04 12 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


15/02/2001 • 15h46

La morte vivante

Ann Lee était vouée à disparaître. Après un passage aussi bref que discret dans la BD japonaise, ce personnage sans histoire et sans épaisseur devait finir dans un tiroir. Pour 46 000 yens, des artistes français lui ont offert une nouvelle vie.


Dominique Gonzales-Foerster
Ann Lee n’est qu’une surface. Elle traverse l’écran strié par une lourde pluie, puis disparaît. Sa démarche gracile et anonyme laisse derrière elle la sensation tenace du doute. Il faut s’asseoir, la tête entre les mains, et l’attendre, en se languissant du timbre atone de sa voix. Ce qu’il y a de déconcertant dans les personnages numériques, c’est leur refus d’être tangibles, leur incapacité à s’incarner dans un lieu plausible. Ann Lee revient. En japonais - sa langue natale - l’héroïne de manga entame une litanie apocalyptique. Traduction : "Il n’y aura pas de Zone de sécurité. Vous allez disparaître dans vos écrans. C’est une promesse - je vous le promets (...) Il n’y a nulle part où aller, absolument nulle part dans cet univers complètement perdu. Je parle de toute ma voix, d’ici, jusqu’aux confins de Jupiter, à travers les banlieues désertes de Mars, et même plus loin que cette galaxie et partout dans le reste de l’univers, et à la Lune... Aucun endroit ne s’appellera plus Zone de sécurité."

De retour de l’entre-mondes

Ann Lee est l’héroïne d’un film d’animation en 3D de la vidéaste française Dominique Gonzales-Foerster, présenté jusqu’au 3 mars prochain à la galerie Jennifer Flay, rue Louise-Weiss, à Paris. Ann Lee est une rescapée. Un produit culturel, inventé par Kworks, une agence japonaise spécialisée dans la création à la chaîne de personnages pour des dessinateurs de manga en mal d’inspiration. Personnage sans signes particuliers, vierge de toute histoire, Ann Lee était condamnée à demeurer dans l’entre-mondes des fictions qui n’ont personne pour leur donner corps et vie. L’an dernier, les plasticiens Pierre Huygue et Philippe Parreno ont décidé de racheter le personnage à Kworks pour 46 000 yens (environ 2 800 francs). Le projet No ghost, just a shell était né. Son titre, qui signifie quelque chose comme "pas un fantôme, juste une enveloppe", est inspiré de Ghost in the shell, l’un des chef-d’œuvre de l’animation japonaise (1996, Mamoru Oshii). Dans ses notes de 1999, Philippe Parreno décrit sa démarche : "Une entreprise écologique, une entreprise de traduction : acheter le copyright d’un de ces personnages, un personnage bon marché, amené à disparaître très vite. Travailler avec lui à une véritable histoire, traduire ses aptitudes dans une psychologie, lui prêter un caractère, un texte, une dénonciation, le plaidoyer d’un procès. Faire en sorte que ce personnage puisse vivre différentes histoires. Qu’il puisse agir comme un signe, comme un logo actif."

Répondre au besoin d’héroïne

Anywhere out of the world, de Philippe Parreno et 2 minutes en dehors du temps, de Pierre Huyghe, deux films d’animations réalisés en 2000, ont marqué le retour à la vie d’Ann Lee. Avec Ann Lee in Anzen zone, Dominique Gonzales-Foerster prolonge et enrichit encore l’histoire. La vidéaste témoigne : "Chez tous les participants au projet, Pierre Huygues, Philippe Parreno ou moi, Ann Lee a provoqué d’étranges réactions. Comme si l’abstraction du personnage abolissait la distance, permettait d’aller vers l’anxiété, de dévoiler des choses que nous n’aurions jamais osé dévoiler" (Aden, 30 janvier 2001).

Ann Lee n’était rien. Elle a désormais un destin : celui d’un produit destiné à répondre aux besoins de l’industrie culturelle, qui se retrouve investi par de nouveaux imaginaires et qui devient un objet d’art à part entière.

Une création de Dominique Gonzales-Foerster. Jusqu’au 3 mars à la galerie Jennifer Flay, 20 rue Louise-Weiss, Paris 13e. Tél : 01 44 06 73 60.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse