12 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


19/06/2000 • 12h26

Maxwell qualité Web

son
Christine Maxwell, qui devrait devenir la présidente de l’Internet Society, nourrit de nouveaux projets d’entreprise sur Internet. Son défi : mettre toute la richesse et les connaissances du Réseau à la portée de tous.

<script language=JavaScript> = 4 ) // Check for Flash version 4 or greater in Netscape document.write(’’) ; else if ( !(navigator.appName && navigator.appName.indexOf("Netscape")>=0 && navigator.appVersion.indexOf("2.")>=0)) // Netscape 2 will display the IMG tag below so don’t write an extra one document.write(’’) ; //—> <img src="http://www.transfert.net/ancien/fr/net_economie/maxwell.gif" width=220 height=450 usemap="#maxwell" border=0>

Christine Maxwell se confond en excuses : elle doit passer un coup de fil urgent, au beau milieu de l’entretien. Assumer des responsabilités au sein du conseil d’administration de l’Internet Society ou ISOC, l’organisme mondial à travers lequel les internautes s’autogèrent, n’est pas une sinécure. L’active vice-présidente revient d’une réunion au Caire, se pose un instant à Paris, avant de regagner ses pénates aixoises où l’attendent ses enfants chéris et son astronome de mari. Quand elle se déplace, son imperméable aérien et son foulard en mousseline se déploient dans l’espace, jetant un brin de désordre dans les bureaux qu’elle traverse. Femme active certes, mais pas corsetée dans un tailleur strict. Ses tribulations sont entrelardées de conversations téléphoniques dans un anglais courant. Cette passante à la chevelure sombre et bouclée a la triple nationalité. Elle est française par sa mère. Son père était tchèque naturalisé britannique, si tant est qu’il faille retracer la biographie du magnat Robert Maxwell, seigneur de la presse Outre-Manche, jusqu’à son accident mortel en 1991. Enfin, ayant résidé vingt ans en Californie, la fille numéro 4 (sur neuf enfants) de la Maxwell family a pris la nationalité américaine. Trois ports d’attache, une enjambée au-dessus de l’Atlantique  : une Net-prédisposition ?

“Je suis une architecte de l’information”

Au moins a-t-elle bénéficié d’une longueur d’avance. En 1982, mamzelle Maxwell acquiert une société de recherche documentaire, Information sur Demande. Quel est le marché des pneus usés en Corée ? Où se trouve le cerveau d’Einstein ? Voici les questions que posent les clients. Pour trouver les réponses, il n’existe pas encore de World Wide Web : “Nous n’avions que les bases de données en langage booléen du réseau Dialog, puis de Lexus Nexus, Questel, Dow Jones. Les experts qui s’en servaient étaient soit bibliothécaires, soit archivistes, parce que les procédures étaient complexes. Il fallait savoir encoder et posséder une expertise précise.” Un monde fermé et hermétique. La plupart de ces bases ne sont toujours pas disponibles en ligne, d’ailleurs. Au début des années 80, le Net commence à sortir des laboratoires d’informatique. Ce machin intrigue la dame : “J’ai cru que c’était une nouvelle base de données. Je me suis renseignée dans un livre. J’y ai trouvé une quantité de mots martiens comme Telnet, Gopher, mais les concepteurs n’avaient visiblement aucune idée de la façon dont on pouvait organiser l’information. Ça m’a donné l’idée de créer des pages jaunes du Net - lisibles par des humains !” Ainsi naquit Magellan, moteur de recherche historique, doublé d’un vrai guide du Net préhistorique sous forme papier (350 pages, trois rééditions chez MacMillan). Le logiciel est placé dès 1994 sur la page d’accueil de Netscape. Après concertation avec sa jumelle Isabelle, amoureuse des montagnes, Christine Maxwell a baptisé sa société McKinley, du nom du sommet le plus élevé de Californie. Très vite, le guide Internet a rencontré son public, que ce soit sous forme papier ou électronique. Elle n’en est pas peu fière. “J’ai pu diriger les ingénieurs parce que je ne suis pas ingénieur moi-même : je suis une architecte de l’information”, explique Christine, qui a étudié l’Amérique latine et la sociologie à la fac. “Le problème des ingénieurs du Net, des Excite et des AOL, c’est qu’ils ne viennent pas de l’édition. Ils ne comprennent pas ce qu’est l’excellence en la matière.” Alors que la fille de Maxwell est tombée dedans quand elle était petite.

Le succès de Magellan s’est soldé par un rachat-écrabouillement de la société par son concurrent Excite, en 1993. “Ils n’ont même pas récupéré la technologie”, souligne l’entrepreneuse au regard perçant sous des paupières alanguies. De toute façon, plaide-t-elle, ce n’est jamais la technologie qui permet de rester en tête. C’est l’organisation. Or dans ce domaine, il y a encore fort à faire sur le Web. Christine Maxwell remet donc l’ouvrage sur le métier, en créant une start-up “avec une importante composante moteur de recherche”. Le projet, encore secret, ne manque pas d’ambition. “Les problèmes posés par Internet sont infiniment plus complexes qu’avant. Nous devons aller plusieurs générations au-delà de McKinley dans l’innovation. Aujourd’hui, il nous faut construire un système entier, capable de gérer les bannières de publicité, les objets numériques, la prise en charge des droits d’auteur, la valeur des sources d’information en ligne...” Un boulot de démiurge.

Présidentielle à l’ISOC

Christine Maxwell est pressentie comme la future présidente du conseil d’administration de l’Internet Society au niveau mondial. Cet organisme se donne pour mission d’assurer le plein développement, l’évolution et l’usage d’Internet pour le bénéfice de tous. À ne pas confondre avec le consortium W3, qui se concentre sur le devenir du Web et non sur l’ensemble du Réseau. L’ISOC est structurée de façon assez lâche, comme une fédération d’une soixantaine d’associations nationales (sauf le Chapitre “virtuel”, dirigé par Paul Soriano). Le Chapitre français est constitué en association loi 1901. Mais l’organisation parapluie n’a pas de statut juridique propre. Le renouvellement par tiers d’un board of trustees (conseil d’administration) mondial de 15 membres se déroule en plusieurs étapes. Fin 1999, un appel à candidatures a été lancé sur le Net. Dix personnes ont été présélectionnées en janvier 2000, pour leur compétence technique ou historique. Deux autres candidates se sont présentées parce qu’elles avaient réussi à récolter 1 % des voix au niveau mondial. Le vote final - électronique bien entendu - a commencé en avril et devait se clôturer en juin. Tous les adhérents de l’ISOC, environ 8 000 internautes, sont appelés à y participer. Cinq personnes entreront donc dans le board of trustees. La vénérable assemblée se choisira ensuite un chairman. En toute logique, la numéro deux du conseil d’administration, élue depuis six ans, devrait accéder au poste le plus élevé, car le président actuel, l’australien Jeff Huston, ne souhaite pas se représenter.

couverture Le portrait de Christine Maxwell est dans le magazine Transfert n°1.07, en vente chez votre marchand de journaux.

Au sommaire : Les télés du Web explosent : Ananova est leur star - Les Lillois rois de l’image du Net - Restez anonyme sur le Réseau... et toute l’actualité de la société numérique. À découvrir en kiosque !

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse