25 11 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


3/11/2003 • 19h25

Le projet Gramophone veut mettre en ligne le patrimoine musical mondial

Mais le copyright américain joue les vilains canards

Regrouper, restaurer et rendre accessible sur l’internet l’ensemble des enregistrements musicaux tombés dans le domaine public : tel est l’ambitieux objectif du projet Gramophone, initié par un mélomane américain. La démarche, qui se heurte pour l’instant à l’extrême complexité de la législation américaine sur le copyright, met en lumière la nécessité de parvenir à une norme internationale en matière de durée de protection des oeuvres sonores.

"Le projet Gramophone est envisagé sous la forme d’un organisme à but non-lucratif qui transférera sous forme numérique, préservera et rendra accessible (via une ou plusieurs archives en ligne) des enregistrements sonores anciens, tombés dans le domaine public", explique, en préambule, la liste de discussion du projet, créée en août 2003.

Le principal promoteur de l’initiative est un Américain dénommé Jon Noring. Spécialiste du livre électronique, cofondateur de la société californienne Windspun et fan de jazz des années 1920, Noring s’est directement inspiré du projet Gutenberg, consacré aux oeuvres littéraires.

Lancé en 1971 par Michael Hart, ce dernier visait à rendre librement disponibles les textes qui n’étaient plus protégés par le droit d’auteur. Aujourd’hui, le projet Gutenberg est une vaste base de données permettant le téléchargement libre et gratuit de plus de 6000 livres au format électronique, parmi lesquels de nombreux trésors de la littérature mondiale.

Casse-tête juridique

Pour les enregistrements musicaux, les choses s’avèrent nettement plus compliquées. Si son site officiel devrait ouvrir prochainement, le projet Gramophone bute pour l’heure sur l’absence d’harmonisation au niveau mondial de la durée de vie du droit d’auteur des oeuvres sonores.

Au Canada, en Australie et dans la plupart des pays européens, cette protection a une durée de 50 ans après la première diffusion publique.

Tel n’est pas le cas aux Etats-Unis où la législation sur le copyright est un véritable casse-tête entremélant lois des états et réglementation fédérale. Selon Noring, les enregistrements effectués avant 1972 ne sont pas couverts par les lois sur le copyright, mais ne sont pas pour autant dans le domaine public. "Ce n’est qu’en 2067 que ces enregistrements tomberont dans le domaine public aux Etats-Unis !", regrette-t-il. Cette disposition est le résultat de la loi Sonny Bono de 1998 qui, suite à la pression des majors, a prolongé la protection du copyright.

Résultat, "quasiment tous les enregistrements sonores effectués de 1889 (date du premier enregistrement commercial aux Etats-Unis) à 1942 sont verrouillés et inaccessibles au public", explique l’initiateur du projet Gramophone.

Or, insiste-t-il, "le jazz, le ragtime, le blues, le gospel ou la musique classique, pour ne citer que les principaux genres, sont les sources qui ont profondément influencé la musique mondiale. Ces premiers enregistrements transcendent les simples intérêts légaux ou commerciaux. Ils sont une partie importante de l’héritage culturel de l’humanité, et doivent être traités avec le sérieux et le respect qu’ils méritent."

L’imbroglio juridique atteint son paroxysme si l’on considère, comme l’affirme Noring, que dans les pays où elle est en vigueur, la règle des 50 ans concerne également les enregistrements effectués aux Etats-Unis !

Elvis, patrimoine mondial ?

Dans ce cas, les enjeux commerciaux sont de taille. Si les revenus de l’industrie du disque proviennent davantage de titres récents, certains morceaux plus anciens constituent néanmoins des pièces de choix dans les catalogues des majors. Comme le souligne Noring, "dans trois ans, les tous premiers enregistrements d’Elvis Presley tomberont dans le domaine public pour les pays ayant adopté la règle des 50 ans. Et d’année en année, de plus en plus d’enregistrements très lucratifs émanant de l’époque rock devraient probablement rejoindre le domaine public, notamment les premiers enregistrements des Beatles..."

"La RIAA a commencé un intense lobbying pour établir de nouveaux accords internationaux, en vue d’accroître la portée du copyright, s’inquiète Noring. Si elle y parvient, une grande partie des enregistrements anciens seront enfermés dans des coffre-forts pour quelques décennies supplémentaires. C’est une situation que la communauté internationale ne devrait pas accepter."

Jon Noring appelle donc les bonnes volontés du monde entier à rejoindre le projet Gramophone. Il propose ainsi de créer, partout où cela est légalement possible, des branches nationales liées à son initiative, destinées à recueillir les enregistrements libres de droits. Si son projet Gramophone "ne doit pas être interprété par l’industrie du disque comme une attaque", Noring espère provoquer une prise de conscience mondiale pour "protéger le domaine public et le trésor national qu’il représente pour chaque pays".

Le site du projet Gramophone:
http://www.projetgramophone.org

La liste de discussion consacrée au projet:
http://groups.yahoo.com/group/proje...

Le texte fondateur du projet Gramophone par Jon Noring:
http://www.teleread.org/blog/2003_1...

Le site du projet Gutenberg:
http://www.gutenberg.net

Déjà 12 000 signatures contre la loi qui prolonge de 20 ans les copyrights américains (Transfert.net):
http://www.transfert.net/a8962

 
Dans la même rubrique

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA

14/11/2003 • 14h40

Le V2V, une vidéothèque militante et décentralisée

13/11/2003 • 16h07

Les télés libres appellent à des états généraux européens du "tiers secteur audiovisuel"
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse