11 07 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


31/05/2001 • 17h28

”Internet n’est pas un substitut de réglementation”

Naomi Klein est l’auteur de No Logo, paru chez Actes Sud. Cet ouvrage, fruit de quatre ans d’enquête, dénonce la "tyrannie des marques", qui adorent, notamment, le média Internet.

Est-ce que l’apparition du média Internet inaugure une nouvelle ère de prospérité pour les annonceurs ?


Solveig Godeluck -
Effectivement. Le développement le plus significatif, c’est la disparition de la ligne rouge qui sépare habituellement la publicité de l’information. La tension entre les annonceurs qui veulent intégrer leur marque et leur logo dans le contenu et les éditorialistes qui doivent rester indépendants n’est certes pas une nouveauté. Mais dans les médias offline, la ligne rouge était encore présente. Elle frustrait terriblement les annonceurs. C’est sur Internet qu’ils ont pu s’en débarrasser pour la première fois. Le site de développeurs de contenus iVillage propose une communauté en ligne appelée Parent’s Soup qui est en fait un produit pour des firmes comme Procter & Gamble. Le tabou sur le contenu étiqueté du nom d’une marque disparaît. Cette révolution Internet s’exporte ensuite vers les médias classiques.

Par exemple ?

Je vous donne des exemples sur lesquels je travaille en ce moment, mais qui sont pour la plupart en chantier. Le constructeur automobile Ford va lancer son programme de télé-réalité, No Boundaries, dont les acteurs jeunes et beaux passent leur temps au volant d’une Ford Explorer. C’est un moyen de faire oublier le scandale du défaut technique des pneus Firestone sur ce modèle. Un autre projet est en cours avec une centaine de marques de l’agro-alimentaire, dont Danone. C’est un dessin animé, sans autre star que le supermarché où se rencontrent les acteurs. Et puis, il y a Nike, qui vient de réaliser son premier film autour de Lance Armstrong. Le grand changement, avec la culture Internet, c’est que les gens sont prêts à subir cette invasion de télé entièrement sponsorisée. Aux débuts de la télévision, ce n’était pas le cas : ce genre de programme était boudé.

Internet fait donc évoluer les mœurs, mais n’est pas en soi un bon média publicitaire ?

Internet n’est pas un bon média publicitaire, en termes de taux de clic ou de taux de transformation. En revanche, c’est un superbe média pour la communication : on partage, on transfère... Les entreprises réalisent aujourd’hui le potentiel du marketing viral (1), voire du peer-to-peer. Elles récupèrent la puissance du bouche-à-oreille. Le plus bel exemple à ce jour est sans doute Le projet Blair Witch. Personnellement, je trouve qu’il y a une ironie dans le fait de voir toutes ces grandes entreprises taper sur Napster, qui est le modèle du partage authentique. Les Majors ont appris, en revanche, à faire circuler des petits clips sur les sites de fans. Ils ont une véritable méthode d’espions. Ils identifient les internautes qui parlent le plus dans les forums et qui envoient des mails à tout le monde. C’est à ces "peer-leaders" qu’ils confient toutes sortes d’informations. Ils s’en font des amis. Cette forme de marketing est une réponse à la méfiance des gens qui montrent de plus en plus qu’ils n’aiment pas être mis en fiche et vendus. Mais c’est terrible : c’est une colonisation du dernier espace libre, qui est la discussion avec nos amis. Il est malsain de considérer qu’Internet est un outil pour se défendre des abus des marques. C’est ainsi qu’elles amadouent les consommateurs en vantant le pouvoir qu’ils ont en ligne. Pourquoi ? Parce que lorsque vous avez un consommateur hyper-puissant, vous n’avez plus besoin de réglementation. C’est vrai, il est possible pour les activistes de partager des informations à la vitesse de la lumière sur le réseau, mais cela n’empêche pas les grandes entreprises de mener leurs affaires sur Internet comme elles l’entendent. Je repense à la campagne contre les sweatshops de Nike : Internet a aidé, mais la multinationale continue à fermer des usines en Europe et à s’installer dans les pays pauvres. Autre exemple que vous connaissez bien : Jeboycottedanone. Les travailleurs de Danone seraient les premiers à vous dire qu’Internet n’est pas un substitut de réglementation.

(1) Lire dans Transfert n°15, juin 2001, l’article "Sois rebelle, achète !"

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse