16 11 2018
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


16/04/2003 • 13h20

Nanotechnologies : une loi réveille le débat éthique aux Etats-Unis

Comment éviter un rejet dans l’opinion publique ? Un enjeu de taille pour l’infiniment petit...

Le débat éthique sur les nanotechnologies refait surface, dans le cadre d’un projet de loi visant à favoriser leur essor aux Etats-Unis. Une série d’auditions et d’études présentent les dangers et bénéfices potentiels de cette science appliquée de l’infiniment petit. La loi devrait être présentée à la Chambre des représentants le 30 avril et votée dans le courant de l’année.

Le 9 avril dernier, la commission scientifique de la Chambre des représentants américaine organisait une audition pour évaluer les "implications sociétales des nanotechnologies".

Divers experts étaient convoqués pour donner leur position sur cette science de l’infiniment petit, censée révolutionner de nombreux champs d’activité, de la médecine à l’industrie, en passant par le militaire.

Risques et espoirs à la loupe

Encore balbutiantes, ces technologies utilisent les propriétés électriques, chimiques et physiques des éléments, directement au niveau des atomes. Depuis plusieurs années, ONG et scientifiques soulignent les risques potentiels liés au développement des nanotechnologies. Encore hypothétiques, ceux-ci sont à la mesure de ce qu’elles permettent d’espérer.

Devant le House Committee on Science, réuni en audition, Ray Kurzweil, un scientifique américain influent aux idées très radicales, a plaidé la cause des nanotechnologies : "Malgré les appels à suspendre les recherches sur les nanotechnologies, nous n’aurons pas d’autre choix que de relever ce défi (...) Les avancées dans les nanotechnologies et les autres technologies d’avant-garde sont inévitables." Kurzweil résumait ainsi l’état d’esprit des pro-nanotechnologies, venus mettre en garde les politiques contre toute mesure limitant la recherche.

Le projet de loi, intitulé "H.R. 766, The Nanotechnology Research and Development Act of 2003", a pour but principal "d’établir un programme national d’investissement dans la recherche et l’éducation, et d’accélérer les applications commerciales dans le secteur privé".

Le texte prévoit d’autoriser la Fondation nationale des sciences, un organisme fédéral, à accorder des crédits publics supplémentaires à la recherche nanotechnologique. Ils seront portés à 424 millions de dollars par an en 2006. En 2002, les dépenses de recherche et développement aux Etats-Unis dans la totalité du secteur étaient estimées à 604 millions de dollars.

Mises en garde répétées

Face à ce développement programmé, les mises en garde contre les dérives potentielles des nanotechnologies se multiplient. En février 2003, un rapport du Joint Centre for Bioethics de l’université de Toronto dénonçait le "fossé" qui se creuse entre la science et l’éthique dans ce domaine.

Le 14 avril, un autre document publié par l’ONG canadienne ETC Group (Action Group on Erosion, Technology and Concentration), appelle même à un moratoire mondial sur les recherches nanotechnologiques.

Parmi les dangers qu’elles pourraient représenter, figurent leurs applications militaires. L’armée américaine compte parmi les plus gros investisseurs dans le secteur. Elle envisage de nombreux débouchés, comme des nanorobots capables de détruire des blindages ennemis.

L’échelle de l’infiniment petit pose également un problème de contrôle et de transparence : des caméras, des micros et des appareils surveillance nanoscopiques, par définition invisibles, seraient par exemple une menace pour la protection de la vie privée.

La médecine envisage l’introduction de nanorobots dans le corps, ce qui pourra soulever des problèmes éthiques similaires à ceux posés par les modifications génétiques.

Le spectre de la gelée verte

Mais le scénario le plus noir mis en avant par les opposants aux nanotechnologies est celui d’une prolifération incontrôlée des nanorobots. Pour fonctionner, ces derniers doivent en effet être extrêmement nombreux et peuvent pour cela être dotés d’une capacité d’auto-reproduction. Un problème dans ce mécanisme engendrerait un risque pour l’environnement difficile à évaluer, les nanorobots n’ayant pas toujours vocation à agir dans un milieu confiné.

Ce scénario est appelé "gelée grise" et constitue la base de Prey, le dernier best-seller de science-fiction de l’Américain Michael Crichton, dans lequel une nuée de nanorobots s’échappe d’un labo et devient un prédateur envahissant.

L’ONG canadienne ETC Group souligne que les nanorobots n’ont pas encore de capacité à s’auto-répliquer. Mais ses responsables voient un danger plus probable dans la fusion en cours entre nanotechnologies et biotechnologies, qui donnerait des nano-robots hybrides, mécaniques et organiques : la "gelée verte".

"Nous avons l’opportunité de prendre en compte les possibles enjeux sociaux, légaux, éthiques et philosophiques qui naîtront à mesure que grandit l’industrie des nanotechnologies", a résumé le député démocrate Mike Honda, lors des auditions du House Committee on Science. "Des enjeux similaires ont été oubliés dans la génétique et le développement de l’internet et maintenant, nous luttons avec les questions de discrimination génétique, de vie privée et de propriété intellectuelle."

Dans son volet d’évaluation et de prévention des risques éthiques liées aux nanotechnologies, le projet de loi compte "établir un comité associant différentes agences gouvernementales, sur la recherche et développement en nanotechnologies".

Pour devancer les problèmes, le sénateur Mike Honda a proposé lors des auditions de créer "un comité consultatif composé d’experts, dont la seule responsabilité serait de gérer les conséquences inattendues, avant qu’elles ne se présentent".

L’entité chargée de cette délicate mission ne devrait pas être une nouvelle structure dédiée aux nanotechnologies mais pourrait dépendre du Council of Advisors on Science and Technology (PCAST), une instance consultative dépendant de la présidence américaine.

Soucieux que les nanotechnologies ne suscitent pas, comme les OGM, de rejet dans l’opinion publique, les politiques américains ne semblent pourtant pas vouloir changer de recette.

Communiqué de presse du House Science Committee après les auditions du 9 avril:
http://www.house.gov/science/press/...

Texte de la loi "H.R. 766, The Nanotechnology Research and Development Act of 2003":
http://frwebgate.access.gpo.gov/cgi...

Mind the Gap: Science and Ethics in Nanotechnology, en .pdf (Joint Centre for Bioethics):
http://www.utoronto.ca/jcb/pdf/nano...

Green Goo: Nanotechnology comes alive! (ETC Group):
http://www.etcgroup.org/article.asp...

Size Matters! The Case for a Global Moratorium (ETC Group):
http://www.etcgroup.org/article.asp...

 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse