16 11 2018
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


22/04/2003 • 11h39

Les poètes numériques français préparent le festival E-Poetry

Et même en littérature électronique, il y a des anciens et des modernes

La seconde édition du colloque international E-Poetry, entièrement consacré à la poésie numérique, aura lieu à Morgantown (West Virginia) aux Etats Unis, du 23 au 26 avril 2003. Une occasion pour les poètes numériques français de confronter leurs approches à celles de leurs homologues américains.

(JPEG)
Loss Pequeño Glazier, original créateur du festival américain E-Poetry (DR)

Conçu comme trois jours de happening, d’exposés théoriques et de lectures pour rendre la poésie numérique plus lisible, E-poetry est né en 2001, à Buffalo (Etat de New York). Son fondateur est Loss Pequeño Glazier, qui dirige l’Electronic Poetry Center de l’université de Buffalo et pratique lui-même la poésie numérique.

Cette année, le festival réunit une quarantaine d’artistes internationaux (Américains, Brésiliens, Allemands, Anglais, Français...), qui confronteront leurs différentes approches littéraires. Par exemple, l’Autrichien Jörg Piringer joue sur l’animation et le son, alors que le nouveau collectif Transitoires observables, représenté par les Français Philippe Bootz et Jean-Pierre Balpe et le Néerlandais Patrick Burgaud, intègre la programmation informatique au coeur de ses créations.

Ces "écoles" sont représentées au sein même de la scène française, où les pionniers sont vus comme des puristes, par rapport aux auteurs plus récents, moins intéressés par la partie informatique de la création.

L’illisible et l’invisible

Pour Philippe Bootz, ces différents courants sont nés avec la démocratisation d’Internet : "On a vu apparaître une nouvelle génération d’auteurs très intéressants, qui utilisent Flash ou la vidéo pour animer la poésie. Mais ils s’éloignent de l’inspiration avant-gardiste. Pour eux, l’ordinateur est juste un support, il ne fait pas partie de leur processus de création", explique Bootz, qui a fondé ALIRE, la première revue de poésie électronique, en 1988.

Ce qui intéresse Bootz dans sa démarche artistique, ce n’est pas l’objet littéraire visible sur écran, mais l’idée de gérer tout le processus électronique qui se trouve derrière, l’écriture informatique en tant que telle. De sorte que même la lecture soit contrôlée par l’auteur, qui intègre ainsi le public au coeur de son dispositif. Pour lui, la partie "invisible ou illisible" qui vient se nicher dans les programmes fait elle-même partie de l’oeuvre.

C’est pour expliciter cette orientation que Bootz et trois collègues poètes numériques viennent d’ouvrir Transitoire observables. Ce site est né à l’occasion des Nuits poétiques de Poitiers, le 19 mars dernier, et Bootz compte sur sa participation à E-Poetry pour s’ouvrir à un public plus vaste, et international.

Sur Transitoires observables, on trouve essentiellement des textes théoriques et une série d’oeuvres d’Alexandre Gherban. Mais Bootz promet bientôt d’autres documents pour mettre à jour la démarche du regroupement de "façon plus ludique".

A E-Poetry, face aux poètes qui se considèrent aussi comme programmateurs, une partie de la nouvelle génération française viendra défendre son approche, qui accorde moins de place aux outils informatiques.

Sortir la poésie du livre

"Notre démarche n’est pas forcément contradictoire avec celle des pionniers", précise Julien d’Abrigeon, auteur du site Tapin.free.fr et modérateur de la liste de diffusion e-ecriture, consacrée à la poésie contemporaine numérique. "Nous avons la même volonté de sortir la poésie du livre. Mais nous ne sommes pas des programmateurs, nous utilisons des outils déjà présents. Nous les utilisons au service de la poésie : je ne vais pas utiliser du Flash pour faire exploser un mot juste pour faire joli. Mais si ce mot est ’Big Bang’, là, ça prend du sens", explique l’artiste.

"Je ne devrais peut-être pas le dire, mais il m’arrive aussi d’écrire sur le papier ! Numériques ou non, nous sommes avant tout des poètes contemporains !", revendique Julien d’Abrigeon, pour qui les divergences de point de vue de la scène française "ressemblent à des querelles de clochers".

A E-Poetry, anciens et modernes se retrouveront dans la célébration de leur art : "L’essentiel, c’est que la poésie numérique soit visible, résume Julien d’Abrigeon. Le festival permettra sûrement des échanges passionnants entre nos théoriciens Français et les Américains, du Nord comme du Sud... D’ailleurs, les Brésiliens sont très forts pour mêler l’image à la poésie...", conclue le poète, un brin narquois.

Le site du festival E-Poetry:
http://epc.buffalo.edu/e-poetry/2003/

L’Electronic Poetry Center de l’université de Buffalo:
http://epc.buffalo.edu/e-poetry

Le site du collectif Transitoires observables:
http://transitoireobs.free.fr

 
Dans la même rubrique

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA

14/11/2003 • 14h40

Le V2V, une vidéothèque militante et décentralisée

13/11/2003 • 16h07

Les télés libres appellent à des états généraux européens du "tiers secteur audiovisuel"
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse