18 11 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


26/10/2000 • 18h40

Le Sénégal à l’heure du Net

Un campus numérique vient d’être inauguré à Dakar. Objectif : former enseignants et étudiants aux nouvelles technologies. Interview d’Olivier Sagna qui vient de publier une étude sur l’évolution des télécommunications au Sénégal.

Ces temps-ci, le Sénégal met Internet à toutes les sauces. Déjà, en septembre, le gouvernement annonçait la connexion de 2000 villages d’ici 2002. Lundi 22 octobre, Youssou N’dour a lancé le projet "Joko" ("lien" en wolof) qui prévoit d’installer plusieurs centres internet au Sénégal. Avec des objectifs classiques : réduire la fracture numérique et former les jeunes aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). Le lendemain, l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) et les universités de Dakar et de Saint-Louis inauguraient le campus numérique de la capitale sénégalaise.

Former les enseignants

Installé en bordure de la faculté de Dakar, ce bâtiment de 800 m2 pourra accueillir près de 800 personnes par jour. Au rez-de-chaussée, s’alignent quatre salles d’auto-formation avec une centaine d’ordinateurs et un auditorium pour la visioconférence. Au premier étage, un incubateur de jeunes entreprises high-tech et un centre de ressources qui va permettre aux enseignants de produire des contenus multimédias spécifiques. "Notre première mission, explique Richard Aubry, le directeur du centre, c’est de faire basculer les enseignants sénégalais dans le monde des NTIC et donc de les former. Ça va prendre du temps : ici, sur 800 professeurs, 200 seulement pratiquent Internet." 3 millions de francs français ont été investis. Mais, à terme, le campus doit fonctionner par autofinancement. L’accès est payant et les tarifs ont été établis en fonction des revenus. Prix réduit pour les étudiants avec 3 francs français de l’heure et plein tarif, 50 francs français, pour le secteur privé. Un projet qu’Olivier Sagna a suivi de près. Ce Sénégalais de 41 ans est secrétaire général d’Osiris (Observatoire sur les systèmes d’information, les réseaux et les inforoutes au Sénégal) et a publié en août une étude sur l’évolution des télécommunications. Cet enseignant des Sciences de l’information à l’université de Dakar explique comment ce campus numérique va modifier le fonctionnement de l’université sénégalaise. Interview.

Qu’est ce que ce campus numérique va apporter aux enseignants et chercheurs de l’université de Dakar ?


DR
En premier lieu et sans hésiter : un meilleur accès à la documentation scientifique disponible sur Internet. Les enseignants vont pouvoir s’informer en temps réel des progrès de la recherche internationale et y puiser les éléments nécessaires au développement de leurs propres travaux. Le but, c’est aussi d’apporter une meilleure visibilité à la recherche africaine. À l’heure actuelle, faute de revues locales, les travaux scientifiques de notre continent sont peu, voire pas du tout, diffusés. Avec ces outils, il va être possible de lancer des revues électroniques à faible coût et avec un impact potentiel important.

Avant cette installation, il n’y avait pas d’accès internet à l’université ?

Si, mais de manière restreinte. Il y avait juste quelques salles avec quelques ordinateurs connectés, mais les étudiants s’en servaient essentiellement pour leur mail. Internet n’était pas un outil de travail, ni pour les enseignants, ni pour les étudiants. Ce campus offre des outils qui permettent d’intégrer les NTIC dans la pédagogie universitaire. Ça peut aller du télé-enseignement à la recherche de documentations sur Internet.

Ce qui va donc modifier les manières d’enseigner...

À partir du moment où un enseignant utilise ce type de ressources, il enseigne autrement. Ce qui était dicté aux élèves, par exemple, pourra être diffusé sur l’Intranet, voire sur Internet. Les professeurs auront donc plus de temps pour expliquer et approfondir leurs cours. Cela suppose que les étudiants travaillent autrement, qu’ils soient plus autonomes et qu’ils fassent preuve d’initiative. Ils ne devront plus seulement ingurgiter un savoir prémâché mais être acteur de leur apprentissage.

Les professeurs au Sénégal sont-ils suffisamment formés aux nouvelles technologies pour assurer ce changement ?

Aujourd’hui, la réponse est clairement non. Mais c’est aussi un des objectifs de ce projet : lancer un programme de formation des enseignants et des chercheurs. Les premières sessions ont été lancées et, à terme, il faut que tous les enseignants soient formés aux nouvelles technologies. C’est la condition essentielle pour que ce campus fonctionne efficacement.

Le site du campus numérique:
http://www.infotheque.campus-virtue... L’étude d’Olivier Sagna sur les télécommunications au Sénégal:
ftp://ftp.unicc.org/unrisd/outgoing... L’université de Dakar:
http://www.aupelf-uref.org/UVF/ L’Agence universitaire de la francophonie:
http://www.aupelf-uref.org/
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse