11 07 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


17/05/2001 • 18h30

”Les collectivités locales doivent faire des business plans”

Jean-Charles Bourdier est l’auteur d’un rapport sur le haut-débit en France. Pour lui l’amendement permettant aux collectivités locales de financer des infrastructures télécoms, adopté le 10 mai par les députés est une bonne chose mais ne résout pas tous les problèmes.

L’amendement adopté le 10 mai à l’Assemblée autorise les collectivités locales à investir dans des infrastructures réseau. Vous semble-t-il de bon aloi ?

Cette mesure figurait dans le rapport que j’ai remis au Premier ministre en septembre 2000. Je demandais qu’on abolisse une disposition de la loi sur l’aménagement du territoire. Celle-ci, d’une part, obligeait les collectivités locales voulant subventionner le développement d’infrastructures à haut débit à prouver que le marché n’était pas à même de satisfaire leurs besoins ; d’autre part elle les contraignait à amortir ces investissements sur huit ans maximum. L’assouplissement de ces dispositions était demandé par les collectivités locales, donc je me réjouis qu’il ait été proposé en urgence à l’Assemblée et provisoirement adopté.

Ces mesures sont-elles suffisantes pour désenclaver les zones où le haut débit a peu de chances de pousser

Globalement, on peut diviser la France en trois parties. La première concerne les grandes villes et leur périphérie, pour lesquelles les opérateurs se battent. La seconde correspond aux zones à faible densité d’entreprises et de population où ils n’iront jamais. La troisième coïncide plus ou moins avec les communes de 20 000 à 50 000 habitants. Dans ces villes moyennes, les réseaux sont un enjeu en matière d’emploi. Ils contribuent à éviter que les entreprises ne partent en raison de l’absence d’accès au haut débit et à en attirer d’autres. Mais il ne suffit pas de poser des gros tuyaux. Il faut ensuite organiser l’accès de l’utilisateur final au réseau. Et c’est le dernier kilomètre qui coûte le plus cher. Donc il faut trouver un seuil où l’exploitation du réseau est rentable. En ce sens l’amendement est positif car il parle bien d’évaluer au préalable les besoins des collectivités. Je pense que celles-ci doivent réaliser de véritables business plans pour présenter un projet cohérent.

Cela signifie-t-il que les zones rurales n’ont aucune chance d’avoir accès au haut débit ?

Les zones à faible densité -pas forcément rurales- pourront y accéder si elles sont associées à des zones plus rentables dans les business plans des collectivités locales. C’est la seule manière de pousser les opérateurs à s’y intéresser. Car ils n’ont aucun souci de l’intérêt général et attendent leur premier retour sur investissement la troisième année d’exploitation. Cela paraît évident, mais les décideurs politiques croient parfois encore aux mécanismes anciens où France Telecom collait aux intérêts de l’Etat.

L’exploitation des réseaux doit-elle forcément être assurée par une entreprise privée ?

La loi française et les directives européennes interdisent strictement aux collectivités de jouer le rôle d’opérateur, même dans le cadre de sociétés d’économie mixte. Le risque, si les opérateurs ne sont pas intéressés, c’est que les collectivités locales financent des infrastructures pour rien.

Les technologies qui ne font pas appel à de la fibre, comme la boucle locale radio ou l’ADSL, ne permettent-elles pas de minimiser ces coûts ?

Le problème n’est pas tellement différent. Regardez où l’ADSL est développé aujourd’hui : dans les grandes villes. Quant à la BLR (boucle locale radio NDLR), voyez le peu d’intérêt manifesté par les opérateurs pour un département comme la Creuse. Dans ces deux cas, l’accès de l’utilisateur final au réseau coûte de l’argent.

Pourquoi fallait-il faire passer l’amendement en urgence ?

Les opérateurs s’interrogeront sur l’opportunité d’attaquer les marchés secondaires vers 2004. D’ici là, si les collectivités ne font rien, les entreprises qui ont besoin des réseaux à haut débit seront parties vers les grandes villes. D’autant plus logiquement que, dans le même temps, les tarifs auront beaucoup baissé dans ces zones du fait de la concurrence. Le problème se pose donc en termes de désertification. C’est une question d’aménagement du territoire.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse