06 08 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


28/02/2001 • 14h09

Interview exclusive Delanoë / Seguin

Avant d’allumer la télé ce soir, lisez Transfert.net ! Dans une interview croisée, Bertrand Delanoë (PS) et Philippe Séguin (RPR), les deux poids lourds, têtes de liste pour les municipales du 11 mars , s’expriment sur un thème qu’ils n’aborderont pas sur Canal Plus, à 19 heures : leurs projets en matière de nouvelles technologies pour Paris.
INTERVIEW DE PHILIPPE SEGUIN
INTERVIEW DE BERTRAND DELANOË
Transfert  : On ne peut plus faire une campagne municipale sans parler d’Internet ? Transfert  : On ne peut plus faire une campagne municipale sans parler d’Internet ?
Philippe Seguin : On ne peut plus rien faire sans parler d’Internet. Ce nouveau média a pénétré tous les aspects de la vie. En économie, en politique, dans la vie sociale, il révolutionne, ou va révolutionner, les modes de communication et donc d’action politique.

De surcroît, les collectivités locales ont été très actives en matière d’Internet et ont beaucoup investi dans le développement du Réseau.

Il est donc normal qu’Internet soit au cœur de la campagne pour les prochaines élections municipales. Tel, en tout cas, a été mon choix.

Bertrand Delanöe : Sans aucun doute ! Et c’est une bonne chose. Le développement d’Internet en France et plus particulièrement à Paris nous impose de traiter ces questions sérieusement. J’ai beau ne pas être, moi-même, un utilisateur assidu, je mesure totalement l’enjeu stratégique lié au développement du réseau. Qu’il s’agisse de netéconomie, d’accès à Internet pour les citoyens, ou encore d’administration en ligne, la ville de Paris a pris un retard préoccupant.

Pour vous, que signifient fracture numérique et fossé numérique  ? Pour vous, que signifient fracture numérique et fossé numérique  ?
Comme toute technologie nouvelle, Internet se développe d’abord grâce à l’enthousiasme de certains, les plus dynamiques et les plus entreprenants.

Mais il s’agit de techniques qui changent beaucoup de pratiques économiques et sociales et modifient en profondeur les méthodes traditionnelles de communication.

Il faut donc veiller à ne pas exclure certaines catégories de citoyens des nouveaux modes de communication qui fondent l’économie et la vie de demain. N’oublions pas que l’exclusion s’est toujours fondée, d’abord, sur des critères culturels.

La fracture numérique, c’est ce qui divise ceux qui maîtrisent ce nouvel outil de ceux qui n’y ont pas accès.

Fracture ou fossé, il s’agit surtout d’une nouvelle inégalité qu’il s’agit de combattre. Car le risque de voir se développer une société à deux vitesses est réel.

Il s’agit donc d’un nouveau combat pour l’égalité continue des chances. C’est un véritable défi : ouvrir l’accès et l’utilisation du Réseau à tous les citoyens.

La Ville a-t-elle un rôle à jouer dans ce dossier ? La Ville a-t-elle un rôle à jouer dans ce dossier ?
Oui, bien sûr. Le rôle de la collectivité publique, c’est de contribuer à donner l’égalité des chances et un égal accès aux services collectifs.

Le rôle de la municipalité de Paris est donc essentiel pour rendre ces technologies accessibles à tous. Libre ensuite à chacun de s’y investir, d’y réussir ou de s’en détourner.

Comme hier l’eau, le gaz et l’électricité, Internet doit arriver à la porte de chaque famille.

Bien entendu ! Qu’il s’agisse des infrastructures, des points d’accès publics, ou encore des partenariats avec les associations, il est indispensable que la Ville privilégie une action plus volontariste. Notre objectif est de multiplier la mise à disposition de points d’accès gratuits de façon à démocratiser l’accès au réseau. C’est dans ce sens que je me suis engagé à appuyer la formation, des enfants avec un équipement performant des écoles et des collèges, mais aussi des enseignants en soutenant leurs initiatives pédagogiques. Plus globalement, il est essentiel qu’une personne, quelles que soient ses ressources, puisse se former à l’utilisation des nouvelles technologies.

Vos propositions [généralisation du haut débit , numérisation des archives de la ville, sponsorisation des connexions internet des foyers], êtes-vous capable, aujourd’hui, de les chiffrer ? Vos propositions [dotations en ordinateurs des étudiants, bureaux nomades, place de marché boursier, etc.], êtes-vous capable, aujourd’hui, de les chiffrer ?
Nous aurons à procéder à un examen attentif de ce qui a été fait jusqu’ici et que nous connaissons mal. Ce qui est certain c’est que nous investirons d’emblée 1 % du budget de la ville dans ce plan (soit 350 millions de francs la première année). Mon objectif est d’atteindre un niveau d’investissement annuel de 4 % du budget, qui est l’étiage généralement nécessaire, de toute organisation qui se modernise. Cela se fera essentiellement par redéploiement des crédits.

Chiffrer des propositions dont je conçois la réalisation sur l’ensemble de la mandature ne serait pas raisonnable. Particulièrement, en matière de TIC où l’évolution des technologies est très rapide. Mais j’aurais l’occasion de m’exprimer prochainement sur la nouvelle donne budgétaire que nous entendons proposer aux Parisiens. Je rappelle à ce titre que le budget pour 2001 devra être impérativement voté avant le 14 avril.

Contassot dit que le haut débit représenterait 10 % du budget de la Ville. Est-ce une évaluation réaliste ? Un investissement possible ? Seguin ne veut pas chiffrer la généralisation du haut débit sur Paris, Contassot dit que cela représenterait 10 % du budget de la ville. Est-ce une évaluation réaliste ? Un investissement possible ?
Ce n’est pas vrai. Les opérateurs n’ont - heureusement - pas attendu M. Contassot pour se préoccuper du câblage de Paris. Il est déjà largement entamé. Selon les informations en notre possession, les opérateurs privés ont lancé un vaste programme d’investissement destiné à desservir l’ensemble des quartiers de Paris. Il appartiendra à la Ville de s’en assurer et d’intervenir si certains d’entre eux ne devaient pas être couverts par l’investissement privé. Il n’a donc jamais été question nulle part que la Ville finance tous les équipements.

Par ailleurs, M. Contassot semble ignorer de quoi il parle. Le câble n’est pas le seul moyen d’accéder à l’Internet à haut débit. La boucle locale radio et le satellite sont des moyens moins coûteux qui peuvent se révéler complémentaires du câble, notamment pour les professionnels de l’Internet.

Le haut débit pour tous est notre objectif. Mais la condition préalable au chiffrage de l’investissement de la Ville est la mise en concurrence entre les opérateurs. Après l’épisode du câble TV, retenons la leçon. Une chose est certaine : la Ville pèsera de tout son poids pour que le haut débit ne soit pas plus cher à Paris que dans les capitales européennes les plus avancées. Notre objectif reste le service universel. Pour l’atteindre dans les meilleures conditions et au meilleur coût pour les usagers comme pour les entreprises, il faut instaurer des règles du jeu différentes de celles qui ont prévalu jusqu’à présent. Enfin, si aujourd’hui la question des opérateurs et des infrastructures nous occupe, ne perdons pas de vue une question tout aussi essentielle pour le développement de l’Internet, celle des contenus.

Dans l’ordre de priorité des dossiers à traiter, à quelle place mettez-vous l’Internet et les nouvelles technologies  ? Quelle sera votre première décision dans le domaine des nouvelles technologies ? Dans l’ordre des priorités des dossiers à traiter, à quelle place mettez-vous l’Internet et les nouvelles technologies  ?
L’Internet pour tous à Paris est l’un des dossiers prioritaires auxquels je souhaite m’atteler dès la fin des élections. Il s’agit en effet à la fois d’assurer la création de vrais emplois solides pour les Parisiens, d’offrir à Paris les infrastructures indispensables aux développements des activités de services. En fait, c’est toute l’économie de Paris qui dépend de la technologie Internet. Ou nous nous engageons résolument dans cette voie, ou nous nous contentons du tourisme, que je ne néglige certes pas, mais qui me semble être insuffisant à lui tout seul, pour assurer l’avenir de l’économie de la capitale.

Le développement des services en ligne peut permettre de faciliter la vie des Parisiens, de leur faire gagner du temps. Une mesure essentielle sera de développer les téléprocédures en ligne.

Mais je n’oublie pas les questions liées aux infrastructures, boucle locale, connexion à haut débit et point d’accès publics. Je les intègre à la problématique prioritaire des nouvelles relations à instaurer avec les usagers des services publics municipaux.

 

Tout comme Canal, Transfert avait proposé aux deux candidats de se rencontrer face à face. Refus poli. Pour plus de transparence, Transfert informe ses lecteurs que les entretiens ont été réalisés par écrit : les emplois du temps des politiques seraient seulement flexibles pour les shows médiatiques ?

1/2
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse