06 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


3/04/2000 • 20h18

Net2One : agent chercheur, ou pilleur ?

Net2One, site qui redirige les internautes vers des articles publiés sur d’autres sites de presse, est au centre d’une polémique : les éditeurs l’accusent de pillage et viennent de publier une "Charte de l’édition électronique" qui interdit de telles pratiques.

C’est le jeune PDG le plus médiatique du Landerneau multimédia. Jérémie Berrebi, 21 ans, star d’Envoyé Spécial et de toute émission sur la Net économie. Si jeune, si riche... C’est aussi le patron d’une des start-ups les plus contestées du milieu : accusé de pillage par des éditeurs de presse (et pas des moindres : Le Monde, Les ...chos, etc.), Berrebi a décidé, en fin de semaine dernière, d’enlever de son site les références à plusieurs grands noms de la presse française.

L’affaire est de longue haleine. Net2One, société spécialisée dans la délivrance d’information à la carte, offrait depuis plusieurs mois un service sur mesure : la possibilité de se concocter un menu d’articles puisés dans les médias en ligne, et de recevoir quotidiennement les liens vers les pages en question, par e-mail, messagerie instantanée (style ICQ), ou sur un Palm Pilot. Seul hic (mais de taille !) : Net2One n’avait pas vraiment fait les choses dans les règles, reprenant des titres et chapeaux d’articles sans toujours avoir l’autorisation des éditeurs... La société se contentait d’envoyer un petit courrier électronique de demande d’autorisation aux médias concernés. En cas d’absence de réponse, la politique appliquée était pour le moins cavalière : leur silence valait approbation !

Mais les éditeurs de contenu se sont réveillés  : ils s’estiment "pillés", et demandent des explications. Ils ont publié une "Charte de l’édition électronique" et s’affirment prêts à traîner en justice le pillard... "Ils veulent ma mort, assure Berrebi. Mais certains d’entre eux refusent même de me parler au téléphone...

Comment discuter ?"

Net2One a donc sorti de son moteur de recherche les sites des signataires, tous membres du GESTE (Groupement des éditeurs de services en ligne). Ces insurgés sont tous de grands éditeurs, des pointures du Web médiatique français  : Le Monde, Les ...chos, La Tribune, l’AGEFI, Investir, Libération, ZDNet France. L’absence de leurs articles dans la sélection de Net2One risque de porter un rude coup à la start-up.

La gratuité-repoussoir

Le modèle économique de Net2One repose sur la gratuité des contenus fabriqués par d’autres. La société ne pratique pas vraiment le "copier-coller", ce qui serait clairement répréhensible. Elle se contente d’indiquer l’emplacement des articles par un lien, reprenant le titre et le chapeau. Mais cela suffit à attirer les annonceurs, qui constituent aujourd’hui sa principale source de revenus - en attendant le développement de l’affiliation et du commerce électronique.

Ceux qui paient des journalistes pour produire l’information l’ont mauvaise. Comment un petit jeune à la tête d’une boîte, créée il y a moins de deux ans, peut-il aussi impunément gagner de l’argent par la magie du lien hypertexte  ? Les capitaux-risqueurs l’ont déjà royalement gratifié de 10 millions de francs l’été dernier, et un deuxième tour de table est en cours.

"Avec cette logique consistant à dire que tout est gratuit sur Internet, nous, on met la clef sous la porte !, proteste Michaël Boccacci, directeur du marketing et du développement au Monde Interactif. Il ne restera plus que l’AFP... La problématique de fond, c’est que faire de l’info, ça a un coût." Au demeurant, le signataire de la charte est plutôt admiratif du travail de Jérémie Berrebi, PDG-fondateur de Net2One : "Nous le citons en exemple parce qu’il fait beaucoup parler de son entreprise, et parce qu’il est celui qui a le mieux industrialisé son système. Je n’ai rien contre lui."

Tête de turc

Lorsque les éditeurs ont commencé à réfléchir sur une charte, l’été dernier, ce sont les intranets des entreprises qui les avaient alertés. Les plus grands groupes français se livraient à la reproduction sauvage d’articles, postés sur leur réseau interne. Les ventes du Monde n’ont pas baissé en direction de ces entreprises, concède Michaël Boccacci, parce que l’opération a servi à acquérir de nouveaux lecteurs - et non à remplacer des abonnements. Mais les journaux craignent de perdre la maîtrise de leurs contenus. Notamment ceux qui négocient actuellement les modes de rémunération des droits d’auteur pour les journalistes dont les articles sont reproduits sur le Web. Pas question de faire un faux pas dans ces négociations parfois houleuses... Pas question, donc, de voir son contenu (même un titre), reproduit et diffusé en grande série par une société commerciale, sans qu’un accord ait été signé.

Et Jérémie Berrebi, dans tout cela ? Il a l’impression d’être la tête de turc, la victime d’une campagne de presse inique : "Dès que Le Monde m’a signalé ne plus vouloir que nous reprenions les chapeaux, nous avons obtempéré. On nous a signalé qu’il faudrait ajouter le nom du journaliste à côté du titre : nous y travaillons. Mais le problème, c’est que les médias préfèrent nous massacrer sur la Jliste [une liste de diffusion journalistique] plutôt que de nous dire les choses en face. S’il y a un problème, qu’on en parle ! Je suis prêt à discuter, et je n’ai rien contre le principe de la charte. Je veux simplement qu’on cesse de nous considérer comme des pirates du Web."

Le prix du lien

Discuter, d’accord. Mais de quoi ? Certains estiment que Net2One devrait verser de l’argent aux sites qu’il référence sur son moteur de recherche. Absurde, réplique Jérémie Berrebi : "Aux ...tats-Unis, iSyndicate fait payer les éditeurs de contenus pour mentionner leurs articles ! C’est moi qui devrais gagner de l’argent. Des éditeurs m’appellent tous les jours pour être référencés, parce que j’ai plus de 100 000 abonnés et plus de 8 000 sites qui reprennent mon fil d’information. Plus de 11 000 visiteurs sont venus sur le site du Monde ce mois-ci en passant par Net2One : on leur a économisé une campagne de pub."

Cela fait doucement rire Michaël Boccacci qui ironise : "Sur 2,4 millions de lecteurs, 11 000 c’est vraiment énorme !" Ce dernier affirme avoir déjà tenté de trouver un accord négocié, quoique mollement, avec la start-up. Il imagine trois issues possibles si les négociations reprenaient. "Net2One pourrait acheter notre contenu, ou bien partager ses recettes publicitaires avec nous. À moins que l’on ne s’arrange pour un équilibre contenu contre trafic..." Jérémie Berrebi, lui, considère que ceux qui le souhaitent n’ont qu’à demander à être retirés de la liste.

Malgré ces désaccords, il faut croire que le torchon n’a pas complètement brûlé entre la start-up et les éditeurs. Ces derniers ne semblent pas entièrement indifférents au fort trafic de Net2One. "Je ne ferai pas des pieds et des mains, avance Michaël Boccacci, mais si Jérémie souhaite avoir mon contenu, on se mettra d’accord."

http://www.net2one.fr
http://www.net2one.fr http://www.isyndicate.com/
http://www.isyndicate.com/ http://www.latribune.fr/CharteEditionElectronique.pdf
http://www.latribune.fr/CharteEditi... http://www.altern.org/copains/barbares.html
http://www.altern.org/copains/barba... http://www.geste.fr/
http://www.geste.fr/
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse