19 09 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


29/06/2001 • 18h31

La fin d’une époque

Les Anglo-saxons ont une formule assez explicite pour résumer le problème d’un grand nombre de sites internet de presse : " There is no free lunch anymore ".

Il n’y a plus de repas gratuits. Après quelques années à délivrer leurs contenus gratuitement, les sites éditoriaux commencent à demander une contribution à leurs visiteurs. En clair, de payer.

Le mot est lâché : payer. Pas facile à entendre pour les accros du Web. Car nous avons tous pris de mauvaises habitudes. Les lecteurs et les éditeurs. Nous avons pris goût à de l’information 100 % gratuite, que les sites espéraient financer grâce à un marché publicitaire que l’on promettait magnifique (et qui a, aujourd’hui, quelques faiblesses). Mais était-ce vraiment la meilleure solution ? Après tout, la meilleure garantie d’indépendance que puisse donner un titre de presse, c’est de devoir son autonomie financière à ses lecteurs, plutôt qu’à ses annonceurs. Un organe d’informations doit pouvoir survivre à la raréfaction de ses derniers. Alors qu’il n’a aucune raison de continuer à exister si ses lecteurs l’abandonnent.

J’entends déjà les cris : " N’importe quoi ! Tout doit rester gratuit ! Tout ce que vous allez faire, c’est de perdre vos lecteurs ! " Certes, ce n’est pas une décision facile. Le gratuit était tellement simple. Tellement confortable. Et tellement impossible... L’information professionnelle indépendante coûte cher. Ce sont les salaires, le loyer, le téléphone, les frais de reportage et d’enquête, la liaison internet, les ordinateurs, l’EDF, et tous ces menus frais qui permettent à une rédaction de fonctionner. Pour, simplement, continuer à exister, les éditeurs tentent donc d’inventer des systèmes pour faire participer, financièrement, le lecteur. Certains sites sont accessibles seulement sur abonnement. D’autres font deux éditions : une, gratuite, avec des publicités énormes ; l’autre, sur abonnement, sans publicité. Transfert.net, lui, parie sur la complémentarité magazine / site web : l’information quotidienne en ligne reste gratuite, mais les archives sont réservées aux lecteurs du magazine que vous avez entre les mains. L’acte de paiement est, ici, l’abonnement ou l’achat d’un magazine papier (on pourra aussi ne souscrire qu’au service en ligne, pour un prix moindre). Plus qu’un paiement, ce sera aussi l’affirmation de l’appartenance à une communauté (celle des lecteurs de Transfert.net), et le soutien à un effort d’avenir (l’information de qualité en ligne).

Et je fais les paris : dans les six mois, plusieurs titres, même parmi les plus grands, vont passer au payant (partiel généralement). Les lecteurs ne vont sans doute pas sauter de joie. Mais ils vont s’y habituer : l’Internet entre dans l’âge adulte, celui où, les études passées, il faut gagner sa vie. Une question de maturité.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse