12 07 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


1er/03/2001 • 10h44

Les ennemis de l’internet

archmag12
En partenariat avec Reporters sans frontières, transfert.net publie sur son site le premier rapport sur la liberté d’expression sur Internet. Un média qui inquiète autant les dictatures qui veulent le museler... que les démocraties qui rêvent de le contrôler.

Ce n’est pas une surprise. Internet est devenu un média comme les autres. Ce constat, transfert.net et Reporters sans frontières, unis pour réaliser le premier rapport au monde sur « La liberté d’expression sur Internet », l’ont fait tout au long de leurs investigations. Longtemps inconscientes de l’immense outil de liberté que constitue le Web, les dictatures n’ont, aujourd’hui, pas assez de lois et de mesures répressives pour se rattraper. Dans leurs bouches, un seul mot d’ordre : il faut museler le Web. Stopper cette invention folle qui permet à n’importe quel dissident ou opposant de s’exprimer, à n’importe quel moment, partout à travers le monde et, le plus souvent, de façon anonyme.

Chasse à l’homme

En Chine, les dissidents qui utilisent le Net sont des criminels. Ce qui les attend ? Des années de prison - ou la mort, pour peu qu’ils aient « volé, découvert, acheté ou divulgué des secrets d’...tat ». Les dissidents sont impitoyablement poursuivis. L’économiste Qi Yanchen, rédacteur en chef de la revue en ligne Consultations est ainsi incarcéré depuis le 2 septembre 1999. Il a été inculpé de « subversion et diffusion d’informations anti- gouvernementales par Internet ». Le 3 juin 2000, Huang Qi, opposant au régime, a été arrêté pour avoir mis en ligne des témoignages sur le massacre de Tiananmen. Le 3 août 2000, la police a lancé une chasse à l’homme contre cinq dissidents. Responsables d’un site, ils parvenaient à le mettre à jour depuis des cybercafés. Le 5 août 2000, le gouvernement a annoncé la création de forces de cyberpolice dans 20 villes et provinces du pays. Et, en décembre 2000, à Pékin, c’est une opération coup de poing contre le Fei Yu, le plus grand cybercafé du monde, qui a été menée. Cent policiers l’ont envahi. Ils ont interrogé les mémoires de ses 860 ordinateurs - dont 50 ont révélé des visites de sites pornographiques. Saisie du matériel et lourde amende pour le propriétaire. Là-bas, un patron de cybercafé est responsable de ce que font ses clients... Autre culture, autre continent. En Ukraine, le 2 novembre 2000, un corps décapité a été retrouvé près du village de Tarachtcha (60 km à l’est de Kiev) : selon le procureur général du pays, il s’agit bien de celui de Georgiy Gongadze, fondateur et rédacteur en chef du journal en ligne Ukrainskaïa Pravda. Âgé de 31 ans, ce journaliste avait disparu sur le chemin de son domicile, le 16 septembre. Son journal, très critique envers le pouvoir, se targuait d’être le « premier journal ukrainien d’opposition publié uniquement sur l’Internet ». Fondé au printemps 2000, Ukrainskaïa Pravda s’était rapidement imposé auprès des internautes locaux par le style incisif de ses articles. Durant les mois précédant sa disparition, le journaliste avait dénoncé à plusieurs reprises les menaces dont il faisait l’objet. Il aurait été pris en filature par les services secrets ukrainiens (SBU). Ses amis et ses proches ont été interrogés par la police qui prétendait enquêter sur un meurtre survenu à Odessa... En juillet 2000, Georgiy Gongadze s’est même adressé au procureur général d’Ukraine, Mihail Potebenko, pour dénoncer ces actions « d’intimidation prémédités pour lui faire peur, ou empêcher ses activités ».

Une affaire d’...tat

Devant l’inertie de la justice, une commission d’enquête parlementaire sur la disparition de Georgiy Gongadze a été créée quelques semaines après la disparition du journaliste. Certains de ses membres confient avoir été intimidés, voire menacés par des fonctionnaires du ministère de l’Intérieur. Le cas de Georgiy Gongadze a pris la dimension d’une affaire d’...tat avec la révélation, le 28 novembre 2000, par l’un des chefs de l’opposition, d’enregistrements censés avoir été réalisés par un officier des services secrets, dans le bureau du président Leonid Koutchma, lors de conversations entre le président et plusieurs hauts responsables. Différents moyens de se « débarrasser » de Georgiy Gongadze étaient évoqués sur les bandes. Dans l’une de ces conversations, un interlocuteur présenté comme pouvant être le ministre de l’Intérieur, Iouri Kravtchenko, assurait qu’il disposerait de gens capables de remplir cette mission. La présidence dénonce une manipulation de l’opposition. Du 5 au 12 janvier 2001, Reporters sans frontières a mené une mission d’investigation à Kiev sur l’enlèvement et l’assassinat de Georgiy Gongadze. Après avoir rencontré de nombreuses personnes (famille, amis, experts, juges, juristes et journalistes), ainsi que des représentants des autorités, dont le président Leonid Koutchma, et des fonctionnaires en charge de l’enquête, l’organisation a conclu que le journaliste a bien été assassiné à cause de ses activités professionnelles et a constaté de graves manquements dans le travail des autorités judiciaires.

Contenus « offensants »

Pour autant, en déduire que les cas de répression de la liberté en ligne sont l’apanage des régimes autoritaires serait erroné. Face à la croissance exponentielle du Net, et en pleine paranoïa quant à la possibilité de contrôler ce moyen d’expression, certaines démocraties paniquent et rêvent d’un Réseau sous contrôle. Quelles lois appliquer aux publications en ligne qui sont, par essence, planétaires et transfrontalières ? Comment les encadrer ? Plusieurs ...tats sont sur la défensive. L’exemple le plus connu est, sans conteste, celui de l’Australie. Sur ce continent, le PNB est dans le vert et les libertés se portent plutôt bien. Mais depuis le 1er janvier 2000, une loi fédérale, le Broadcasting Services Act, cadre rigoureusement les contenus interdits sur le Net. Pédophilie, violence, informations sur le crime, propagande pour les stupéfiants, le choix des contenus « offensants » n’a rien de surprenant : la classification s’inspire de celle des cassettes vidéo. Mais en vertu de ce texte, tout Australien a le droit de saisir l’Australian Broadcasting Authority lorsqu’un contenu lui semble douteux. Un courrier suffit. Ce dispositif légal est une incitation directe à la délation et sa mise en œuvre a fait bondir les défenseurs des libertés civiles. Au point que certaines organisations, dont l’Electronic Frontiers Australia, ont expatrié leurs sites aux ...tats-Unis. Enfin, c’est l’ensemble du monde développé qui s’est lancé dans l’écoute intensive : le système d’interception et de traitement des communications Echelon opère sur la plus grande partie du globe au profit des ...tats-Unis, du Canada, de la Grande-Bretagne, de la Nouvelle-Zélande et - encore - de l’Australie. Lancé aux premières heures de la guerre froide, Echelon trouve dans les NTIC une nouvelle pâture : les e-mails sont plus faciles à espionner que les communications téléphoniques. L’exemple a été suivi par l’Allemagne, les Pays-Bas, la Suisse, le Danemark, la France... Aujourd’hui recentrée sur les enjeux économiques, cette surveillance généralisée est une autre menace pour les libertés individuelles. Et que dire de la Grande-Bretagne où, selon le Regulation of Investigatory Powers Act, le refus de décrypter un document peut se solder par deux ans de prison ?

...quipe insaisissable

Mais la résistance s’organise. Au Nord comme au Sud, des internautes se mobilisent pour déjouer la censure. À ce jour, aucun ...tat ne parvient à contrôler totalement Internet. Grâce à la solidarité du Réseau, un texte dissident ou censuré est, dans la majorité des cas, récupéré, protégé et se démultiplie via des sites miroirs, des forums ou des groupes de discussion. Certes, les situations ne sont guère comparables d’un pays à l’autre. Le continent africain, par exemple, ne compte pas plus de lignes téléphoniques que Manhattan, au cœur de New York. Certaines dictatures ne se préoccupent encore guère de réprimer le Web. Pourquoi, se disent-ils, censurer un média qui crie dans le désert ? C’est pourtant là une grave erreur : sur le Web, nul désert, les frontières explosent et c’est devant le monde entier que leur cruauté s’expose. Ainsi, en Malaisie, Steve Gan, ancien journaliste de presse écrite, a monté un site d’infos afin d’échapper à l’autocensure à laquelle le contraignaient les menaces visant les médias classiques. Résultat : malaysiakini.com.my lui a permis d’exercer bien plus librement son métier. En Tunisie, un petit webzine baptisé Takriz (« emmerdements », en arabe) fait tourner en bourrique le général-président Ben Ali et son régime policier. Anonyme et soigneusement cachée, l’équipe du site est insaisissable. Et Takriz ne compte pas moins de 4 000 lecteurs par mois : un excellent résultat pour un pays qui revendique 250 000 internautes sur une population de 10 millions d’habitants. Plus loin, dans les camps palestiniens, d’Israël comme du Liban, notre envoyé spécial, Arnaud Gonzague, a observé le même phénomène (lire p. 36). Compte tenu de la censure subie par les Palestiniens réfugiés, l’Internet est le meilleur moyen de communiquer et de s’informer. Les exemples de cette guérilla technologique sont légion. Les ennemis de l’Internet, les adversaires de la liberté, n’ont pas encore gagné.•

 
Dans la même rubrique

16/09/2001 • 12h10

Vous avez dit 3 D ?

16/09/2001 • 12h02

La navigation à vue

15/09/2001 • 18h33

320 000 utilisateurs de napster

15/09/2001 • 18h32

Flash intime

15/09/2001 • 18h26

La béchamel de Guillaume
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse