03 12 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


1er/02/2001 • 18h22

Le choc des mondialisations

D’un côté Davos et les costumes-cravate du Forum économique mondial, de l’autre Porto Alegre et la foule bigarrée des associatifs. Leur brève rencontre, par liaison satellite, est diffusée vendredi sur Arte et dès dimanche sur Internet. Histoire d’un dialogue difficile à établir.


Patrice Barrat
Karine Portrait
Il en rêvait déjà l’année dernière. Faire communiquer les grands de la planète réunis à Davos et ceux qui contestent leur vision du monde. Patrice Barrat est un journaliste obstiné : après un refus des organisateurs de Davos l’année dernière, il réitère cette année. Le premier Forum social mondial à Porto Alegre - gigantesque rencontre de tous ceux qui refusent la mondialisation libérale - lui offre l’occasion inespérée de mener à bien son projet.

Une liaison satellite, un pont audiovisuel entre les deux villes, entre deux regards sur l’économie et la fracture sociale (numérique ou pas). L’idée est tirée de Vis à vis, un concept d’émission qu’il a inventé avec Kim Spencer, un autre journaliste. "Début décembre, les organisateurs du Forum économique mondial de Davos étaient d’accord sur le principe, explique calmement Patrice. Mi-décembre, je suis parti en Suisse pour régler avec eux quelques points. À ce moment-là, ils ont basculé, paniqué et se sont rétractés." Motif : pas assez de contrôle. "Ils nous demandaient d’avoir un droit de regard sur le montage final diffusé sur Arte, vendredi." Hors de question. Les "Davosiens" proposent alors une rencontre à une autre date, sur un autre terrain. Patrice refuse. "Ils voyaient Porto Alegre comme un anti-Davos. Accepter de discuter avec eux, c’était alors leur reconnaître une existence et une légitimité. Impossible : on ne reconnaît pas son ennemi."

Couleur contre noir et blanc

Il n’abandonne pas et déniche une église au cœur du petit village suisse, pour aménager le dialogue malgré tout. Il repart alors au charbon, convaincre les décideurs de venir discuter quand même. Son accréditation de journaliste au Forum social économique est refusée, il fait appel à des amis, journalistes dans la place. Au final, le spéculateur Georges Soros, John Ruggie, le conseiller du secrétaire général de l’ONU Kofi Annan, un représentant de la multinationale ABB et Marc Malloch-Brown, du programme pour le développement de l’ONU, décident de jouer le jeu. Un peu déçu par ce panel réduit, Patrice Barrat explique : "Le patron de Mac Do a refusé, Messier n’avait plus le temps. En fait, beaucoup se sont défilé au dernier moment." Côté Porto Alegre, Bernard Cassen, du Monde diplomatique, mais aussi Joao Pedro Stedile, du Mouvement des paysans sans terre, et Hebe de Bonafini, présidente des Mères de la Place de Mai. Une heure et demie de dialogue, ou plutôt d’invectives, de menaces, d’empoignades et de prises à parti. Un condensé d’une demi-heure sera diffusé vendredi 2 février à 20 heures sur Arte et sera disponible dès dimanche sur le site madmundo.tv. On y voit un choc de cultures. D’un côté, la couleur des peaux, de la ville, la musique, le bruit et la foule. Baigné de soleil. De l’autre, les barbelés, la neige, les flics et les costumes sombres. Et le dialogue ne prend pas. Les participants "brésiliens" sortent les chiffres de la pauvreté, de la fracture entre Sud et Nord et de partage des richesses. Les réponses côté Suisse restent vagues.

Lorsque Hebe de Bonafini prend le micro, qu’elle serre très fort entre ses doigts, c’est toute la colère du Sud. "Messieurs, vous êtes nos ennemis, leur crie t-elle. Vos réponses sont hypocrites. Combien d’enfants tuez-vous chaque jour avec vos plans ? Répondez ! Combien de mères devront-elles encore supporter de morts à cause de la globalisation ?" Puis, elle prend George Soros à parti : "Répondez, Monsieur Soros. Ayez le courage de me regarder en face." Sourire tendu du spéculateur financier. "Il a vraiment été choqué. Il ne s’attendait pas à une telle volée de bois vert. Lui se voit plutôt comme un Robin de bois, un bon qui aide les organisations humanitaires", explique Patrice qui animait le débat, côté Davos. Le journaliste engagé parle de déception provisoire, d’engueulades sans véritable point d’accord. Mais reste profondément optimiste. "C’est un début. Une photo de la réalité."

L’agence de presse ArticleZ:
http://www.articlez.fr Madmundo:
http://www.madmundo.tv
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse