24 01 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


14/09/2001 • 19h19

La cybersurveillance dans le prétoire

C’est la guerre entre les juges américains et leur administration de tutelle qui a décidé de soumettre leurs ordinateurs au flicage. On en arrive même, aujourd’hui, à des échanges peu amènes via journaux interposés

Est-ce qu’il faut exercer une cyber-surveillance des employés travaillant dans les Cours de justice ainsi que des juges eux-mêmes ? C’est la question, fortement combattue par nombre de magistrats américains, que devait aborder mardi 11 septembre, la «  Judicial Conference  ». Cette haute instance administrative des cours de justice, composée de 27 juges fédéraux et présidée par un représentant de la cour suprême, étudie, en effet, la mise en place d’un règlement précisant les conditions de cyber-surveillance des employés des juridictions. Ce règlement a été rédigé durant l’été, à l’initiative du comité chargé des questions technologiques, le « judicial conference automation and technology  ». Lequel s’est positionné à la demande du bureau administratif des cours de justice (administrative Office Of US Courts) dont le directeur, Leonidas Ralph Mecham, est un farouche partisan d’une surveillance stricte des habitudes électroniques de ses employés.

Les juges contre la cybersurveillance

Le problème c’est que les 30 000 salariés et surtout les 1800 juges fédéraux concernés par la question envisagent d’un très mauvais œil ce cyber-contrôle de routine. Déjà en août, la publication de la recommandation par l’administration judiciaire, s’était heurtée à la vive protestation des juges fédéraux. Les juges de la cour d’appel de San Francisco avaient même organisé une mini insurrection durant l’été, obligeant les informaticiens à désinstaller les logiciels de filtrage, chargés sur leurs postes de travail à leur insu. En effet, depuis avril les ordinateurs sont soumis à contrôle. C’est d’ailleurs pourquoi, l’administration judiciaire cherche aujourd’hui à régulariser la pratique en faisant adopter une recommandation sur le sujet. Mais voilà, s’il est facile pour les entreprises privées d’imposer un certain contrôle à leurs employés, dont la capacité de contestation reste restreinte, dans le secteur public la chose est déjà moins aisée. Surtout lorsque la plupart des juges, regroupés au sein de la « Federal Judges Association (qui représente 85% de la profession), s’opposent à ce qu’ils considèrent comme une «  invasion de leur vie privée au travail  ».

Sites porno accessible aux magistrats

À la tête de cette opposition se trouve, le juge Alex Kozinski de la cour d’appel de San Francisco, qui a publié le 4 septembre une lettre ouverte à ces confrères sur le thème de : « la vie privée en procès  ». Dans cette missive, le magistrat interpelle directement le directeur de l’administration judiciaire. Leonidas Ralph Mecham _ c’est lui_ y est accusé de surveiller les communications des juridictions alors même que la «  Judicial Conference ne l’y a jamais autorisé  ». Leo répond à ces accusations en déclarant, dans le journal Newsfactor que « le juge Kozinski montre un peu trop d’intérêt à laisser les sites pornographiques accessibles aux magistrats  ». Cette guerre ouverte entre les juges et l’administration n’a, pour l’instant, abouti à aucune décision définitive. En attendant, les employés des juridictions et les juges continuent donc d’être soumis à une cyber-surveillance quotidienne.

Lettre ouverte parue dans the Opinion Journal
http://www.opinionjournal.com/edito... Article de Newsfactor
http://www.newsfactor.com/perl/stor... Site de l’association des juges fédéraux
http://www.fedjudge.org/ Site de l’administration judiciaire
http://www.uscourts.gov/
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse