14 07 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


4/07/2000 • 19h56

« L’industrie du disque doit s’engager activement sur le Net  »

Les majors du disque ne peuvent plus nier que le téléchargement de fichiers musicaux bouleverse la filière industrielle. Elles doivent tester de nouvelles recettes économiques, selon Interview de Nick Kaddick, PDG de S3.


Nick Caddick, responsable marketing de Rio Digital Europe
Solveig Godeluck
Lundi 3 juillet, Nick Kaddick, le PDG de S3, présentait les nouveaux Rio à l’hôtel Crillon, à Paris. Le dandy tout de noir vêtu, tignasse grise et confidences bien calculées, a égratigné les distributeurs "archaïques" de l’industrie musicale, en se balançant sur ses jambes d’échassier. Dix millions d’utilisateurs pour Napster en dix mois, 57 % des étudiants américains qui s’en servent au moins une fois par semaine... et un marché mondial de la musique qui pourrait bondir d’une quarantaine de milliards de dollars de ventes en 1999 à une centaine de milliards. Grâce aux nouvelles technologies. Avec cela, les ventes de baladeurs MP3, qui ont atteint 1,5 million d’exemplaires en 1999, devraient doubler.

Les majors de l’industrie musicale ont-elles enfin pris le train en marche de la musique en ligne ?

Elles s’engagent toutes sur cette voie. Á quelle vitesse, c’est la question. Les majors veulent d’abord que la Secure Digital Music Initiative (groupement d’acteurs de l’industrie musicale traditionnelle alliés à des sociétés informatiques, aux ...tats-Unis, NDLR) publient leur format de fichier musical sécurisé. Elles pensent que cette solution qui ouvrira la porte d’Internet, mais c’est faire preuve de courte vue. Le marché, la demande des consommateurs, sont déjà là. La seule chose dont on aurait vraiment besoin, c’est de rassembler ses forces et de se lancer, afin d’embrasser ce nouveau média le plus vite possible. Si les majors ne le font pas maintenant, elles seront prises de vitesse. Je ne parle pas de Gnutella, qui n’est pas très évolué, mais d’autres modèles économiques encore meilleurs vont se mettre en place.

Que devraient faire les majors pour ne pas rater cette révolution ?

Elles doivent s’engager activement. Je ne dis pas cela pour encourager la musique gratuite sur le Net, avec des artistes qui ne seront jamais payés. La seule chose que je regrette, c’est que EMI, par exemple, lorsqu’elle vend des fichiers musicaux en ligne, les facture 3,95 dollars pour un seul morceau. C’est fou ! C’est le même prix que sur un CD ! Alors qu’avec Internet, on économise les frais de distribution. Il faudrait répercuter cette différence : 50 cents pour un morceau, cela me semble raisonnable. Ensuite, les majors devraient réaliser que la moitié du processus d’achat de musique consiste à "naviguer" entre les titres disponibles, afin de faire son choix. On n’a pas toujours besoin d’acheter quand on rentre dans une boutique ou sur un site : on a besoin d’avoir accès. Les nouveaux modèles de distribution prendront en compte cette donnée.

Serait-il envisageable de substituer à une économie fondée sur la vente de disques une économie du spectacle vivant, où les performances en concert feraient vivre l’industrie, tandis que la musique en ligne, gratuite ou presque, ferait connaître l’auteur ?

Ça ne marcherait pas pour tout le monde. Parce que les tournées coûtent cher et rapportent peu. Ce serait rentable pour un groupe comme Metallica, qui dispose déjà d’une grande audience. Même s’ils font des pertes lors des concerts, ils se rattrapent sur les ventes de produits dérivés, des tasses aux tee-shirts.

Mais alors, Metallica n’a rien compris en s’énervant contre les 300 000 usagers de Napster qui ont téléchargé ses morceaux ?

Pour certains auteurs, comme le rappeur Chuck D, le téléchargement gratuit de fichiers musicaux va de soi. Il dit lui-même : "je viens de la rue, je veux que tout le monde puisse entendre ma musique." Pour Metallica, la question ne se posait pas de la même façon. Le groupe se devait d’intenter un procès à Napster, parce qu’il n’y a pas de raison que les artistes soient lésés. L’affaire Napster-Metallica met surtout en lumière la mauvaise gestion de l’industrie musicale : si elle avait embrassé les nouvelles technologies plus tôt, on n’en serait pas là. Les artistes ne seraient pas volés. Surtout, le consommateur s’en tirerait mieux. C’est lui le grand perdant. Dans le système de distribution actuel, les différences de prix sont énormes. Comment justifier le fait qu’un titre coûte 10 dollars aux ...tats-Unis, 10 pence en Grande-Bretagne, et 10 francs en France ?

Quels modèles économiques alternatifs proposeriez-vous pour vendre de la musique à l’heure du Net ?

Il pourrait y avoir une entreprise de type Napster, qui distribue son contenu sur un catalogue fermé, grâce à un logiciel de partage de fichiers. On pourrait aussi utiliser un logiciel comme Gnutella, mais amélioré. Je vois bien un géant comme Vivendi commercialiser son logiciel fait maison afin de télécharger des fichiers sur le Web. Il donnerait la préférence à son catalogue, son contenu propriétaire. Ce serait un modèle d’abonnement, mais non exclusif : on pourrait télécharger les morceaux distribués par la concurrence. Parce qu’Internet ne fonctionne pas comme la télévision sur le câble. Ce n’est pas un média exclusif.

Un autre modèle économique consisterait à payer pour écouter. Le "pay per track" peut prendre un aspect très évolué sur Internet, avec les technologies de gestion des droits comme la solution d’Intertrust. On vous autorise à télécharger un fichier que vous pourrez écouter une fois, deux fois, trois fois... Un code informatique vous empêche de consommer plus que ce que vous avez payé.

Sinon, il y a le modèle du marketing. Je suis autorisé à télécharger un fichier musical et à le faire circuler gratuitement parmi mes amis. En échange, un logiciel espion remonte des informations individuelles sur chaque nouvel auditeur.

La musique gratuite va-t-elle survivre sur Internet, ou bien les micro-paiements vont-ils mettre fin à ce "désordre" ?

La musique gratuite ne disparaîtra pas. Les micro-paiements vont se développer, mais seulement si l’on peut les intégrer à la facture d’électricité ou de téléphone. De plus, une nuée de firmes musicales ne vont pas se mettre d’un coup aux micro-paiements... Et puis, qui va gérer les micro-paiements ? Pour les compagnies de carte bancaire comme Visa ou Mastercard, c’est beaucoup trop cher. Au lieu d’opérer des transactions sur 50 dollars, elles devraient s’embêter avec des factures de 2 dollars...

Finalement, si les majors tardent trop à vendre en ligne, pourraient-elles disparaître ?

Les majors vont se maintenir, car elles possèdent un énorme catalogue. Mais si elles tergiversent trop, elles manqueront une occasion de faire rebondir le marché de la musique, qui est en chute libre depuis plusieurs années. Il a perdu 5 % aux ...tats-Unis et au Royaume-Uni l’année dernière, et 8 % en France. Il faut un nouveau stimulus pour le relancer. Cela pourrait être Internet. Les conditions technologiques sont le haut débit, la disponibilité des fichiers musicaux, l’accès à Internet pour le plus grand nombre, et la convivialité, avec d’autres appareils que des PC pour se connecter. Toutefois, la vente en ligne de fichiers musicaux demeurera faible en pourcentage : moins de 10 % des ventes totales. Et ce pourcentage dépendra encore des prix fixés par les majors.

 
Dans la même rubrique

17/05/2002 • 16h16

Un appareil numérique drôlement carrossé

15/05/2002 • 15h15

Baladeur chic

2/05/2002 • 16h31

Et TPS tua la VHS ...

29/04/2002 • 16h45

Le PDA des petits

24/04/2002 • 17h41

Le lecteur traqueur de mauvais élèves
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse