20 09 2018
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


16/06/2003 • 19h24

"La Gaîté lyrique, c’était un géant dans le coma" [Pierre Bongiovanni]

Sa mission : transformer l’ancien théâtre en centre parisien des créations numériques

Pierre Bongiovanni, 53 ans, est le directeur du Centre international de la création vidéo Pierre Schaeffer (CICV). Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, lui a confié en 2002 la mission de "préfigurer" la transformation de la Gaîté Lyrique de Paris : l’ancien théâtre, devenu parc d’attractions à l’abandon, doit devenir le centre parisien des créations numériques. Stream Tease TV, la société commerciale du directeur du CICV, anime le lieu depuis la première opération "Nuit blanche" de la Mairie de Paris, en octobre 2002. Chargé de forger la nouvelle vocation de la Gaîté lyrique, Pierre Bongiovanni y présente du 6 au 22 juin Open Source 2], la deuxième édition d’une exposition-parcours multimédia (Lire "Avec Open Source 2, le multimédia s’expose dans l’ancien temple de l’opérette").

Playhouse, d’Alexandra Chevillotte, une oeuvre emblématique d’Open Source 2, selon Pierre Bongiovanni (DR) - 20.6 ko
Playhouse, d’Alexandra Chevillotte, une oeuvre emblématique d’Open Source 2, selon Pierre Bongiovanni (DR)

Le Maire de Paris vous a confié la mission de "préfiguration" du futur centre de création numérique de la Gaîté Lyrique. Quelle pourrait être la forme d’un tel lieu ?
Pierre Bongiovanni : Paradoxalement, la Ville de Paris a séparé la mission de préfiguration, qui m’a été confiée, et celle de développement du projet à venir, qui repose largement sur les architectes consultés. Ce que je peux dire, c’est que la Gaîté évoluera en centre dédié à la jeune création, aux musiques actuelles et aux arts nouveaux. Aujourd’hui, nous sommes ici dans un squatt, dans l’éphémère, le provisoire. Si je devais imaginer la Gaîté demain, disons que je me contenterais de déshabiller le lieu, mais j’en garderais toute la structure. J’établirais ainsi un lien entre les différentes époques de cet endroit.

Ma philosophie repose sur trois principes simples. Ce lieu n’est pas implanté n’importe où à Paris, mais dans son hypercentre. Ce lieu a une histoire singulière. Enfin, la Gaîté a encore un avenir qui ne devra pas renier cette histoire. Je voudrais l’inscrire dans une continuité. Le meilleur compromis serait d’en faire un lieu dédié à l’art de son temps où s’exprimerait le mouvement de la pensée qui fonde la filiation entre les arts et les époques, de Léonard de Vinci aux arts électroniques.

Quel lien établissez-vous entre le lieu et son histoire, et ce qu’il pourrait devenir ?
Comme des calques sous Photoshop (le plus connu des logiciels de traitement d’image, Ndlr), c’est la mise en perspective des activités qui s’y seront tenues qui laissera voir la nouvelle nature de la Gaîté lyrique. Elle se révèlera dans la surimpression des expositions, de Nuit Blanche, en octobre 2002, à nos projets d’installations futures, en passant par Open Source 1, 2 et 3 et les Rencontres Scanner. Le Maire de Paris nous a demandé de nous occuper d’un géant dans le coma. Au moment de le réveiller, il nous faut être doux avec lui. Je suis pris par l’énergie de ce lieu, que nous essayons de faire circuler avec le moins d’arrogance et le plus de naturel possible. C’est un lieu où se sont cristallisés de nombreux fantasmes et polémiques. Et, à mon avis, ce n’est pas terminé.

La série d’expositions inaugurales s’appelle "Open Source". Que signifie, pour vous, ce titre ?
C’est un clin d’oeil aux pratiques de la création numérique, au logiciel libre, au "copyleft" (par opposition à "copyright", Ndlr). C’est aussi une façon d’indiquer que la source de la Gaîté n’est pas tarie ...

A quoi tient le choix des oeuvres exposées ? Quelle cohérence les visiteurs y trouveront-ils ?
Le choix des oeuvres correspond à des coups de coeur. Je me soucie peu du goût des autres, je me fie avant tout à mon instinct. Toute l’exposition tourne autour de la mise en valeur de la diversité de la création numérique. Ce qui fait que les fétichistes de l’interactivité seront parfois déçus. Nous sommes encore dans la préhistoire de quelque chose de très ouvert, qui finira par advenir. Nous voulons rendre compte de cette naissance.

Une des oeuvres présentées dans Open Source 2 vous paraît-elle particulièrement emblématique des travaux exposés ?
Je pourrais parler longtemps de toutes les oeuvres exposées dans le cadre d’Open Source 2. Mais s’il en est une qui me semble exemplaire à plusieurs égards, c’est celle d’Alexandra Chevillotte, qui montre pour la première fois son installation au public. Elle installe, dans des paysages de cartes postales, morts et figés, des personnages avec lesquels le visiteur est invité à interagir visuellement, sans pour autant influer sur leur destin. Il est important que cette première présentation au public ait pu avoir lieu ici. Je me répète, les arts numériques n’en sont qu’à la préhistoire. Ils donneront à imaginer de nouveaux modes d’interaction encore inconnus, de nouvelles écritures non linéaires. Ce qui se prépare, ce sont de nouvelles formes de spectacle, qui ne partageront plus les codes de la télévision, du théâtre ou du cinéma.

Le site de la Gaîté Lyrique:
http://www.la-gaite-de-paris.info/

Le site du CICV Pierre Schaeffer:
http://www.cicv.fr/

Le programme d’Open Source 2 (Gaîté de Paris):
http://www.la-gaite-de-paris.info/_...

Le site de Playhouse, d’Alexandra Chevillotte:
http://playhouse.free.fr/

 
Dans la même rubrique

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA

14/11/2003 • 14h40

Le V2V, une vidéothèque militante et décentralisée

13/11/2003 • 16h07

Les télés libres appellent à des états généraux européens du "tiers secteur audiovisuel"
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse