suivre demain)

(1) Les ...chos

, 4 décembre 2000, "Impôts mortels dans le téléphone"

Le Monde

10 mai 2000, "Mortelles enchères dans le téléphone"

L’article de l’uZine,
http://www.minirezo.net/article337.html
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse