18 11 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


18/10/2000 • 16h05

L’art robotique des corps

video
Artiste numérique obsédé par l’image, Christophe Luxereau imagine le corps des humains de demain : ils changeront de bras comme on change de voiture. Portrait et Interview vidéo
Des jambes fines et musclées ; bronzage hawaïen au bras gauche, hâle asiatique pour le droit ; un buste féminin aux seins légers et des yeux qui portent la mention "bleu-vert atlantique". À l’extérieur, la plastique est parfaite. L’intérieur - on le devine - est totalement robotique : un enchevêtrement d’acier et de câbles émerge de ces bras et ces jambes séparés. Le tout compose les Pièces Détachées, étrange œuvre photographique sur plaques de verre rétro-éclairées, exposée ce mois d’octobre dans une galerie de design à Paris (1).

Jean brut et T-Shirt jaune ; peau blanche, biceps gonflés aux haltères et léger bidon ; raie sur le côté : la plastique, imparfaite, est humaine. Elle s’anime souvent du sourire discret de Christophe Luxereau, dessinateur-photographe de 33 ans et auteur de ces Pièces Détachées. Fasciné par les looks, dingue d’images - il a travaillé dans la BD et dans la pub - et curieux des méthodes de modification corporelle comme le bondage [pratique consistant à se faire attacher- NDLR], on attendait de lui une tenue plus excentrique. Mais sa seule coquetterie revendiquée est l’épilation.

Esthétique nippone

Bidouilleur d’images, Christophe Luxereau a découvert le logiciel de retouche photo Photoshop à la fin des années 80 et il n’a pas arrêté, depuis, de trafiquer ses clichés au gré des évolutions techniques. Avec un processus d’élaboration éprouvé : photo argentique et traitement numérique. Question de qualité ("les appareils numériques ne sont pas encore assez performants") et d’authenticité (l’analogique laisse davantage de place au hasard). De quoi donner à ses personnages, souvent robotiques, un air plus vrai que nature et instaurer le doute dans l’œil du spectateur sur la réalité des modèles. Obsédé par le corps, Luxereau a développé une esthétique inspirée de l’imagerie nippone, version rose bonbon, Candy et Bisounours. "C’est ce qu’on a appelé la tendance à la régression", résume l’artiste, qui se rend désormais deux fois par an à Tokyo. Il rappelle l’engouement des Japonais pour les poupées. C’est d’ailleurs par ce biais qu’il a commencé à s’interroger sur le corps, avec la série des Mécadolls, poupées androïdes à la beauté asiatique.

Chirurgien numérique

Dans la lignée de ces pantins numériques, Christophe Luxereau a conçu les Pièces Détachées comme un catalogue où les humains pourraient venir piocher des membres (voir l’interview vidéo). Pour les concevoir, il n’a pas hésité à fouiner dans des bouquins d’anatomie. "En chirurgie réparatrice, explique-t-il, les médecins se repèrent en attribuant des codes couleur qui correspondent à des fonctions, un peu comme les électriciens." Il a repris ces codes pour colorer les parties électroniques de ses membres. "Réparer", c’est le premier motif invoqué par l’artiste pour justifier ces prothèses en catalogue. Déjà, une de ses Mécadolls s’introduisait un tournevis dans le bras pour effectuer un réglage. Là, il s’agit de remplacer les membres déficients. Mais pourquoi s’en tenir là ?

Contrôler son image

"Les hommes voudront faire des expérimentations esthétiques au-delà de leur corps organique", assure-t-il en songeant qu’ils pourront changer de bras comme on change de voiture. La logique file : "La technologie doit leur permettre de s’affranchir de leur partie organique." Et s’il n’est pas le seul à miser sur la chirurgie esthétique (lire Danse avec les images), il n’hésite pas à afficher une posture radicale : "Tant qu’on a un cerveau, le reste n’est que de la mécanique associée." Lui-même n’arbore ni tatouage ni piercing, mais sa volonté de se débarrasser de ses poils participe sans doute de cette tentative de contrôler l’image du corps. Car c’est l’image à laquelle on veut correspondre qui crée l’identité, professe en substance Christophe Luxereau. On a le droit de ne pas être d’accord...

(1) Jusqu’au 3 novembre 2000 au WebStore & Store, 29 rue du Louvre, Paris

Site de Christophe Luxereau:
http://perso.wanadoo.fr/digitaldonuts Les Mécadolls de Christophe Luxereau sont aussi exposées sur le site du festival @rts-outsiders
http://www.art-outsiders.com/teknia...
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse