27 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


29/10/2003 • 15h36

"Les gens sauront boycotter des produits potentiellement nuisibles" [Carole Hayat]

Les consommateurs européens dénoncent la reculade de Bruxelles sur l’analyse des substances industrielles

La Commission européenne a présenté ce matin le texte final de son projet de règlement sur l’évaluation des substances chimiques. Pierre angulaire des directives à venir, un système d’enregistrement, d’évaluation et d’autorisation des principales molécules utilisées dans l’industrie, baptisé Reach (pour "Registration, Evaluation and Authorization of Chemicals") va être mis en place. De nombreuses associations de défense des consommateurs ou de l’environnement dénoncent une version affaiblie par rapport à leurs exigences initiales. Les effets sur la santé de 20 000 des 30 000 molécules identifiées au départ ne seront pas évalués. Le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC) a fait parvenir une lettre à tous les commissaires européens pointant les reculades sur les conditions d’évaluation des molécules. Caroline Hayat est porte-parole du BEUC.

Quels sont vos griefs vis-à-vis du projet de directive sur l’évaluation des substances chimiques ?
Carole Hayat : Il faut d’abord signaler que la Commission européenne a fait un grand pas en avant en se saisissant de cette question. Il y a une vraie prise de conscience du néant législatif qui prévalait jusqu’ici : on va enfin pouvoir commencer à évaluer la toxicité des produits.
Mais l’industrie (représentée au niveau européen par le lobby Unice, ndlr), a exercé de grosses pressions en agitant les menaces traditionnelles de suppressions d’emplois en cas d’augmentation des coûts : dans l’état actuel du texte, les autorités ne pourront pas obliger les entreprises à ne plus utiliser des substances chimiques dangereuses, même quand des solutions alternatives existent.
Par ailleurs, les rapports d’évaluation sur la sécurité sanitaire et environnementale des substances ne devront être réalisés que lorsque leur production ou leur importation dépasse 10 tonnes par an : cela exclue de tout contrôle 20 000 des 30 000 produits chimiques identifiés au départ. Or, il est prouvé que nombre d’entre eux sont hyper toxiques. C’est le cas des phtalates, des plastifiants qui présentent des risques de cancérigénèse. Ils sont provisoirement interdits dans la fabrication des jouets pour enfants de moins de trois ans car ils peuvent être absorbés lorsque l’objet est léché ou mâché.

Que pensez vous de la position des industriels ?
La protection de l’emploi est certes essentielle (le gouvernement allemand prétend qu’1,7 millions d’emplois étaient menacés par les propositions initiales du Livre blanc sur les substances chimiques, ndlr). Mais l’intérêt des entreprises consiste à répondre aux attentes des consommateurs.
Ces derniers ne sont pas encore bien informés des pollutions qui existent au sein même de leurs maisons, comme vient de le rappeler une étude de Greenpeace.
Attention : les gens sauront boycotter des produits potentiellement nuisibles, ainsi qu’ils l’ont fait pour les OGM. A condition que leur traçabilité soit assurée, ce que ne garantit pas le projet de la Commission : il n’oblige pas les producteurs d’articles de consommation courante (jouets, ordinateurs...) à fournir des informations sur les substances chimiques utilisées.

Comment allez vous désormais essayer de faire évoluer ce projet de règlement ?
Le texte doit désormais être discuté au Parlement européen. On va donc continuer notre travail de lobbying auprès des eurodéputés, plus souvent sensibles aux préoccupations des consommateurs que les commissaires de Bruxelles. Mais ça ne va pas être facile : les gouvernements français, allemand et britannique font vraiment pression sur l’assemblée de Strasbourg, au nom de la compétitivité des entreprises européennes face à leurs concurrentes américaines.

Le texte de la Commission européenne:
http://europa.eu.int/comm/entrepris...

Bureau européen des unions de consommateurs:
http://www.beuc.org

Le dossier de Greenpeace France sur la toxicité des poussières domestiques:
http://www.greenpeace.org/france_fr...

Le site de l’Unice, principal lobby européen des industriels:
http://www.unice.be

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse