18 01 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


21/09/2000 • 00h00

Les Prud’hommes adoubent le flicage des mails

Mady Richard vient d’être déboutée par le conseil des prud’hommes de Montbéliard. Cette comptable de 36 ans, déléguée syndicale CGT, reprochait à ses employeurs de l’avoir mise à pied après la surveillance de ses e-mails.

Trois jours de suspension sans rémunération, c’est la sanction imposée par l’entreprise Sulzer à une de ses salariées. Cette société francomtoise, spécialisée dans la fabrication de matériel orthopédique, reprochait à son employée d’avoir échangé des e-mails durant son temps de travail. Le cas illustre parfaitement les préoccupations actuelles des syndicats : le manque de réglementation autour des pratiques de surveillance des messageries électroniques et autres moyens de communication, mis en place par les employeurs à l’insu de leurs salariés.

E-mails sous surveillance Mady Richard, déléguée syndicale CGT, ne conteste pas avoir échangé cinq ou six messages avec une ancienne salariée de Sulzer, licenciée quelques mois plus tôt. Mais elle accuse la société de non-respect des dispositions du code du travail. "Le fond de l’affaire, ce n’est pas que j’ai échangé des e-mails avec une collègue, c’est que tous les employés de la société étaient surveillés à leur insu", explique t-elle. En effet, le 11 octobre 1999, Mady est convoquée par le responsable du personnel qui lui apprend sa mise à pied. Surprise ! Sur le bureau s’étalent les sorties papier des messages envoyés par la syndicaliste. L’avertissement est clair : l’entreprise surveille les messageries de ses employés et Mady se voit menacée d’un possible licenciement en cas de nouveau problème.

Une note de service en forme d’avertissement C’est ce procédé que la salariée reproche à sa société devant le conseil des prud’hommes. Mardi 19 septembre, après deux audiences successives, la décision est tombée. La déléguée, qui, entre temps, a donné sa démission, est déboutée et le conseil des prud’hommes confirme la sanction. L’entreprise a en effet fourni la preuve de l’existence d’une note interne d’avertissement, antérieure à la mise à pied de Mady. Cette note ne disait pas explicitement que les messageries étaient surveillées. Elle "recommandait " aux employés d’utiliser en priorité les e-mails pour leur correspondance, en raison du coût du téléphone, et précisait le droit de regard de l’entreprise. Cette note de service en forme d’avertissement avait mis la puce à l’oreille des salariés. D’autant qu’elle ne respectait pas certaines règles du droit du travail. "La société aurait dû commencer par débattre de la question avec le comité d’entreprise, puis signifier à chaque salarié quels étaient les moyens de surveillance utilisés", explique Pascal Tozzi, le responsable CGT de la région qui assistait Mady lors des audiences. Roger Kauskaf, avocat spécialiste du droit du travail à Paris, va plus loin : "Le courrier électronique est soumis aux mêmes règles que les écoutes téléphoniques. Si le salarié n’est pas prévenu, cette surveillance est considérée comme une intrusion dans sa vie privée."

Un commutateur non déclaré à la CNIL Pour l’avocat de l’entreprise, Yves Bouveresse, la décision est au contraire tout à fait justifiée. "Moi, je m’appuie sur un principe simple : temps travaillé, temps payé. La salariée passait plus de temps à entretenir des correspondances qu’à travailler", assène t-il. Ce à quoi Pascal Tozzi rétorque : "Il oublie de préciser, que non seulement l’entreprise n’avait pas prévenu ses salariés dans les règles mais qu’elle disposait de commutateurs destinés à surveiller les appels téléphoniques sans déclaration préalable auprès de la CNIL." L’argument n’a pas été entendu par le conseil des prud’hommes. "Il s’est prononcé sur la mise à pied mais pas sur le respect de la loi par l’entreprise", ajoute Mady, un peu amère.

La CGT
http://www.cgt.fr/ La ville de Montbéliard
http://www.montbeliard.com/
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse