03 11 2022
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


28/09/2000 • 00h00

La majorité des hackers n’est pas prête pour la politique

Doobee, 25 ans, fait partie du collectif de hackers allemands Chaos Computer Club depuis 4 ans. Programmeur depuis sa jeunesse, il se sent proche des Cypherpunks, un groupe qui milite pour la protection totale de la vie privée et la généralisation de la cryptographie.


©M.Weiss
Retour au sommaire :" Vive la dissidence !"

Comment gagnes-tu ta vie ?

Je suis consultant en informatique. Comme c’est bien payé, ça me permet de travailler très peu, le moins possible en fait. Je touche aussi des royalties sur un petit programme que j’avais écrit quand j’étais encore ado : un calculateur de coûts et de taxes pour modem. Sinon, je suis étudiant en droit. Je fais des recherches, surtout en droit pénal et informatique.

Comment as-tu rejoint le Chaos Computer Club ?

J’ai habité dans un petit village pendant des années. Je programmais tout le temps, mais je me sentais un peu tout seul. Je n’avais même pas d’e-mail. Quand je suis arrivé à Bonn pour mes études, j’ai naturellement commencé à traîner avec la section locale du CCC, et ainsi de suite. Puis, j’ai commencé à m’intéresser à la philosophie des Cypherpunks, un groupe de Los Angeles. J’ai lu des livres et me suis reconnu dans leur approche très libertaire mais très pratique : " La cryptographie va changer le monde. Rien ne sert d’en parler, il faut écrire des programmes. " Ils sont très pointus sur des sujets comme la cryptographie ou les remailers. J’ai trouvé deux ou trois personnes qui avaient les mêmes idées en Europe.

Tu as une vision politique du hacking, te considères-tu comme une exception ?

C’est vrai que les hackers et les pirates n’ont en général aucune vision politique. Quand ils en ont, ils ne s’entendent pas ou sont complètement éparpillés. Ils se sentent tous très non-conformistes, presque anti-sociaux. Ils ne veulent donc presque jamais faire partie d’un mouvement organisé. Ils vivent dans un paradoxe. Ils sont capables d’être dans la même pièce et de s’échanger des e-mails, sans se parler, ce qui est très " impoli ". En fait, la majorité n’est pas prête pour la politique.

Quelle est la dimension politique du CCC ?

Les objectifs du CCC sont plutôt des " meta-objectifs ". La liberté de circulation sur le Réseau et la meilleure compréhension de la technologie par tous ne peuvent jamais vraiment être atteints. C’est une direction. La particularité du CCC est d’être le seul groupe de hackers au monde à avoir des liens étroits avec la classe politique. En collaborant avec ceux qui élaborent les réglementations sur Internet, ils ont par exemple réussi à ce que l’Allemagne reste un des seuls pays qui n’a aucune loi sur la cryptographie.

Connais-tu d’autres groupes de hackers qui ont une vision politique forte ?

À part le CCC, je ne vois que la Free Software Foundation GNU, qui se bat pour les logiciels libres et, bien sûr, les Cypherpunks. D’inspiration anarchiste, nous sommes pour la liberté et la protection de l’individu contre l’...tat. Nous défendons l’anonymat, l’absence de régulation du Réseau et le concept de e-cash : comme les cartes de crédit ne sont pas anonymes, nous pensons que la monnaie virtuelle anonyme est l’une des meilleures façons d’affaiblir le contrôle de l’...tat, qui ne pourrait plus lever d’impôts.

Internet est-il un espace plus ou moins libre qu’il y a cinq ans ?

Bien moins libre, c’est certain. Parce que le Réseau a pris beaucoup plus d’importance aux yeux de la société, puis des sociétés commerciales et de l’...tat. Leurs intérêts ne sont pas les nôtres, la situation ne peut donc être que moins bonne. Je suis quand même optimiste mais il faut s’adapter. En 1996, déjà, on disait : " L’Internet est déjà plein, allez-vous en ! ", quand tous ont commencé à s’y intéresser. Aujourd’hui, il faudrait : " L’Internet est plein, c’est nous qui nous en allons ! " Les Cypherpunks réfléchissent donc à des réseaux virtuels privés (virtual private networks, VPN), inspirés des concepts de communautés fermées ou de cités murées imaginés par des penseurs comme William Gibson. L’idée est bonne, et tout cela va se développer bientôt. Grâce à la cryptographie et à la gestion dynamique des adresses IP, on peut créer des réseaux dans lesquels on n’accepte que ceux que l’on a choisi. Comme dans la vie réelle, on n’a pas toujours envie d’être dans un endroit public et d’être entendu par tous.

Pourquoi ce genre de réseau privé n’est-il pas encore développé ?

Nous y travaillons, mais les problèmes ne sont pas techniques. Plutôt politiques ou sociaux. On se demande : " À partir de combien de membres une communauté devient-elle laide ? " Si nous acceptons 10 000 personnes, certains vont-ils réclamer des forces de police ? Pourquoi, quand on invite 10 personnes à une fête, tout se passe bien, alors qu’avec une centaine, les toilettes sont forcément immondes ? Toutes les questions sont politiques. Que faire si quelqu’un s’oppose aux autres membres ? Ou tient-on des propos nazi ? Le tout est une question de pédagogie et de respect, cela demande du temps.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse

Page not found