23 09 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


12/02/2002 • 18h02

Le Réseau fait partie intégrante de notre civilisation

Jean-Pierre Balpe, directeur du département Hypermédia de l’université de Paris VIII, est agrégé de Lettres classiques. Son générateur automatique de textes en a surpris plus d’un...


Transfert
Quand et comment avez-vous découvert Internet ?

Presque à son origine, avant même que cela s’appelle Internet, à partir du réseau ouvert aux laboratoires universitaires (vers 1988-1989, si je ne me trompe).

Pourquoi vous êtes-vous impliqué dans Internet ? Quel a été le déclic ?

L’intérêt était, dès l’origine, évident pour des chercheurs, puisque ce réseau permettait un échange en temps réel, quelle que soit la distance entre laboratoires, ce qui facilitait déjà grandement la vie soit pour préparer des conférences, pour constituer des jurys de thèse, pour sélectionner les candidats à des colloques, etc. Par contre, dès que la norme HTML est apparue, avec ses possibilités d’interfaces nouvelles, il m’est assez vite apparu que cela permettait des moyens de communication inédits, notamment dans le domaine de l’art. J’avais alors monté une petite équipe éditoriale qui avait lancé une revue Chantiers. Malheureusement, nous n’avons pas eu assez de temps pour la faire vivre sérieusement.

Quand avez-vous compris que cela allait vraiment décoller en France ?

Je ne pourrais le dire avec précision. Disons vers 1992-1993, mais je n’ai pas de référence précise sur ce point. Il faudrait pour cela que je retrouve quand Chantier avait été créé.

Comment avez-vous vécu la période automne 1999-printemps 2000 ? Que faisiez-vous ?

Avec un certain recul et pas mal de scepticisme. Par exemple, un ami investisseur voulait que je crée un site commercial avec lui. Je n’ai pas fait preuve de beaucoup d’enthousiasme, au point que, malgré sa volonté d’aller vite, nous n’avons rien fait. Et lorsque nous devions démarrer, le retournement s’était amorcé... Depuis, il a préféré investir dans l’hôtellerie. Pour ma part, j’étais avant, pendant et après directeur du département hypermédia de l’université Paris VIII et créateur d’œuvres numériques : je persiste...

Comment analysez-vous aujourd’hui cette frénésie de huit mois ?

Comme celle qui a marqué l’apparition du chemin de fer : l’homme a besoin d’espoir, de rêves et de nouvelles frontières à conquérir. L’emballement de certains penseurs, celui, suiviste, de la presse toujours à la recherche de "sensationnel", ont fait le reste : les détenteurs de capitaux se sont fait aveugler – il faut dire qu’ils ne demandent toujours que ça : IA, biotechnologies, etc. Le déraisonnable l’a donc emporté et a masqué le raisonnable, c’est-à-dire l’intérêt majeur pour l’avenir de nos sociétés de la numérisation de l’information.

Quel a été, selon vous, le signal de la chute des dotcoms ?

Je ne suis pas assez les analyses financières pour vous répondre. Il me semble simplement qu’à force de perdre de l’argent et de ne pas pouvoir imaginer en gagner, les investisseurs ont commencé à douter. Or, comme toute économie repose avant tout sur l’espoir, l’illusion et la confiance, tout ceci s’est arrêté dans sa progression et a fini par retomber.

Croyez-vous toujours autant à Internet ?

J’ai déjà répondu à cette question...

Croyez-vous au commerce en ligne ? Croyez-vous à l’avenir du Web non marchand ?

Le commerce en ligne existe et se développera lentement. Simplement, il se développera d’autant qu’il saura proposer de nouveaux et réels services et non des gadgets. Les secteurs qui marchent sont de ce type : enchères, voyages, etc. Mais il ne sera peut-être pas celui qu’on attend : j’ai par exemple été très frappé, cet été, de voir que, dans tous les lieux de vacances où j’étais, beaucoup de micro-entreprises (loueurs de vacances, hôtels, vendeurs de produits locaux, etc.) avaient su trouver dans ce vecteur un réel outil de développement. Ceci répond en partie à la suite de votre question, car il s’agit d’un Web marchand mais qui ne répond pas aux modèles centralisés du e-commerce. L’aspect tous-tous du Réseau (peer to peer si vous préférez) est, ici, essentiel. Or, le commerce centralisé (le big business) ne sait pas encore vraiment s’y adapter. Il suffit de lire la presse et notamment les batailles autour de la musique pour s’en convaincre. C’est même un peu surréaliste. Mais j’aurais besoin de plusieurs pages pour développer cela dans le détail.

Comment voyez-vous les années à venir ?

Plus "raisonnables", mais avec un développement constant tant sur le plan technique qu’intellectuel. Il me semble que le Réseau fait désormais partie intégrante de notre civilisation et l’on ne reviendra pas en arrière.

Croyez-vous toujours dans ce qu’on a appelé la "netéconomie" ?

Voir ma réponse ci-dessus.

Quelles vont être, selon vous, les futures grandes échéances et que vont-elles apporter ?

Je ne sais pas s’il y aura de "grandes échéances"... Il y aura des étapes techniques importantes (l’extension du haut débit, par exemple), des évolutions progressives (la loi de Moore), de petites innovations ou de moins petites. Mais Internet (ou ce qui lui succédera, disons la communication tous-tous par réseau) fera de plus en plus partie de notre paysage politique, social, économique, culturel et introduira de réels changements dans tous ces domaines. Il faut qu’une société digère une technique avant de s’en trouver modifiée. Mais cela se produit toujours : une société avec téléphone n’est pas une société sans téléphone, toutes les pratiques en sont affectées, même si l’usager n’en a pas conscience. Je pense sincèrement que nous sommes entrés dans une autre société. Pour le dire un peu vite : une société qui cherche à se cloner de façon numérique. Dans ce cadre, Internet n’est qu’un élément, un élément à valeur symbolique forte, mais un simple élément...

Internet en France - 7 Ans d'aventures
 
Dans la même rubrique

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA

14/11/2003 • 14h40

Le V2V, une vidéothèque militante et décentralisée

13/11/2003 • 16h07

Les télés libres appellent à des états généraux européens du "tiers secteur audiovisuel"
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse