09 07 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


15/03/2001 • 13h31

Luccas-Noos : pas de conciliation

Réunie en conseil d’administration mercredi 14 mars, l’association Luccas s’est prononcée contre une éventuelle conciliation avec l’opérateur câblé. Et a décidé de rendre publiques les conclusions de l’expert judiciaire.

Quoi qu’il arrive, Luccas, l’association des mécontents du câble, ne négociera pas avec le câblopérateur Noos. Le procès suivra donc son cours. L’association en a décidé ainsi après avoir pris connaissance des conclusions d’Hubert Bitan, expert informatique auprès des tribunaux.

La justice aura fort à faire pour déterminer si la division du débit par quatre, au temps ou Noos s’appelait encore Cybercâble, constitue une dégradation de la qualité de service pour le consommateur. Car les explications de ce rapport de 48 pages ne sont pas toujours claires. On apprend en gros que la division du débit facilite le rééquilibrage de la bande passante en cas de liaison internet saturée. Mais qu’à titre individuel, "quand les internautes utilisent une liaison non saturée, on remarque une baisse de la qualité due au fait que la bande passante qui reste n’est pas utilisée". En clair, il y a moins d’engorgement du réseau depuis que le débit est passé de 2 Mbps à 0,5 Mbps, ce qui est plutôt bénéfique à l’ensemble des utilisateurs. Mais ces derniers sont bridés lorsque les connexions sont fluides. Plus étonnant, selon les conclusions de l’expert, "les conséquences du bridage varient selon le type de connexion. On notera qu’il n’y a pas de baisse de qualité au niveau de la navigation web. Les points négatifs se trouvent au niveau des connexions par FTP et des streaming vidéos". "C’est impossible, analyse un technicien réseau. Sur un site très lourd, la division de la bande passante ralentit inévitablement son chargement. Ce n’est peut-être pas notable sur des pages légères, mais ça le devient sur des sites utilisant par exemple la technologie Flash." Un autre souligne : "Il existe des technologies d’attribution et d’équilibrage de bande passante en fonction des protocoles de communication utilisés. On peut s’étonner que leur usage, si Noos en est équipé, ne règle pas les problèmes... Peut-être manque-t-il simplement de la bande passante par rapport au nombre d’utilisateurs et à leur consommation. Mais il faudrait être au cœur du réseau pour le savoir."

Signe fort à tous les fournisseurs d’accès

Prudent, le rapport de l’expert met néanmoins en garde Noos : "À long terme, avec un accroissement d’abonnés et du trafic, si les liaisons internet et le réseau n’évoluaient pas, le risque de revenir à une situation identique à celle précédant le bridage existerait, et il serait préférable d’investir dans les infrastructures pour pouvoir toujours offrir la même qualité de service à tous les abonnés (...)" La conclusion, elle, risque de peser lourd dans la décision des juges : "Paris Câble a diminué de façon pérenne et unilatérale le débit maximal d’accès des utilisateurs. Or, si nous comprenons et validons la thèse de Paris Câble (vérifiée par les tests) que le rééquilibrage lors des liaisons internet saturées à 0,5 Mbps se fait plus rapidement qu’à 2 Mbps, il n’est pas contesté que dans les cas identifiés (liaisons non saturées laissant une partie de la bande passante disponible non utilisée), ce bridage a entraîné une baisse de la qualité de service."

Sur la base de ce rapport, Luccas continue donc son action et devrait assigner Noos mardi 20 mars. "C’est une question de principe, explique maître Olivier Itéanu, l’avocat de Luccas. La condamnation de Noos constituerait un signe fort à l’adresse de tous les FAI." "Les cartes sont entre les mains des gens de Luccas", explique-t-on du côté de Noos, qui ne souhaite, pour le moment, pas communiquer.

Retrouvez les conclusions du rappport de l’expert au format PDF :

(3 documents de 100 ko) 1  2  3

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse