25 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


23/04/2003 • 14h51

Les virus pratiquent l’échangisme génétique

Surprenantes découvertes sur leurs capacités évolutives et leur virulence soudaine

En étudiant le génome d’une dizaine de virus, des chercheurs du Howard Hughes Medical Institute ont découvert que ces micro-organismes agissent comme des bourses d’échanges de gènes, aussi bien entre eux qu’avec les cellules qu’ils parasitent.

Jusqu’ici, on pensait que les virus se contentaient de muter pour évoluer. En fait, certains d’entre eux semblent capables d’emprunter au hasard des gènes de leurs hôtes. Cette découverte pourrait amener les biologistes à reconsidérer le rôle des virus dans l’évolution des espèces, notamment dans l’apparition de nouvelles pathologies infectieuses.

10 000 milliards de milliards de milliards de phages

L’équipe internationale de biologistes à l’origine de cette découverte, menée par les Américains Graham Hatful et William Jacobs s’est intéressée aux micro-organismes les plus répandus et les plus simples sur Terre : les mycobactériophages (ou phages). On estime que, toutes variétés confondues, notre planète abrite près de 10 000 milliards de milliards de milliards (1 suivi de 31 zéros) de phages. Ces derniers parasitent de nombreuses espèces de bactéries, notamment celles de la lèpre et de la tuberculose. Certains d’entre eux peuvent rendre pathogènes certaines bactéries inoffensives en les infectant. C’est le cas pour la bactérie intestinale E. Coli.

De l’ADN errant

Avant d’infecter une cellule, un phage est un fragment d’ADN libre associé à quelques protéines. Il parasite les cellules en s’insérant dans leur propre ADN. La cellule ainsi infectée exprime alors les gènes inscrit dans l’ADN du virus et finit par en mourir d’épuisement, non sans avoir produit des milliers de copies du phage qui infecteront de nouvelles cellules.

Jusqu’ici, seules quatre souches de phages avaient pu être isolées génétiquement. Hatful et ses collaborateurs en ont identifié une dizaine de nouvelles dans des prélèvements effectués dans les détritus de zoos, de jardins et d’hôpitaux. Leurs travaux sont publiés dans la revue Cell.

Des gènes par milliers

Alors qu’ils s’attendaient à retrouver une grande similarité génétique entre tous les phages étudiés, les biologistes ont eu plusieurs surprises. D’abord ils ont constaté que la longueur de l’ADN des phages étudiés variait du simple au triple selon la souche du virus. Ensuite, en décryptant la séquence de cet ADN, les biologistes ont pu s’apercevoir que sur près de 1600 gènes identifiés, seul 1 était commun à plus de 2 souches parmi les 14 phages étudiés.

Pour Hatful, cette découverte "suggère que si nous extrapolons ces résultats à l’ensemble des variétés de phages, leur diversité génétique est plus grande que tout ce qui avait pu être imaginé". D’autant que 50% de ces gènes détectés n’étaient jusqu’alors répertoriés dans aucune base génétique !

Un génome mosaïque

Encore plus surprenant, l’article de Cell indique que certains gènes retrouvés dans les phages avaient déjà été séquencés dans le génome de certaines bactéries ou de cellules animales. Dans l’ADN des phages, on a ainsi isolé le gène qui est responsable de la virulence des bactéries causant la tuberculose ou la lèpre.

Pour les auteurs de l’article, ces observations démontrent qu’à chaque réplication, l’ADN des phages peut se recombiner au hasard avec certains des gènes de la cellule infectée. Un "échangisme" génétique totalement inattendu : les phages peuvent puiser dans le génome de leurs hôtes et accroître brusquement leur virulence. En clair, ces virus sont capables de s’auto-modifier génétiquement. Une propriété qui accélère les processus d’évolution et de sélection naturelle. Elle pourra peut-être permettre d’expliquer la soudaineté de l’apparition de certains agents infectieux.

L’article de la revue Cell:
http://www.cell.com/cgi/content/abs...
 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse