25 10 2021
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


3/09/2001 • 18h47

Le géant BT se coupe une jambe

L’opérateur anglais renomme "O2" sa division mobile avant de l’introduire en bourse. Le marché apprécie cet abandon du téléphone portable, pas les syndicats.

Le géant anglais BT a annoncé, lundi 3 septembre, qu’il donnait à sa division mobile BT Wireless un nouveau nom plus futuriste : "mmO2" désigne désormais BT Wireless, alors que les autres entités de cette division s’appelleront "O2" à partir du printemps prochain (l’opérateur mobile anglais Cellnet, l’allemand Viag Interkom, le néerlandais Telfort et l’irlandais Digifone). Pour le chairman Sir Bland, ce ravalement de communication va faire entrer BT Wireless dans le nouveau millénaire, grâce à un patronyme "moderne et universel, symbolisant l’engagement". Quant au préfixe "mm", s’il "n’a pas de signification précise", il "peut évoquer le multimédia ou l’an 2000". Ouf ! En fait, l’annonce faite par BT est une étape de plus vers la prochaine introduction en bourse de BT Wireless. BT a en effet pris la décision, en mai dernier, de se séparer de toute sa division mobile et suscite des réactions contradictoires.

Colère des syndicats

"Il est absurde de se séparer de BT Wireless alors que c’est le seul pôle à fort potentiel de croissance", attaque Jeannie Drake, secrétaire général du Communications Workers Union, qui représente 80 000 employés de BT. Pour la syndicaliste, partie en campagne contre le projet il y a plusieurs semaines, l’abandon de BT Wireless est mauvais pour les salariés mais aussi pour les actionnaires de BT : "Cette petite entité sera rachetée en bourse par l’un des grands acteurs européens comme l’espagnol Telefonica, ce qui mènera inévitablement à des restructurations et des licenciements. Et, du point de vue des actionnaires, il n’est pas bon que BT cesse d’offrir une gamme complète de services à ses clients et fasse une croix sur le futur. BT rentre dans une spirale à la baisse", analyse Jeannie Drake. Représentant 10 000 des 15 000 employés de BT Wireless, CWU fait du lobbying intensif auprès des seniors managers du groupe et des investisseurs institutionnels de BT. Mieux, Jeannie Drake a obtenu, en sollicitant le chancelier de l’Echiquier Gordon Browne, une entrevue avec la directrice du Département du commerce et de l’industrie (DTI). "Le sort de l’opérateur national est un sujet sensible pour le gouvernement Blair et nous savons qu’il n’y a pas unanimité au sein du conseil d’administration de BT sur la question", assure Jeannie Drake, qui a évoqué une possibilité de grève du personnel si la séparation de BT et BT Wireless n’était pas reconsidérée.

Cible de choix

Une fois séparée du groupe, BT Wireless n’aurait en effet pas les moyens de se développer seul au niveau européen et ses 16,9 millions de clients deviendraient une cible de choix pour les concurrents. "BT Wireless est une proie attractive. Orange (France Télécom) est déjà présent en Angleterre mais je vois Telecom Italia et l’espagnol Telefonica comme acquéreurs probables", explique Joseph D’Virgilio, qui dirige le département d’analyse financière du secteur des télécoms pour la Société Générale à Londres. "Vu l’état de la bourse, cela peut prendre jusqu’à deux ans mais BT Wireless sera racheté, en cash ou par actions", précise-t-il. Si les détails de l’opération ne sont pas encore définitifs, BT Wireless devrait, lors de son introduction en bourse, en novembre prochain, peser entre 10 et 15 milliards de livres sterling et porter "entre 0 et 2 milliards de livres" de la dette globale de BT. Conspué par la presse et les analystes depuis plusieurs mois, BT voit en effet dans son énorme dette un problème central.

Rassurer les marchés

Pour rassurer les marchés, BT s’est employée à la réduire de 37 à 17 milliards de livres en quelques mois, en vendant des actifs. Avec l’abandon de BT Wireless, l’opérateur anglais va encore plus loin. "BT reconnaît simplement qu’il n’a pas les moyens d’être un grand acteur en Europe. Elle ne peut faire les investissements nécessaires pour le passage à la troisième génération et financer son expansion internationale. C’est une bonne décision, faite face à la nécessité d’agir", explique D’Virgilio. BT se concentrera donc sur son réseau de lignes fixes qui, si sa croissance risque de ne pas dépasser les 2 à 3 % par an, est beaucoup moins vulnérable que le secteur téléphonie mobile. Débarrassé de ce risque, le titre BT devrait être moins chahuté que ceux de groupes comme France Télécom ou Deutsche Telekom. "BT a souffert des erreurs de l’américain AT&T, son partenaire international. D’ici à 5 ans, quand la consolidation des telecoms sera achevée en Europe, je pense que BT sera même absorbé en entier", prédit D’Virgilio. En attendant ce futur glorieux, les détails de l’introduction en bourse de BT Wireless seront fixés cette semaine. Les syndicats ont promis de réagir en fonction.

BT:
http://www.bt.com Communications Workers Union:
http://www.cwu.org Société Générale:
http://www.socgen.com
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse