02 06 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


9/03/2001 • 11h50

Les brûlés font du ski

À Washington, les grands brûlés sont soignés sous réalité virtuelle. Plongés dans un monde de glace, pour oublier leur souffrance. En France, le système n’est pas utilisé.

Au centre de traitement des brûlés Harborview, de l’université de Washington, les soins se font sur la glace. Du moins, virtuellement. Casques sur la tête, les patients sont plongés dans le “SnowWorld“, un monde virtuel glacé. On y rencontre des bonshommes de neige, on y fait des batailles de boules. Un voyage très enneigé qui doit attirer l’attention du brûlé sur un monde étranger à sa souffrance et à l’expérience traumatisante qu’il a vécue. Comme l’explique l’équipe de chercheurs sur le site de présentation de l’outil : "Beaucoup de patients souffrent de douleurs sévères, voire insupportables lors des soins, et ce même lorsqu’un niveau d’analgésique standard est administré."

Le système “SnowWorld“ est basé sur un principe : un signal de douleur n’est pas interprété de la même manière selon l’état d’esprit du patient. "Nous attirons l’attention de son cerveau sur un monde virtuel et nous l’éloignons ainsi de sa douleur physique." Les deux médecins qui ont imaginé “SnowWorld“, les docteurs Patterson et Hoffman (de l’Human Interface Technology Lab), précisent en gras et en majuscules dans la présentation de leur projet, que le voyage virtuel ne remplace en aucun cas le traitement médical anti-douleur, il vient juste l’accompagner. Avec certains résultats. En fin d’année dernière, une étude a été menée sur douze personnes gravement brûlées. Tous disent avoir mieux supporté les séances de soin en utilisant “SnowWorld“. L’idée n’est pas vraiment inédite. Déjà, il y a cinq ans, le Dr Hoffman utilisait un monde virtuel, le “SpiderWorld“ pour traiter les arachnophobes. Les systèmes deviennent juste de plus en plus performants et de moins en moins chers. La Paul Allen Foundation vient d’ailleurs d’attribuer 220 000 dollars au projet.

Une méthode de distraction améliorée

En France, pas de casque pour les patients. Jacques Latarget, directeur du service anesthésie-réanimation du Centre des brûlés de l’hôpital St Joseph-St Luc de Lyon, n’est pas convaincu par l’originalité de la méthode "SnowWorld“. "C’est vrai que ça a un côté spectaculaire mais finalement ce n’est qu’une technique de distraction améliorée. Dans cette catégorie, il y a aussi l’hypnose ou la relaxation. Disons que “SnowWorld“ demande beaucoup de temps et d’argent pour un intérêt limité." Si elle ne dispose pas de monde virtuel, la France a développé un réseau efficace : 22 centres spécialisés qui accueillent chaque année près de 3 000 malades sur les 10 000 à 15 000 hospitalisés, selon l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale). "Après les centres spécialisés, on est aiguillés vers un centre de rééducation. Et c’est là qu’il y a souvent un manque, notamment de psychologues", précise Paul Villain, président de l’Association des brûlés de France. Lui n’a jamais entendu parler de l’expérience américaine. Mais parle de la sienne avec émotion. Brûlé à 63 %, il y a huit ans, Paul Villain a connu la douleur "insupportable des premières semaines. Notre corps n’est alors plus le même. Sa sensibilité a changé. Et c’est la guerre, un moment où tout incident, même minime devient insupportable". Comment prendre la mesure de cette douleur ? "Rappelez vous ce que vous ressentez quand vous vous brûlez. Maintenant multipliez la souffrance, étalez là à tout votre corps et laissez la perdurer pendant des semaines. Ça ressemble à la souffrance d’un brûlé."

Description du projet “SnowWorld“:
http://www.hitl.washington.edu/rese... Extraits du monde virtuel
http://snowworld.simwright.net/ Association des brûlés de France:
http://www.assocbrulfrance.fr.st/ Inserm:
http://www.inserm.fr Un site très bien documenté sur la question:
http://kinebrul.free.fr
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse