04 07 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


6/09/2001 • 19h14

Keljob condamné

Le tribunal de Paris a interdit, mercredi 5 septembre, au moteur de recherche d’annonces d’emploi Keljob de référencer les fiches du site Cadremploi. Keljob a été condamné à payer 1 million de francs de dommages et intérêts.

Droit des bases de données, contrefaçon de marque et liens "profonds". Tels étaient les terrains juridiques sur lesquels l’avocate du site d’annonces Cadremploi avait orienté sa plaidoirie contre Keljob.com. Heureusement pour le Net, la troisième chambre civile du tribunal de Paris ne lui a pas donné raison sur le dernier argument. Le juge a condamné, mercredi 5 septembre, Keljob.com, moteur de recherche d’annonces d’emploi, pour "atteinte à la base de données" de Cadremploi , "contrefaçon de marque" et "atteinte à la dénomination sociale" de la société. Keljob devra cesser de référencer les annonces de Cadremploi et lui verser 900 000 francs de dommages et intérêts, plus 100 000 francs de frais de justice. C’est la troisième décision dans une affaire qui avait vu Keljob perdre en référé, puis gagner en appel. Cette fois-ci le cas était jugé "au fond".

Fins commerciales

Le premier élément du litige concernait la reproduction de la marque. Keljob ayant reproduit le nom de Cadremploi dans ses plaquettes publicitaires et sur son site, le tribunal a estimé que cette mention n’était pas faite dans un but d’information, mais à des fins commerciales, "dans le cadre d’une activité de recensement et de sélection d’offres d’emploi directement concurrente de celle exercée par le plaignant". La question suivante portait sur la base de données de Cadremploi. Keljob, qui se défendait de l’avoir "téléchargée", interrogeait tous les soirs, et de façon automatisée, le site concurrent et affichait le résumé des annonces sur son site, l’internaute devant aller chez Cadremploi pour avoir l’information complète. L’expertise soumise au tribunal par Cadremploi a établi qu’en moyenne, un tiers des offres se trouvait référencé chez Keljob.

Détournement de la base

Le juge a estimé que les informations reprises - secteur d’activité, intitulé de l’offre, zone géographique et date de publication - constituaient des "éléments essentiels [...] qui font la valeur de la base de Cadremploi". "Si aucune offre ne l’intéresse, l’internaute ne consulte pas le site Cadremploi dont la base de données a néanmoins été utilisée", a diagnostiqué le tribunal. Une base de données qui, rappelle-t-il, bénéficie d’une protection lorsqu’elle a fait l’objet "d’un investissement financier, matériel ou humain substantiel". En l’occurrence, Cadremploi y aurait consacré 53 millions de francs depuis 1991.

Pas de risques de confusion

Le jugement rappelle enfin que "Cadremploi dénonce, au titre de la concurrence déloyale, la mise en place des liens hypertextes dits "profonds"". L’avocate du plaignant avait estimé que ces liens pointant vers des pages secondaires étaient "prohibés dans la mesure où ils dénaturent et détournent le contenu du site et portent atteinte à son intégrité". Le tribunal a rejeté cette conception, jugeant qu’il n’y avait pas de risque de confusion entre les deux sites, notamment parce qu’une fenêtre intermédiaire indiquait la redirection vers un site extérieur. Et que l’internaute parvenu sur Cadremploi.fr pouvait ensuite y naviguer selon son bon plaisir. Le plaignant "ne caractérise pas en quoi le contenu serait dénaturé", conclut le jugement.

Keljob a un mois pour cesser de pointer vers les offres de Cadremploi et devra publier la condamnation sur son site et dans trois journaux. La société paiera aussi 10 000 francs de dommages et intérêts à son hébergeur, la société Colt Télécommunications, qui avait été assignée par Cadremploi. Un prestataire, qui, précise le jugement, "devra s’assurer du respect par Keljob des mesures prononcées".

http://www.cadremploi.fr
http://www.cadremploi.fr http://www.keljob.com
http://www.keljob.com
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse