29 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


24/10/2003 • 15h33

Les véhicules à hydrogène en rodage au Japon et en Europe

Voitures privées là-bas, transports en commun ici : deux conduites s’affrontent
 

Un an et demi après son lancement, le projet "Japan Hydrogen Fuel Cell" du Meti (ministère japonais de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie) démontre la faisabilité d’un réseau de stations services à hydrogène. Les 5 postes prévus à Tokyo sont opérationnels ; ils fournissent en hydrogène comprimé les voitures testées par les constructeurs associés au programme : Toyota, Honda, Nissan ainsi que Daimler-Chrysler et General Motors. Coût de l’expérience : 42 millions d’euros sur 3 ans.

Toyota et General Motors ont quelques encablures d’avance sur leurs concurrents. Ces deux constructeurs produisent eux-mêmes les piles à combustibles de leurs voitures, qu’ils ambitionnent de commercialiser au plus vite. C’est chose faite à l’échelle de quelques unités pour Toyota. De son côté, General Motors annonce un début de production en série pour 2008-2010, mais pas de passage à la vente de masse avant la fin de la prochaine décennie. Les autres constructeurs se contentent pour l’instant d’intégrer des piles à hydrogène développées par d’autres entreprises telles que le canadien Ballard ou l’américain United Technology Compagny-Fuel Cell.

Les performances des voitures à hydrogène sont plus qu’honorables : leur vitesse de pointe oscille entre 125 et 160 kilomètres par heure, leur autonomie peut atteindre 355 km. Elles roulent pour la plupart à l’hydrogène gazeux, mais le carburant existe aussi sous forme liquide : Showa Shell (société japonaise détenue à 50% par Shell) vient d’ouvrir la première station-service d’hydrogène liquide à Tokyo.

Le rendement énergétique de ces voitures est jugé bien supérieur à celui des véhicules hybrides (essence et électricité), tels que la Prius de Toyota, et plus encore à ceux des moteurs à combustion interne classiques.

L’hydrogène, carburant officiel

Au Japon, le Meti voulait tester la fiabilité d’un réseau de stations services à hydrogène gazeux ou liquide. Une étape indispensable avant la mise au point des technologies de reformage, qui permettront de produire de l’hydrogène à partir de n’importe quel carburant traditionnel à base de carbone. Des expériences similaires, quoi qu’encore plus modestes, sont actuellement en cours en Californie et à Berlin.

Les marchés mondiaux sont alléchants. Le Japon est le premier Eldorado pour les constructeurs les plus avancés dans la course à l’hydrogène. Cinquante mille véhicules utilisant cette technologie devraient y circuler dès 2010 et ce chiffre pourrait s’élever à 5 millions en 2020, d’après les shémas du Meti. Le gouvernement japonais donne d’ailleurs l’exemple, puisqu’il a intégré les premiers modèles disponibles dans son parc de voitures officielles. Quelques bus à hydrogène circulent également à Tokyo.

La voie des transports en commun est celle qu’ont préféré emprunter les autorités européennes : le programme CUTE a mis en circulation une trentaine de bus à piles à combustible (fabriqués par Daimler-Chrysler) dans 10 villes européennes, dont Londres, Amsterdam et Madrid. Fiat équipera en 2005 le projet Citycell, grâce auquel la Ratp va bientôt acquérir son premier bus à hydrogène. Les recherches menées sur de grosses piles à combustion stationnaires pourront permettre d’alimenter des réseaux de tramways.

Mais la focalisation sur les transports ne doit pas faire oublier d’autres secteurs industriels qui s’intéressent aussi aux piles à combustibles, avec des perspectives de rentabilité à court terme beaucoup plus nettes. Dans l’électronique, après Toshiba et Hitachi, Casio Computer annonce la commercialisation en 2004 d’une pile à combustible de petite taille bénéficiant d’une longue durée de vie et destinée aux terminaux mobiles (ordinateurs portables, etc). Cette nouvelle pile devrait durer 4 fois plus longtemps que les batteries rechargeables actuelles.

Des piles fixes pourront aussi servir à chauffer des bâtiments grâce à la cogénération (production simltanée d’électricité et de chaleur), un système actuellement testé en France par GDF.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse