30 05 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


12/01/2001 • 18h13

Le haut débit snobe les campagnes

Á Autrans, dans le Vercors, le colloque sur " l’Internet rapide pour tous " a montré l’enthousiasme des collectivités territoriales pour le haut débit. Des espoirs vite douchés par le pragmatisme économique des opérateurs.
carte adsl
Pour voir la carte de l’adsl en France,

cliquez sur l’image.

Deux mondes se sont entrechoqués lors de la cinquième édition du colloque organisé du 10 au 12 janvier à Autrans (Isère) par l’Internet Society France, intitulé cette année "l’Internet rapide pour tous"... sans point d’interrogation. Deux mondes qui se sont écoutés, mais qui ne se sont pas compris. Le premier était celui des opérateurs et des investisseurs, le second, celui des maires, des associations, des PME, et de tous ceux qui voient en Internet une chance unique de développement pour le monde rural. Autrans était le lieu idéal pour poser le problème. Dans cette commune de 1 500 habitants, cachée au creux d’une vallée secrète du Vercors - où "ceux d’en bas" viennent plutôt faire du ski de fond que discuter aménagement du territoire -, la moitié de la population disposerait d’une connexion Internet, selon le sénateur-maire du village, Jean Faure. Une proportion hors du commun pour une région montagneuse. Dans un message transmis aux congressistes, le président Jacques Chirac a fourni l’un des éléments centraux au débat, rappelant que "aujourd’hui, près de 15% du territoire français n’est toujours pas couvert par les réseaux de téléphonie mobile". Et encore, ce chiffre "est loin de refléter les inégalités territoriales flagrantes qui existent dans le domaine des télécommunications", comme le remarque un spécialiste du conseil en équipement internet (voir la carte de l’ADSL en France). Selon l’Autorité de régulation des télécommunications (ART), à peine 1% des internautes français se connectent grâce au câble. 96% passent encore par une connexion modem traditionnelle.

12 millions de Français privés d’Internet rapide ?

Le monde des industriels des télécoms s’est exprimé par la voix de Jean-Jacques Damiaman, de France Télécom. L’argument du directeur de la branche développement de l’opérateur historique n’appelait pas de réponses : "Pour des questions de rentabilité, France Télécom ne souhaite pas investir en équipements haut débit dans des villes de moins de 15 000 habitants, reconnait-il. Quant aux agglomérations de 15 000 habitants, elles ne pourront pas être équipées avant au moins 2003." Cette assertion ne surprend aucun spécialiste, mais elle a au moins le mérite de la clarté. Elle signifie que dans le Gers, par exemple, seul Auch, le chef-lieu (21 000 habitants) peut espérer être connecté à haut débit. Le reste de ce département peut toujours attendre... "15 000 habitants, moi, je n’appelle pas ça un petit village paumé", commente un congressiste, un verre de Gaillac à la main. Un têtu insiste : Yves Pillet, maire PS de Pont-en-Royan, 920 habitants (lire interview) aimerait avoir une idée du prix du mètre de câble pour équiper les communes du parc du Vercors, dont il est le président. Interpellé, le représentant du conseil régional Rhône-Alpes lui oppose un silence pudique. Stéphane Lelux, directeur de Tactis, une société spécialisée dans le montage de projets touchant aux nouvelles technologies pour les collectivités locales, estime que "pendant les cinq à huit prochaines années, entre douze et quinze millions de Français resteront à l’écart des progrès technologiques des télécommunications".

Les ronds-points contre le câble

En face, les collectivités territoriales, qui voient l’arrivée du haut débit comme un moyen de sortir beaucoup de régions de l’enclavement, ne sont pas sûres de pouvoir en assumer le coût. "Ce sont les territoires les plus pauvres qui devront payer le plus cher leur équipement", remarque Stéphane Lelux. Un intervenant parle pourtant de l’Internet rapide comme d’un "service public universel", au même titre que le téléphone. Cet illuminé s’appelle Thierry Bardy et il a été à l’origine, dès 1995, de la création d’une boucle haut débit à Castres, dans le Tarn. S’ils veulent avoir, eux aussi, une chance de passer à l’Internet rapide, dans les années à venir, les élus ruraux devront compter sur les fonds européens d’investissements. "Mais ces fonds sont très longs à débloquer", témoigne Jean Faure, le maire d’Autrans. Thierry Bardy lui répond : "Le problème n’est pas d’obtenir ces fonds, c’est que les élus préfèrent encore les investir dans des ronds-points que dans du câble."

Le haut débit et le lave-vaisselle

Dépités, les représentants des collectivités ont feint de demander si l’Internet rapide leur était vraiment indispensable. "On peut très bien se remettre à vendre du jus de pomme et à faire du tourisme vert", a lancé Jean Faure, avec plus qu’un brin d’ironie. Un raisonnement que rejette en bloc Stéphane Lelux : "Ce que le haut débit permet, ce n’est pas de surfer plus vite, c’est de pouvoir utiliser Internet sans aucune restriction. Par rapport à l’utilisation classique du Web, c’est exactement comme lorsque l’on est passé de l’époque du seau d’eau que l’on allait tirer du puit, à l’eau courante au robinet. Cela va tout changer." Jacques Marchandise, membre de la Fondation Internet nouvelle génération, s’interroge : "Mais comment savoir si les tuyaux ne vont pas être trop gros par rapport aux besoins réels ? Et si le haut débit ne servait qu’à transmettre des heures de vidéo à sens unique ?" L’expérience de Castres apporte quelques réponses à ces questions. D’après Thierry Bardy, "depuis que Mazamet et Castres sont passés au haut débit, de nouvelles pratiques sont apparues, qu’on n’aurait pas pu prévoir avant". Il ajoute : "Et puis ça a permis à une région sinistrée par la mort de l’industrie textile de garder chez nous 250 chercheurs à haut pouvoir d’achat des laboratoires pharmaceutiques Pierre Fabre. Sans le haut débit, ils seraient déjà partis en banlieue de Toulouse ou à Genève." Un plaidoyer que Stéphane Lelux résume par cette formule : "Avant l’eau courante, personne ne pouvait imaginer le lave-vaisselle." Venu à Autrans pour écouter et apprendre, Xavier Fribourg n’a pas été déçu. Cet "agent de développement local", qui travaille pour plusieurs PME de la région de Barcelonette (Alpes de haute Provence, 2 800 habitants), résume ces journées : "C’est marrant de voir toutes ces pubs où l’on voit des types utiliser leur téléphone wap en haut d’une belle montagne ou en plein désert. Ici, j’ai appris que si t’habites dans des coins comme ça, t’es pas rentable, point."

Trois questions à :

Yves Pillet, maire PS de Pont-en-Royans (Isère, 920 habitants)

"On a plus qu’à retourner à nos sabots" Yves Pillet, président du parc naturel du Vercors, regrette que le débat d’Autrans n’ait pas fourni de pistes sérieuses pour l’accès au haut débit dans les petites communes.

Qu’est-ce que le haut débit pourrait apporter au Vercors ?

Ici, sur le plateau du Vercors, ça ne fait que quelques dizaines d’années qu’on a l’électricité et des routes goudronnées. Si toute la région de Villard-de-Lans s’est tellement investie pour faciliter l’accès à Internet, c’est essentiellement pour faciliter le télétravail et l’implantation de nouvelles entreprises. Quand toutes les entreprises urbaines seront de passées au haut débit, on devra suivre, c’est obligatoire.

Est-ce envisageable financièrement ?

J’ai bien peur que non. En tout cas, France Télécom ne nous laisse guère d’espoir sur ce point (lire notre article principal). J’ai peur qu’une fois de plus, on ne soit servis qu’en tout dernier, en même temps que les autres régions un peu excentrées (Villard-de-Lans se trouve à 20 km de Grenoble, NDLR). Les industriels des télécoms investiront seulement dans des territoires où ils sont sûrs de toucher un flux important de clientèle. Pas chez nous. Donc, comme d’habitude, les entreprises modernes iront ailleurs : en périphérie urbaine, une fois de plus. Internet peut aider à inverser ce phénomène de désertification, mais seulement si les pouvoirs publics poussent à la roue. La manifestation d’une telle volonté politique, moi je l’attends encore.

Le Vercors sans le haut débit, c’est encore le Vercors, non ?

C’est ça, on n’a plus qu’à retourner à nos sabots, quoi. Le Vercors se bat depuis cinq ans pour développer Internet. Presque la moitié de la population locale est connectée (une proportion plus proche de celle des ...tats-Unis que de celle de la France, NDLR). Mais si on ne peut pas passer au haut débit rapidement, c’est comme si on n’avait rien fait.

Propos recueillis par Matthieu Auzanneau

L’Internet Society France (Isoc):
http://www.isoc.asso.fr La Fondation Internet nouvelle génération (Fing):
http://www.fing.org Tactis:
http://www.tactis.fr Le site de la société de Thierry Bardy, Intermédiasud:
http://www.e-teleport.net L’Autorité de régulation des télécommunications (ART):
http://www.art-telecom.fr
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse