15 09 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


3/10/2001 • 16h54

L’erreur UMTS

Après avoir ponctionné les bourses européennes de dizaines de milliards d’euros, l’UMTS pourrait ajouter de la déprime à la déprime...

Depuis le début, cette histoire sent le souffre. Dans la folie boursière de la période glorieuse des dotcoms, plusieurs Etats européens ont pensé pouvoir obtenir des petites fortunes des licences pour l’UMTS, ce système de transmission de données sans fil à haut débit. Sur le papier, tout allait bien : à l’heure où on claquait des centaines de millions pour des start-up sans aucun véritable avenir (merci Boo.com), on pouvait bien tabler en milliards pour une technologie dont les industriels attendaient (attendent ?) monts et merveilles.

Oui mais. Les opérateurs ne sont pas complètement fous. Ces sommes incroyables, ils ne les avaient pas. Et ils sont allés les chercher soit en bourse, soit auprès des banques. Dans le premier cas, l’UMTS a ainsi permis d’accélérer le tarissement de la fontaine à cash " Bourse " : une fois les milliards envolés vers l’UMTS, il devenait très difficile pour d’autres entreprises de trouver sur le marché les centaines de millions dont elles pouvaient avoir besoin. Cet argent avait été purement et simplement " umtéisé ", avalé, par les mastodontes que sont les opérateurs de téléphonie.

Dans le second cas, les capacités d’endettement des groupes concernés ont été gravement atteintes, et ils sont aujourd’hui incapables de financer de nouveaux projets par emprunt (le banquier n’est plus d’accord).

La situation a, aussi, radicalement changé. La bourse s’est effondrée. L’UMTS a pris plusieurs années de retard pour des raisons techniques ou politiques parfois indépendantes de la volonté des opérateurs. Or l’économie a besoin d’une bonne relance. Bref, d’une injection de cash. L’observateur logique se dirait : 32,5 milliards multipliés par deux (Orange et Cegetel), cela fait une belle somme, une sacré piquouse d’argent frais pour passer des commandes, créer de l’activité... Le ministère de l’Economie, lui, pense à son budget dans lequel il a déjà dépensé une partie de cet argent. Dilemme. D’autant que Bercy a aussi dans ses préoccupations la relance de l’économie, tout en creusant au minimum le déficit.

Mais tout cela arrive trop tard. Le mal est déjà fait.

L’argent a déjà été ponctionné sur le marché.

C’était au moment du calcul de la facture de l’UMTS qu’il fallait être plus intelligent, et inventer un système de redevance pouvant à la fois éviter de massacrer le marché boursier, et de menacer à terme les fondamentaux des sociétés de service. Les dizaines de milliards d’euros ne reviendront pas sur le marché. Ni directement dans l’économie. Mercy Bercy. Mercy Cegetel et Orange, qui ont accepté le prix à l’époque. Merci d’avoir mis ce beau bordel. En plus, je suis sûr que, au bout du compte, vous vous mettrez d’accord pour que vous vous en sortiez tous avec les honneurs. La négociation, entre gens bien élevés dans les mêmes écoles, se terminera pas un repas, chez Le Doyen ou chez Guy Savoy. Et vous serez tous très contents.

Plus, en tout cas, que les petits boursicoteurs qui se demandent juste quand ils vont pouvoir un jour revoir la couleur de leur investissement. Plus que les jeunes sociétés à la recherche de capitaux qui font une croix sur leur développement, voire pour certains sur leur existence.

Sinon, rien à dire : c’est bon, chez Guy Savoy. Cher, mais bon...

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse