18 12 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


4/09/2003 • 14h41

La protection des infrastructures vitales américaines doit-elle reposer sur Windows ?

Une association représentant les leaders de l’industrie high-tech critique Microsoft

Une association représentant les principaux leaders américains de l’informatique, exception faite de Microsoft, demande au gouvernement américain de revenir sur sa décision d’équiper son Département de la sécurité intérieure de plateformes Windows en raison de ses problèmes persistants de sécurité.

Dans une lettre adressée le 27 août dernier à Tom Ridge, secrétaire du Department of Homeland Security (DHS), Ed Black, président de la Computer & Communications Industry Association (CCIA), lui demande de "reconsidérer la confiance accordée" à Microsoft, dont la plateforme, qualifiée de "défectueuse", a été choisie pour équiper le DHS en vue de "protéger la sécurité nationale" des États-Unis.

Des poids lourds contre Microsoft

D’ordinaire, les critiques portant sur les risques que font peser les logiciels Microsoft émanent des défenseurs des logiciels libres ou de professionnels de la sécurité. La CCIA est d’une toute autre nature, et d’un tout autre poids.

Créée il y a 30 ans pour représenter les petites sociétés informatiques face au géant IBM, alors sous le coup d’un procès antitrust, l’association regroupe aujourd’hui, outre une ribambelle de start-ups, PMI et PME, de nombreux poids lourds du secteur technologique : Sun Microsystems, Fujitsu, Nokia, Nortel Networks, AT&T, Oracle, Yahoo ! ou encore AOL. Ses membres emploient un peu moins d’un million de salariés et totalisent un chiffre d’affaires annuel de 300 milliards de dollars.

Créé dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001, le Department of Homeland Security américain (DHS) vise, quant à lui, à coordonner le travail de 22 agences et 180 000 employés chargés de protéger les infrastructures nationales de toute menace terroriste.

Le 27 juin dernier, deux jours après une rencontre entre Bill Gates et Tom Ridge, on apprenait que le DHS signait un contrat de 90 milions de dollars avec Microsoft Corporation. L’objectif est d’unifier les plateformes informatiques utilisées par l’ensemble des agences chapeautées par le DHS.

Pour la même raison, Tom Ridge avait déjà fait équiper 40 000 PC d’une plateforme Windows lorsqu’il était gouverneur de l’état de Pennsylvanie. Le déploiement avait même fait l’objet d’une étude de cas publiée dans les pages d’auto-promo du site de Microsoft.

Plusieurs infrastructures critiques victimes des failles de Microsoft

En termes de sécurité, mais aussi d’économie de marché, la CCIA se fait fort de promouvoir la "biodiversité" informatique, au vu des risques que fait peser toute dépendance envers un seul et même fournisseur.

Mais c’est principalement en raison des récents, et nombreux, problèmes de sécurité informatique rencontrés par Microsoft que la CCIA entend faire revenir le DHS sur sa position.

Pour Ed Black, le président de la CCIA, il existe de nombreuses preuves permettant d’avancer que "depuis des années, les objectifs économiques, marketing et même anticompétitifs étaient bien plus importants que la sécurité pour les développeurs de logiciels Microsoft". Il aura en effet fallu attendre l’an passé pour que la sécurité devienne l’une des priorités affichées de Bill Gates et de sa société.

Citant les récents vagues d’attaques virales, Black rappelle qu’elles ont entraîné, outre des millions de dollars de manque à gagner pour l’économie et les désagréments que l’on peut imaginer pour les personnes dont les PC ont été infectés, la fermeture temporaire de plusieurs administrations et services sensibles, dont le système de contrôle d’embarquement des passagers d’Air Canada, l’intranet de la marine américaine ou encore le système de surveillance d’une centrale nucléaire.

"En résumé, avance Black, les récents virus, qui ne touchent que les seuls utilisateurs des plateformes et logiciels Microsoft, ont réussi à "ralentir ou rendre indisponibles des infrastructures critiques en matière militaire, de transport et d’énergie". Infrastructures que le DHS est précisément censé sécuriser.

Vers une responsabilité des éditeurs de logiciels ?

Tout en reconnaissant que les premières personnes à blâmer sont bien évidemment les créateurs de ces virus, Black estime néanmoins que Microsoft est "largement responsable dans la mesure où il persiste à développer des logiciels pourvus de failles de sécurité facilement exploitables", au risque de mettre en danger tant l’économie que la sécurité nationale.

De son côté, le New York Times rappelait le 1er septembre que de plus en plus nombreux sont ceux qui demandent à ce que les sociétés de logiciels soient tenues pour responsables des dommages occasionnés par les failles de sécurité de leurs produits.

Pour Bruce Schneier, l’un des experts les plus en vue en matière de sécurité informatique, "c’est précisément pour cela que l’on ne recontre pas de tels problèmes en matière automobile : quand Firestone sort un pneu comportant un vice caché, il est tenu pour responsable. Quand Microsoft lance un système d’exploitation révélant deux failles de sécurité chaque semaine, il n’est pas tenu pour responsable".

En effet, les conditions générales d’utilisation des logiciels, que sont forcé d’accepter leurs utilisateurs, déchargent systématiquement les éditeurs de toute responsabilité quant aux dégâts qu’ils pourraient causer.

Interrogé par C|Net, Cem Kaner, avocat et universitaire au Florida Institute of Technology, avance ainsi que "sauf à ce que quelqu’un soit blessé ou tué, il est quasiment impossible de poursuivre en justice un éditeur en raison d’une faille de son logiciel". Il serait effectivement dommage d’en arriver là.

La lettre d’Ed Black à Tom Ridge:
http://www.ccianet.org/letters/dhs_...

Le site de la CCIA:
http://www.ccianet.org/

Le site du Department of Homeland Security:
http://www.dhs.gov/

DHS had little choice but to sign Microsoft deal, despite security flaws (ComputerWorld):
http://www.computerworld.com/govern...

A Common Infrastructure for the Common Wealth (Microsoft):
http://www.microsoft.com/resources/...

Digital Vandalism Spurs a Call for Oversight (NY Times): _ http://www.nytimes.com/2003/09/01/t...

A legal fix for software flaws? (CNet):
http://news.com.com/2100-1002-50678...

Un général de l’armée française s’inquiète de l’indépendance informatique du pays (Transfert.net):
http://www.transfert.net/a8955

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse