19 09 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


23/02/1999 • 13h04

Nicholas Negroponte : "la France est un pays vieux et borné ?"

Interview avec le directeur du prestigieux MediaLab n’en revient pas du mal de la France à rattraper son retard en matière technologique.

En 1985, Nicholas Negroponte était traité de " charlatan ". On lui reprochait d’avoir créé, au sein du prestigieux Massachusetts Institutes of Technologie, un laboratoire consacré à la recherche sur les nouvelles technologies numériques et le multimédia. Aujourd’hui, cette industrie pèse désormais des dizaines de milliards de dollars. Tout sourire, costard rayé gris et chaussures cirées, Nicolas Negro Ponte est un homme convaincu. Qu’on puisse ne pas être totalement de son avis le laisse pantois. Et quand il fait visiter son labo, il annonce :

" Regardez bien, explique-t-il. Ici, vous avez ce qui est aujourd’hui presque banal et nous a fait traiter de fou. Là, vous avez ce qui nous fait traiter de fous aujourd’hui mais sera banal dans dix ans... "

Quand vous avez créé le Medialab, pas mal de personnes vous ont dit que vous étiez fou. Que disent-ils aujourd’hui ?

Nous avons été pas mal ridiculisé au début du MediaLab, et le mot " charlatan " était souvent utilisé pour me décrire. Très peu de personnes pensent aujourd’hui que le MediaLab est stupide, le multimédia est, après tout, une industrie de plusieurs milliards de dollars, mais certains restent réticents à notre style, car nous ne suivons pas les dogmes rigides académiques. Ils nous trouvent trop spectaculaires ? Franchement, nous sommes passés des fous du roi à membre à part entière de l’establisment trop rapidement. C’était beaucoup plus drôle d’être considéré comme des charlatans que comme des établis ?

D’après vous, quelle est la principale réussite du MediaLab sur ces dernières années ?

La nouvelle façon de regarder l’informatique, beaucoup plus tourné vers les gens, avec plus de richesse dans les sensations, et un effort pour améliorer les interfaces. Je pourrais lister des brevets, des publications, des produits, qui sont des objets prouvant notre succès, mais la vraie réussite c’est l’état d’esprit.

La plupart des membres du Lab sont très jeunes.

Je ne me souviens pas des chiffres exacts, mais disons que l’âge moyen est de 23 ou 24 ans. Mais certains ont 16 ans ! J’aime décrire mon boulot comme celui de quelqu’un qui doit gérer une société avec un turn-over de 20 % par an. Mais dans mon cas les nouveaux 20 % ont toujours entre 20 et 24 ans. Je vieillis, mais les autres restent jeunes.

Vous parlez de révolution numérique, mais les deux tiers de la planète n’ont pas accès à cette révolution. Et même dans les pays développés, les ordinateurs ne sont pas encore partout.

Vous devez comprendre l’exponentialité pour vraiment appréhender le phénomène, et sa vitesse. Le Tiers-monde devrait même devenir numérique plus vite que certains coins du vieux monde car ils n’ont pas à s’encombrer de l’histoire (et par exemple de systèmes téléphoniques anciens) et leur population est plus jeune, donc plus adaptable. Bien sûr, nous devons baisser le prix des télécommunications et des ordinateurs. Un programme international pourrait aider à cela. Mais la force la plus importante est l’état d’esprit.

Je dis cela parce que la France est le pays le moins numérique que je connaisse. Votre minitel était génial, mais il n’a pas évolué. Le faible équipement des foyers français, même s’il augmente, est un crime et vos petits-enfants ne vous le pardonneront pas. Votre société est relativement vieille, bornée, et allergique au changement. Et en général vous ne prenez pas la jeunesse au sérieux. Je vous dis cela, mais j’aime la France, j’y vis autant que je peux, car votre style de vie lui est parfait.

N’avez-vous pas peur que les gens perdent le sens des réalités avec le numérique ? Et comment voulez-vous que les gens s’habituent à de tels changements, si rapides ?

La question est classique : les capacités humaines s’atrophient-elles quand une machine fait quelque chose à la place de l’homme ? Ou, autrement, les voitures ont-elles rendu les gens gros ? Je n’écris jamais à la main, mon orthographe n’est pas terrible, je ne connais pas par cœur mes tables de multiplications après 12 fois 12. Je suis en ligne tout le temps et reçois plus de 100 messages par jour, minimum. Je n’ai pas de bureau au MediaLab et suis tout le temps en voyage, enchaînant les destinations à toute vitesse. Comment je fais ? Chacun sa manière. C’est le genre de décision qui ne peut-être prise pour les autres. Mais une chose que nous avons observé, c’est que l’habileté des enfants augmentait quand ils utilisaient beaucoup Internet.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse