25 07 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


26/08/2003 • 14h15

Le récidiviste Amazon brevète les bons d’achat virtuels

L’Office européen des brevets l’a validé
 

Une ONG opposée à la brevetabilité des logiciels dénonce la validation, par l’Office européen des brevets (OEB), d’un "brevet couvrant toute méthode informatique permettant la livraison automatique de présents à une tierce personne". La société Amazon, à l’origine de ce brevet et de nombreux autres de ce type, s’était déjà illustrée, il y a quelques années, en prétendant avoir breveté le fait d’effectuer un achat sur internet en "un clic".

La Foundation for a Free Information Infrastructure (FFII), basée à Munich en Allemagne, coordonne la campagne de protestation contre la brevetabilité des logiciels (Lire notre article).

C’est à l’occasion d’une "recherche de routine" qu’elle a découvert que l’OEB avait accordé en mai dernier au libraire américain en ligne Amazon un brevet sur la possibilité, pour une société de commerce électronique, d’envoyer par e-mail, un bon d’achat virtuel à l’un de ses prospects.

En 1999, Amazon avait déjà breveté la possibilité d’effectuer "un achat en un clic" de souris (One-Click Shopping, en VO). Le libraire avait même porté plainte contre son concurrent Barnes & Nobles, accusé de violer son brevet parce qu’il permettait lui aussi à ses clients de commander un produit d’un seul clic de souris (Lire notre article).

Une campagne mondiale de boycott d’Amazon avait alors contribué à faire connaître à l’opinion publique les dérives et dangers de la brevetabilité des méthodes commerciales et des logiciels informatiques.

Autorisée dans certains cas aux Etats-Unis, cette brevetabilité pourrait être introduite d’ici peu en Europe par la proposition de directive européenne sur les brevets logiciels (Lire notre dossier), qui doit être examinée début septembre en séance plénière du Parlement européen.

Amazon fait feu de tout bois

Dans son communiqué de presse, la FFII indique qu’"en 2001, la demande de brevet originale d’Amazon avait été retirée pour être remplacée par deux nouvelles demandes, dont une a été accordée et l’autre est toujours en cours d’étude".

Président de la FFII, Hartmut Pilch rappelle qu’un brevet ne devrait pas être accepté dès lors qu’il "ne fait aucune contribution d’ordre technique dans son approche inventive".

Or, l’OEB a validé la brevetabilité des bons d’achat virtuels.

La FFII dénonce cette dérive de l’OEB, qui "a défini ses propres règles pour accorder systématiquement des milliers de brevets de type américain sur les algorithmes et sur les méthodes d’affaires (dites ’business methods’)". L’ONG avance également que "la proposition de directive (...) imposerait précisément ces règles aux cours de justice nationales d’Europe".

Une recherche sur les brevets déposés par Amazon indique que la société a déposé, cette année, d’autres demandes de brevets de ce type. On y trouve ainsi un système permettant d’effectuer des discussions en ligne sur un sujet donné ("Method and system for conducting a discussion relating to an item"), un autre sur la possibilité d’affiner des requêtes effectuées sur des moteurs de recherche ("Search query autocompletion"), ou encore une méthode permettant d’effectuer des rabais sur une enchère ("Method and system for providing a discount at an auction").

Contactés par Transfert, les représentants français de la société n’ont pas été en mesure de répondre à nos questions.

A l’époque de la polémique portant sur le brevet "One Click", Jeff Bezos, fondateur d’Amazon, avait répliqué par une lettre ouverte rejetant d’emblée l’idée d’abandonner ses brevets.

Il proposait alors de réformer le système américain de sorte qu’il entérine la brevetabilité des logiciels et des méthodes commerciales, d’en réduire la portée pour qu’ils ne durent que 3 ou 5 ans, et non 17 années, que cette durée de vie limitée soit rétroactive et que l’obtention d’un brevet soit sujette à des audiences publiques de sorte que sa pertinence puisse être discutée.

L’Office européen des brevets:
http://www.european-patent-office.o...

Le communiqué de la FFII sur le brevet d’Amazon:
http://swpat.ffii.org/news/03/amaz0...

Manif’ à Bruxelles et grève virtuelle contre la brevetabilité des logiciels (Transfert.net):
http://www.transfert.net/a9180

Les brevets d’Amazon.com font du bruit (Canoe):
http://www2.canoe.com/techno/nouvel...

La lettre ouverte de Jeff Bezos sur les brevets:
http://www.fitug.de/debate/0003/msg...

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse