21 04 2018
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


1er/10/2003 • 15h17

Le web slovaque menacé d’extinction ?

Le gestionnaire du .sk veut des sous, sinon il ferme le robinet

La société slovaque Euroweb, gestionnaire des noms de domaines en .sk, a accordé un délai supplémentaire d’un mois aux sites dont le nom comporte ce suffixe pour migrer vers un nouveau système. Cette migration, obligatoire, est payante. A partir du 3 novembre, les noms de domaine en .sk qui n’auront pas effectué les démarches de réenregistrement seront purement et simplement effacés de la surface du web. Près de 40 000 sites seraient menacés, soit la moitié de l’internet slovaque.

Depuis janvier 2003, le .sk est géré par Euroweb, une filiale du néerlandais KPN, via son service SK-NIC. En France, c’est l’Association française pour le nommage internet en coopération (Afnic) qui est chargée de la gestion du .fr.

Auparavant, la gestion et la maintenance du suffixe national slovaque était confiée à Sanet, le principal réseau universitaire slovaque. 70 000 adresses en .sk avaient été attribuées, gratuitement.

Dès sa prise de contrôle, Euroweb, qui est également présente en République tchèque, en Roumanie et en Hongrie, a mis en place un nouvau processus d’enregistrement des noms de domaine. Non seulement l’attribution des .sk est devenue payante, mais les sites déjà enregistrés avec ce suffixe doivent opérer une migration payante. Il s’agit officiellement de mettre le web slovaque en conformité légale et technique avec les recommandations de l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (Icann), l’organisme chargé de l’attribution des domaines au niveau mondial.

Actes notariés obligatoires

Pour effectuer cette migration, Euroweb exige de tout requérant la présentation de papiers d’identité, la signature d’un contrat devant un notaire et surtout le payement d’une taxe annuelle de 800 couronnes slovaques (environ 20 euros). La société avait fixé au 1er octobre 2003 la date limite pour migrer vers le nouveau système. Après cette date, les sites qui ne seraient pas pliés aux nouvelles conditions seraient "désactivés".

Chez les internautes slovaques, la pilule a visiblement du mal à passer. D’autant qu’Euroweb semble avoir rencontré de fréquents problèmes techniques. Nombre d’adresses en .sk refusent toujours de migrer, à commencer par les sites de la Banque nationale de Slovaquie et de plusieurs universités. "Avant, l’enregistrement était gratuit et il n’y avait pas besoin de documents particuliers, explique Milan Gigel, un journaliste slovaque qui travaille notamment pour le webzine Zive. Euroweb est une entreprise privée qui cherche à faire des profits sur ce marché. Mais beaucoup de gens refusent de se plier à leurs règles et de migrer leurs sites."

Ce mouvement de résistance a obligé Euroweb à repousser la date-limite d’enregistrement des sites. Le 1er octobre, elle a publié un communiqué indiquant que l’opération de désactivation ne démarrerait pas avant le 3 novembre et enjoignait les retardataires à effectuer la migration.

Dans ce texte, Euroweb dit avoir procédé à l’enregistrement de 30 330 noms de domaines. Ce qui en laisserait encore près de 40 000 en sursis...

Contactée par Transfert.net, Euroweb n’a pas souhaité répondre à nos questions.

Dans une déclaration mise en ligne le 1er octobre sur son site, Inet, une association de défense des internautes slovaques, demande officiellement que la gestion du .sk soit rendue au réseau universitaire Sanet : "Nous désapprouvons clairement le caractère bureaucratique de la nouvelle politique d’enregistrement, qui exige l’approbation de l’accord par un notaire. Nous désapprouvons l’aspect financier qui consiste à donner de l’argent aux propriétaires d’Euroweb. Le .sk appartient à tous les citoyens slovaques et non à une entreprise privée. Nous avons besoin du retour de Sanet, qui est d’origine universitaire, et de ses spécialistes pour que le .sk soit géré de manière correcte."

Le site d’Euroweb:
http://home.euroweb.sk

Le site d’Inet:
http://www.inet.sk

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse