06 08 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


22/02/2001 • 17h46

Municipales : faut-il fermer les sites de campagne avant le scrutin ?

Les sites de campagne des candidats aux municipales fermeront-ils à la veille du vote ? Les politiques font plancher leurs juristes.


DR
Cruelle incertitude ! À peine entré dans les mœurs politiques, Internet deviendrait-il un casse-tête de plus pour les candidats aux élections municipales dotés d’un site de campagne ? Depuis quelques jours, ils planchent en effet sur une question épineuse : que faire de leur site à la veille des scrutins (les 11 et 18 mars prochains), quand toute propagande électorale est interdite par la loi ?

Le code électoral en question


DR
Plusieurs dispositions du code électoral (voir encadré) interdisent aux candidats de continuer leur propagande électorale la veille et le jour même du scrutin. Une seule chose cloche : la loi, rédigée en pensant à l’affichage, la presse, la radio et la télévision, s’applique t-elle à Internet ? "Tout dépend si Internet est assimilé à un procédé de communication audiovisuelle. Comme l’Internet ne dépend pas du CSA [Conseil supérieur de l’audiovisuel], l’organe de contrôle du secteur de l’audiovisuel, le Réseau ne serait pas, de ce fait, une activité qui tombe sous le coup de la loi", explique Dominique Deporcq, avocat spécialiste du droit électoral. Cela signifie-t-il que le Web n’est pas soumis à ces dispositions particulières ? "Au regard des textes et de la jurisprudence, Internet est un support répandu, utilisé pour la première fois lors d’une campagne et sur lequel le législateur ne s’est pas penché. Mais la jurisprudence sur les supports de promotion écrits est transposable au Web. Il est donc plus prudent de fermer les sites des candidats avant l’élection", recommande l’avocat. Les élus vont-ils pour autant jouer la prudence ? Rien n’est moins sûr.

Monsieur Web


DR
Un petit tour du côté des staffs internet des quatre candidats parisiens donne un aperçu de leurs hésitations. Première réaction des Verts (vertsparis2001.org) : "Votre question n’est pas bête… Merci de l’avoir posée." De toute évidence, l’interrogation suscite l’intérêt de Vincent Berville, le monsieur Web du candidat Yves Contassot, qui précise dans un mail : "Je vais soumettre cette question à nos juristes pour voir ce qu’on va décider." Lors d’une conversation ultérieure, le webmestre est plus précis : "La réglementation sur le financement des campagnes constitue une indication : comme le site web fait partie des instruments de communication utilisés par notre candidat, il doit être fermé avant le vote."


DR
Du côté de l’équipe du maire, Jean Tibéri, prétendant à sa propre succession, même réaction de surprise. Patrick Rizzi, journaliste, militant qui a bricolé le site ensemblepourparis.com, s’exclame : "Ha, il va falloir que je soumette la question à d’éminents juristes. C’est vrai que ce serait peut-être mieux d’arrêter le site avant le vote. Ce ne sera pas un drame de le fermer, on connaît déjà le résultat des élections." Tiberi.com, bidouillé par le fiston du maire, disparaîtra-t-il aussi de la Toile ? Pas de réponse pour l’instant. Pas plus qu’à la cellule web de Philippe Séguin, pourtant très organisée. "On y travaille. En théorie, on fermera la veille du scrutin, on attend le retour de notre juriste pour les détails", glisse un membre de l’équipe. Seule l’équipe web de Bertrand Delanoë semble avoir pris les devants. "Nous fermerons le site le 9 mars à minuit pour le rouvrir entre les deux tours, avec les résultats du scrutin, et le refermer à la veille du second tour, soit le 16 mars à minuit", explique Hervé, le responsable du site. Une page d’avertissement ("en raison de la réglementation (...), le site est indisponible, etc.") sera affichée sur le site à l’attention des internautes électeurs.

Volonté politique ou ignorance
Ce que dit le code électoral

Article L.49 alinéa 2

À partir de la veille du scrutin à zéro heure, il est interdit de diffuser ou de faire diffuser par tout moyen de communication audiovisuelle tout message ayant le caractère de propagande électorale. Article L.49 alinéa 1er Il est interdit de distribuer ou faire distribuer, le jour du scrutin, des bulletins, circulaires et autres documents.
Mais, le 9 mars au soir, tous les sites de campagne ne s’éteindront certainement pas. Certains resteront en ligne, soit par volonté politique, soit par ignorance. Les candidats profiteront-ils de l’entre-deux tours pour relancer une mini-campagne ? À Paris, Séguin et Delanoë n’ont pas, par exemple, précisé ce qu’ils comptent mettre en ligne à ce moment précis. "La question se pose moins sur l’existence du site à la veille du scrutin que sur le contenu qu’il propose. Si, par exemple, un candidat ajoute des arguments sur son site de nature à influer, voire inverser, le résultat des élections, son opposant pourrait vouloir s’en servir pour invalider le vote", explique Dominique Deporq. Le cas de figure pourrait bien se présenter si le déçu, prêt à tout, manœuvre habilement pour contester la victoire de son opposant. En cas de litige, se basant sur un faible écart de voix, par exemple, "le juge de l’élection devra examiner si l’opposant a eu le temps de réagir, et si la nature du contenu du message publié sur le site en a eu une influence sur le vote", précise l’avocat. Internet, moyen d’invalidation d’une élection ? Les tribunaux administratifs auront peut-être à en juger.

Site perso avec quelques informations intéressantes:
http://www.cite.org/elections Le portail des collectivités locales:
http://www.marianne-village.fr/elec... Le site de Sébastien Canevet:
http://www.canevet.com Le courrier des maires:
http://www.courrierdesmaires.com/el... Plate-forme d’observation de la vie politique:
http://www.scrutin.org
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse