25 10 2021
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


1er/08/2001 • 18h50

« Nous pourrons choisir les qualités génétiques de nos enfants »

archmag16
Président des Extropiens, Max More, 41 ans, expose la pensée du mouvement qu’il a initié en 1991. Entre science-fiction, technologies de pointe et rêves de puissance, ce « philosophe-consultant-futuriste » déroule une rhéthorique inquiétante.

Pourquoi avez-vous créé l’Institut d’Extropie ?

J’ai créé l’Institut en 1991 pour regrouper les gens qui partageaient nos idées : l’accroissement de la longévité, l’augmentation de l’intelligence, le dépassement des limites de la condition humaine... À l’époque, cela semblait de la science-fiction mais, depuis, les progrès dans ces différents domaines ont été énormes. Pour nous, il s’agit maintenant de réfléchir aux enjeux et aux difficultés qui peuvent apparaître. Au lieu de dire : « Regardez ce qui peut se passer », nous en sommes à : « Quand ces choses vont arriver, comment allons-nous gérer cela ? Comment préparer notre culture à ces changements ? » Nous devons également nous soucier de l’opposition et des craintes que les technologies réveillent chez certains. Il est très simple de donner une image terrifiante du futur. Il est plus difficile d’être créatif et de penser l’avenir de façon positive.

Quelle est cette « entropie » que vous combattez ?

L’entropie prend de nombreuses formes. La principale est, à nos yeux, la mort et le vieillissement. Nous pensons que l’espérance de vie humaine peut être considérablement allongée, comme cela a été réussi en laboratoire pour plusieurs espèces animales. Bientôt, nous pourrons vivre plusieurs siècles. Mais cette idée fait peur aux gens. Pourtant, vivre plus longtemps signifie aussi vivre mieux. La société elle-même pourrait s’en trouver améliorée. Les crimes violents, par exemple, sont surtout commis par les jeunes : on les utilise également pour mener les guerres, parce qu’ils se soucient moins du futur et de la longévité. Des gens plus vieux, mais en bonne santé, trouveraient d’autres moyens de résoudre les différends et il y aurait moins de conflits. Autre exemple : la protection de l’environnement. Si vous vivez plus longtemps, vous serez plus concernés par l’avenir, car ce ne sera plus seulement celui de vos enfants, mais aussi le vôtre. C’est que l’on pourrait appeler l’état « d’ultra-maturité ».

Vous parlez de « transhumanisme » et de « posthumanisme ». Comment les définissez-vous ?

Nous n’atteindrons l’état de posthumanisme que lorsque nous aurons profondément changé la condition humaine et que nous n’appartiendrons plus à la même espèce. En gros, ce qui fait de nous des humains réside dans nos gènes. Si l’on changeait la façon dont ces gènes sont structurés ou la façon dont ils sont programmés, par manipulation génétique ou en rapprochant l’homme et l’ordinateur, on pourrait dire que nous sommes devenus « posthumains ». Nous serions une espèce différente. Le terme de « transhumanisme » désigne plutôt le mouvement vers ce stade, une phase transitoire dont on ne peut pas donner de définition rigide. D’une certaine façon, nous sommes déjà des transhumains. Nous portons des lentilles de contact, des pacemakers, des prothèses pour les hanches... À mesure que nous utilisons ces technologies, non seulement pour corriger des défauts humains, mais aussi pour augmenter nos capacités, notre intelligence, notre mémoire et notre longévité, nous avançons dans les différentes étapes du transhumanisme.

Que voulez-vous exactement améliorer chez l’Homme ?

Il faudrait totalement remodeler le cerveau pour améliorer notre mémoire, par exemple, mais aussi notre capacité de concentration, de création... De même, il faudrait changer certaines réactions humaines « naturelles » comme la peur de l’inconnu, la xénophobie et la réticence face à la nouveauté qui, je pense, ont des origines culturelles. Les changements peuvent être physiques, grâce à l’emploi des nanotechnologies. Par exemple, on pourrait tisser dans les os de notre crâne des molécules de diamant afin de devenir pratiquement indestructibles. Nos cerveaux sont aujourd’hui très vulnérables, alors qu’avec des nanofibres de diamant, un camion vous roulant sur la tête ne serait qu’un inconvénient mineur. Nous pourrions aussi améliorer notre système immunitaire afin qu’il réponde plus vite aux nouvelles maladies. En gros, il s’agit de « débuguer » le corps et l’esprit et d’y ajouter de nouvelles fonctionnalités.

Deux scientifiques ont récemment annoncé leur intention de cloner des humains. Quelle est la position des Extropiens ?

Le clonage ne m’intéresse pas particulièrement. Je n’ai pas envie d’avoir un clone de moi-même. Je préfèrerais avoir un enfant génétiquement modifié, auquel j’aurais donné tous les avantages possibles. Je ne suis pas assez orgueilleux pour penser que mes gènes sont les meilleurs.

Selon vous, les bébés génétiquement modifiés sont déjà d’actualité ?

Nous n’en sommes pas si loin. La première chose que nous verrons, et qui est déjà en cours, est la modification génétique pour corriger des défauts et certaines maladies. Dans ce domaine, la science progresse très vite : on connaît déjà les gènes responsables de la schizophrénie, de la dépression, de l’alcoolisme, des maladies cardio-vasculaires, etc. Au-delà de cela, on pourra bientôt faire des choix d’ordre « cosmétique » pour ses enfants. On pourra, par exemple, décider de leur taille. Comme une petite taille est un désavantage dans notre culture, vous pouvez avoir envie d’éviter cela à votre enfant. Mais l’avancée la plus importante sera la possibilité de lui donner une plus grande intelligence, des capacités musicales, artistiques, philosophiques améliorées, une grande stabilité émotionnelle, davantage de force physique. En gros, lui permettre d’être brillant dans tous les domaines afin qu’il puisse choisir lui-même ce qu’il veut devenir. On sait déjà faire des chromosomes artificiels et l’on pourrait imaginer une sorte de cartouche qui serait, par exemple, une 24e paire de chromosomes préfabriqués, que l’on pourrait insérer dans un fœtus en développement. Toute la beauté des chromosomes artificiels, c’est qu’ils permettent de contourner l’une des principales objections contre les manipulations génétiques humaines : il ne serait pas acceptable de modifier un enfant qui va transmettre ses chromosomes à toute sa descendance. Or, les chromosomes artificiels peuvent être activés après la naissance. On pourrait donc attendre que l’enfant atteigne sa majorité et le laisser choisir que ces chromosomes supplémentaires s’expriment ou non.

Votre philosophie est extrêmement élitiste et les « améliorations » dont vous parlez ne seront accessibles qu’à une petite partie de la population...

Aucune nouvelle technologie n’a jamais été accessible à tous. S’il en avait été autrement, on en serait encore à l’âge de pierre. L’automobile est un exemple parmi d’autres. Je souhaite bien sûr que toutes ces technologies soient les plus démocratiques possibles, mais je ne pense pas que l’on puisse les stopper ou les ralentir, simplement parce que tout le monde ne peut y avoir accès. Les gens les plus éduqués auront plus de facilités à s’en emparer, mais elles se répandront de plus en plus vite grâce aux progrès que l’on fait dans le domaine de la communication et grâce à la rapide baisse des prix.

Et que deviendront ceux qui ne souhaiteront pas faire partie des humains « améliorés » ?

Cela ne nous pose bien sûr aucun problème. Personne ne doit être forcé à utiliser quoi que ce soit. Aux ...tats-Unis, nous avons par exemple les Amish, un groupe religieux qui restreint depuis des années l’usage de certaines techniques afin de préserver leur équilibre social. Pour faire un parallèle, il y aura sûrement des « Humanish » qui auront choisi d’être strictement humains, de ne pas avoir recours aux manipulations génétiques, de ne pas augmenter leur intelligence, de ne pas vivre plus longtemps. Ce sera un choix personnel. On peut montrer, expliquer, informer, mais on ne peut forcer personne.

Mais si l’élite se mue en classe « d’humains supérieurs », comment sera-t-il possible de résister à la pression sociale et de refuser de faire de même ?

Il est certain que cette pression existera. Si vous êtes employeur, préfèrerez-vous embaucher une personne très brillante qui a un intellect avancé et contrôle bien ses émotions ou une personne non-améliorée, qui agit de façon irrationnelle et a du mal à se concentrer ? La pression sera la même que celle qui pousse les gens à faire de bonnes études, ce qui est, dans l’ensemble, plutôt sain. En revanche, si vous êtes prêt à renoncer à certaines choses, comme les Amish, vous pourrez vivre autrement. Les gens formeront probablement différentes sociétés, différentes sous-cultures, qui permettront de préserver leur liberté de choix. Enfin, si nous migrons vers d’autres planètes ou des univers de réalité virtuelle, il y aura plus d’opportunités pour les gens de former leur propre communauté.

Concrètement, comment appliquez-vous les principes extropiens dans votre vie de tous les jours ?

Je fais tout ce que je peux pour vivre plus longtemps. Je fais de l’exercice et de la musculation tous les jours. Je suis un régime alimentaire faible en graisses. J’ai également un programme personnalisé que j’ai fait faire sur mesure par la clinique Kronos, dans l’Arizona. Ces médecins mesurent 150 variables physiologiques et vous donnent une idée très précise de l’état de votre corps et de votre âge « fonctionnel ». Ils établissent ensuite un programme personnalisé pour compenser vos manques avec une combinaison de vitamines et autres, que l’on réajuste tous les six mois. Dans l’ensemble, je suis en bonne forme mais je craignais, notamment, les risques de crise cardiaque, car c’est ce dont sont morts mon père et mon frère.

Vous avez également pris des dispositions pour être cryogénisé...

La cryogénisation, c’est plutôt une sorte d’assurance dont j’espère ne jamais avoir besoin. J’ai été le premier à prendre ce genre de dispositions en Europe, en 1986. En gros, le contrat dit que si je suis déclaré mort légalement, alors une société américaine congèle mon corps en abaissant progressivement la température jusqu’à -160° et me vitrifie en remplaçant mon sang par une solution synthétique qui ne cristallise pas dans la glace. Le corps peut ainsi être conservé des siècles, jusqu’à ce que l’on ait trouvé un remède technologique à la maladie dont je serai mort. Je préfère ça que d’être mangé par les asticots...•

Le site de Max More:
http://www.maxmore.com Le site de Natasha Vita-More:
http://www.natasha.cc
 
Dans la même rubrique

16/09/2001 • 12h10

Vous avez dit 3 D ?

16/09/2001 • 12h02

La navigation à vue

15/09/2001 • 18h33

320 000 utilisateurs de napster

15/09/2001 • 18h32

Flash intime

15/09/2001 • 18h26

La béchamel de Guillaume
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse