19 02 2018
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


27/02/2001 • 17h46

La guerre de l’information aura bien lieu

Les experts militaires américains évoquent depuis des années les risques, hypothétiques, d’un "Pearl Harbor électronique". Aujourd’hui, ils réorientent leur stratégie et entrent de plain-pied dans la guerre de l’information. Une guerre offensive.

"J’ai passé 20 ans à apprendre à me servir de bombes et de missiles, sans jamais vraiment m’en servir contre de véritables ennemis. Aujourd’hui, je me lève chaque matin pour me confronter à de sales types." Ainsi s’exprime, dans le journal AviationNow.com, le général major Bruce Wright, commandant de l’Air Force’s Air Intelligence Agency (AIA), l’agence de renseignement et des (cyber-)opérations de l’armée de l’air américaine. Signe de la nouvelle donne en matière de stratégie militaire, son unité intégrait, le 1er février dernier, l’Air Combat Command (ACC), le centre opérationnel de combat de l’US Air Force. La "collecte de renseignements, les attaques informatiques et la manipulation de l’information" sont en effet les nouvelles armes revendiquées de l’armée américaine, qui se donne six mois pour faire entrer de plain-pied la "guerre de l’information", au même titre que les armes conventionnelles, au sein de son arsenal militaire. L’objectif est d’être capable, d’ici 2005, d’intervenir dans l’intervalle qui sépare l’échec des négociations diplomatiques des débuts d’une intervention militaire. Et, si les hostilités sont déclenchées, de faire tomber l’infrastructure ennemie en y semant la pagaille.

La guerre de l’information en 3 leçons

Pourquoi mettre 18 heures à envoyer des avions B52 pour bombarder de missiles telle ou telle cible quand il est possible, en 8 secondes, de lancer une attaque informatique ? L’"alternative" a le mérite d’être claire et correspond aux trois objectifs que s’est fixés l’armée de l’air américaine. Premièrement, apprendre à mieux connaître l’ennemi, autrement dit : espionner ses mails et pénétrer dans ses bases de données informatiques en vue d’y trouver les informations classifiées. En second lieu, déstabiliser l’adversaire en coupant, par exemple, l’électricité dans tout le pays, ou bien en détournant les programmes télévisés. Dernier point : repérer les infrastructures et nœuds de communication afin de les détruire avec un minimum de "dommages collatéraux" pour les civils comme les soldats américains. Cette stratégie correspond ni plus ni moins à ce que les officiels américains, en vue d’obtenir des crédits supplémentaires, présentent à longueur d’interviews comme relevant du "cyberterrorisme".

Le cyber-terrorisme expliqué à sa maman

À ce jour, seuls les ...tats-Unis, et quelques rares autres pays industrialisés, sont à même de mener des attaques informatiques d’une telle ampleur, et précision. Et l’armée américaine, qui n’a de cesse, depuis des années, de crier au loup en faisant force référence à un hypothétique "Pearl Harbour Electronic", opte ainsi pour une stratégie offensive, tout en faisant fusionner services de renseignements et forces armées. La stratégie est d’autant plus offensive que le seul moyen de parvenir à ces fins est d’accentuer le travail préalable de collecte de renseignements et d’espionnage de ses adversaires potentiels de telle sorte que, si un jour cela se présente, l’armée américaine connaisse déjà tout de leurs capacités, et puisse lancer ses attaques en quelques secondes seulement. Ladite "guerre de l’information" "proactive" est désormais lancée, et rien ne saurait l’arrêter. Encore faut-il s’entendre sur la notion d’ennemis (l’infrastructure des forces européennes sera-t-elle visitée ?). Second problème : il faut arriver à faire comprendre tout ce cyber-langage, et ses notions informatiques, aux officiels chargés d’élaborer, in fine, la stratégie, et d’obtenir les crédits, alors même qu’ils ne tâtent guère de la souris. Ou comme le dit Wright : "trouver une façon de parler que même votre mère pourrait comprendre"...

U.S. Shifts Cyberwar To Combat Commands:
http://www.aviationnow.com/content/... United States Air Force Air Intelligence Agency:
http://www.aia.af.mil/
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse