18 12 2018
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


21/10/2003 • 17h09

"La Commission européenne s’apprête à légaliser les OGM par la petite porte" [Eric Gall]

Greenpeace s’élève contre un projet de directive autorisant la "contamination" de semences

Les 27 et 28 octobre 2003, les experts du Comité permanent des semences de la Commission européenne rendront leur avis sur un texte autorisant des taux d’OGM "accidentels" dans les semences agricoles traditionnelles, compris entre 0,3 et 0,7 %, sans obligation d’étiquetage. Pour faire adopter ce projet de directive qui lui tient à coeur depuis longtemps, la Commission européenne a choisi une procédure technique spéciale, dite "de comitologie", qui dispense de passer devant le Parlement européen. Une procédure "technocratique et antidémocratique" que dénonce Greenpeace. Selon l’ONG, si les gouvernements acceptent cette directive, il sera très difficile pour les agriculteurs européens de respecter les seuils d’étiquetage fixés à 0,9 % pour l’alimentation humaine et animale, adoptés en juillet. Pire, la coexistence des cultures transgéniques et classiques serait rendue impossible et les filières bio condamnées.

Eric Gall est conseiller politique à l’unité Europe de Greenpeace, en charge de la question des OGM à Bruxelles. Il travaille actuellement à sensibiliser les experts qui feront partie du panel des 27 et 28 octobre, dont ceux qu’enverront le gouvernement français, qui soutient a priori la Commission. Le spécialiste se montre plutôt optimiste sur l’évolution de la question des OGM en Europe, notamment depuis que la publication de plusieurs rapports récents négatifs sur les cultures transgéniques a mis en difficulté le Premier ministre britannique Tony Blair. Eric Gall se félicite aussi de la position adoptée aujourd’hui par Eurocommerce, la puissante représentation européenne du commerce de détail et de gros, contre la "contamination" des semences et pour "des normes de pureté strictes".

Expliquez-nous la procédure adoptée par la Commission européenne pour faire voter sa directive. Pourquoi la jugez-vous anti-démocratique ?
Eric Gall : La procédure est dite "de comitologie". D’une manière générale, on y a recours pour régler des questions très techniques relatives à la mise en oeuvre de directives déjà adoptées. C’est une mesure technocratique qui réunit un comité d’experts envoyés par les gouvernements des états membres, sans passer devant le Parlement européen ou le Conseil des ministres.
Nous trouvons la procédure antidémocratique, notamment car il est très difficile de faire rejeter un projet de directive par un comité d’experts. Il faut pour cela réunir une majorité qualifiée d’états membres. C’est une des raisons pour lesquelles la Commission a choisi cette procédure. Elle s’apprête à légaliser les OGM par la petite porte alors qu’une décision aussi importante pour l’environnement en Europe devrait faire l’objet d’une discussion publique et passer devant les instances politiques normales, Parlement et Conseil des ministres.

En quoi autoriser un taux accidentel d’OGM dans les semences va-t-il généraliser les cultures transgéniques et condamner les filières bio, comme vous l’affirmez ?
Autoriser la présence dans les semences de taux d’OGM allant de 0,3 % à 0,7 % suivant les types de cultures (0,3% pour le colza, 0,5% pour le maïs, la betterave, la tomate et la pomme de terre et 0,7% pour le soja, Ndlr), va entraîner une dissémination très large.
Il deviendra donc quasiment impossible pour les agriculteurs de respecter le seuil de 0,9 % d’OGM autorisés pour l’alimentation humaine et animale. A moins de mettre en place, tout au long de la chaine de production, des contrôles qui se révèleront beaucoup plus coûteux qu’une action en début de la chaîne, au niveau des semences.
Par ailleurs, les études anglaises récentes ont par exemple montré que le pollen de colza pouvait voyager sur 16 kilomètres. Les bases scientifiques sur lesquelles la Commission veut autoriser la contamination des semences sont très fragiles. La directive condamnerait de fait les filières biologiques et non-OGM, alors que c’est exactement ce que les trois-quarts des Européens réclament.

Vous demandez que soit garantie la pureté des semences. Comment cela pourrait-il être mis en place ?
Nous demandons des seuils de pureté stricts, fixés au zéro "technique". Concrètement, les semences contenant plus de 0,1 % d’OGM (le seuil minimum des outils de mesure, Ndlr) seraient interdites, sauf à être étiquetées. Il faut qu’un maximum de gouvernements soutiennent cette idée contre la Commission européenne et demandent qu’un texte soit voté dans ce sens.
La mesure est tout à fait réalisable, puisque l’Autriche a adopté une loi de pureté des semences il y a deux ans, avec grand succès. Les industriels semenciers font de toute façon eux-mêmes des mesures sur leurs produits, dont ils connaissent les taux d’OGM. Une loi de pureté les oblige simplement à publier ces chiffres et les assortit de contrôles publics.

Concrètement, comment l’adoption de cette directive peut-elle être empêchée ? Faites-vous pression sur la France ?
Il ne reste que quelques jours avant la réunion du Conseil permanent des semences, les 27 et 28 octobre. Nous demandons aux différents gouvernements européens d’instruire leur représentant à cette réunion pour qu’il refuse la proposition de directive et demande au contraire que soient instaurés des standards stricts de pureté des semences. Nous espérons qu’une majorité qualifiée pourra être réunie. Pour l’instant, l’Autriche et l’Italie se sont déclarées contre, et semblent suivies par le Luxembourg, le Danemark, la Grèce et la Belgique. L’Allemagne a aussi critiqué la procédure de comitologie.
Pour ce qui est de la France, son rôle est important, car les gros pays pèsent plus lourd dans les votes au sein du comité d’experts. Jusqu’à présent, le gouvernement français a toujours soutenu la Commission. Nous avons demandé à ce qu’il prenne position contre la directive, mais sans succès. Nous ne désespérons pas d’un changement de dernière minute...

Campagne de Greenpeace sur les semences:
http://www.greenpeace.org/france_fr...

Le communiqué d’Eurocommerce, lobby du commerce de détail et de gros, contre la directive:
http://www.eurocommerce.be/index.js...

Un rapport gouvernemental anglais dénonce les effets des OGM sur la biodiversité (Transfert.net):
http://www.transfert.net/a9454

Le Parlement européen supprime le dernier obstacle à la levée du moratoire sur les OGM (Transfert.net):
http://www.transfert.net/a9064

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse