12 11 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


18/08/2000 • 20h18

Le croisé de l’Erika

Faire plier Total. C’est le rêve et le combat de Bernard Tailliez, directeur d’un petit laboratoire dans le Var. Avec pour seules armes, ses analyses chimiques et Internet.


Bernard Tailliez

Max PPP
Il tient à commencer par le début. Ses études de chimie à Marseille, sa femme, ses gosses, ses cinq ans aux ...tats-Unis, son retour en France. Et enfin l’affaire Erika. Comme l’aboutissement de toute une vie. Bernard Tailliez, 58 ans, sourit : "Tout est lié." En 1989, l’homme se retrouve sans boulot et décide de fonder Analytika, un petit laboratoire d’analyses chimiques dans le Var, qui, depuis le naufrage du pétrolier en décembre 1999 au large des côtes bretonnes, martèle "Total ment, Total est hors la loi". La voix était douce pour retracer son parcours. Pour raconter l’Erika, son poing se ferme et frappe la table, le ton monte. La colère. Car cet amoureux de la Bretagne, terre de sa femme, d’aïeux et de quelques vacances, a analysé des extraits de "la merde noire déversée sur les côtes". Ses conclusions sont formelles : "La cargaison de l’Erika n’est pas, comme on voudrait nous le faire croire, du fioul n°2, mais un déchet toxique spécial que Total n’avait pas le droit de transporter." Pour lui, cela ne fait aucun doute, Total doit maintenant payer la totalité des frais de dépollution. Un argumentaire difficile à relayer pour les médias traditionnels.

Le Net, instrument de révolte

Heureusement, depuis novembre 1999, Analytika a son propre site. Quelques pages commerciales pour attirer de nouveaux clients. En janvier, une rubrique "Erika" s’y installe : toutes les recherches du laboratoire sont mises en ligne. Très vite, c’est le succès. "On ne s’attendait pas à un tel impact. Nous avons reçu rapidement des mails d’encouragement et de soutien. Nous sommes entrés dans un véritable réseau d’information alternative." Bernard Tailliez découvre un instrument de révolte. "Un instrument de puissance même : un petit laboratoire qui a l’information et qui peut la diffuser." Le teint mat, les yeux cernés mais brillants, le corps un peu voûté, il s’enthousiasme comme un gamin : "J’ai vraiment découvert un champ de liberté extraordinaire." En six mois, il s’est familiarisé avec les listes de diffusion, se fascine pour celle de Radio-phare "qui mène un combat sans relâche" et balance sur son site des lettres ouvertes sanglantes aux politiques, juges et scientifiques impliqués.

Reconnaissance tardive

Ces derniers ont fini par contre-attaquer. À l’arme lourde. Mi-juillet, un rapport d’enquête parlementaire torpille ses investigations. "Quand j’ai lu ce rapport, j’ai compris que la guerre était vraiment déclarée." Une semaine plus tard, Bernard Tailliez diffuse sur son site l’explication scientifique de ses conclusions. Il a isolé un composant, un additif chloré. Pour lui, c’est la preuve qui manquait. Sur son site, il accuse : "la présence de ce produit dans la cargaison de l’Erika constitue une falsification délibérée de marchandise." Le 15 août, le docteur André Cicolella, ingénieur à l’INERIS (Institut national de l’environnement industriel et des risques), qui a mené plusieurs recherches sur la marée noire pour le gouvernement, le contacte. "Le ministère de l’Environnement nous a demandé de nous poser la même question que Bernard Tailliez et de reproduire les analyses menées par son laboratoire", explique-t-il. Une première reconnaissance pour Bernard Tailliez. Un peu tardive, tout de même. Le chimiste écolo refuse de baisser la garde : "J’ai subi une campagne de dénigrement, mettant en cause mon intégrité et mon professionnalisme. Je veux être lavé de toutes ces attaques." Il ne livrera son protocole de recherche qu’à cette condition. L’INERIS va devoir patienter. Bernard Tailliez ira jusqu’au bout de son combat.

Le laboratoire officiel Ineris:
http://www.ineris.fr Laboratoire Analytika:
http://www.labo-analytika.com/ Les bénévoles:
http://erika.benevoles.free.fr Collectif anti-marées noires:
http://collectif.littoral.free.fr
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse