04 12 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


15/03/2001 • 16h32

InTether à l’assaut des pirates

Infraworks, une start-up américaine, se prépare à lancer un logiciel qui non seulement protège contre la copie, mais détruit les fichiers si on s’attaque à cette protection.

Les créateurs du format de sécurisation InTether ont pour ambition de bouleverser la protection des fichiers numériques et leur circulation sur Internet. Le principe de fonctionnement de ce logiciel est radical : les fichiers numériques téléchargés sont immédiatement détruits si on tente de déplomber leur système de protection. À l’origine de ce logiciel, InfraWorks est une jeune société américaine ancrée dans les activités militaires. Son chairman, Frank Carlucci, est un ancien secrétaire d’...tat à la Défense (de 1987 à 1989 sous Reagan et Bush). Et pendant la guerre du Golfe, son fondateur George Friedman était chargé au sein de l’armée américaine de gérer les problèmes de droits digitaux. En clair, il devait éviter que des soldats envoient à leur famille des images satellites, par e-mail notamment, comme de vulgaires souvenirs. Lors de la création d’Infraworks, il a d’ailleurs obtenu le soutien du Département américain de la défense. On ne s’étonnera donc pas que le premier produit qu’Infraworks commercialisa, Sanitizer, soit un logiciel destiné à nettoyer les disques durs de toute information. Il était principalement destiné aux militaires, mais une version grand public fut également distribuée.

Ce fichier s’autodétruira

Le nouveau produit, InTether, se compose de deux parties. La première permet de crypter un fichier et de définir les droits que l’on accorde au destinataire. La seconde est un programme indispensable pour lire les fichiers cryptés. Ce dernier, InTether Receiver, ne pèse que 300 ko, et peut donc très facilement être envoyé avec le fichier crypté. Il permet de bloquer de nombreuses fonctions de Windows comme l’impression d’écran et le copier/coller, et il surveille l’activité des logiciels sur l’ordinateur, pour qu’on ne puisse pas enregistrer, avec un autre logiciel, un fichier son protégé lorsqu’il est joué. Le logiciel d’Infraworks permet également de définir le nombre d’ouvertures possibles d’un fichier, mais aussi s’il peut être envoyé à d’autres personnes, s’il peut être imprimé et, si oui, combien de fois. On peut également fixer la date à laquelle le fichier s’autodétruira. La version 2 d’InTether devrait inclure fumée et bruitages façon Mission Impossible lorsqu’un fichier s’autodétruit.

Pas convaincant

Infraworks prétend avoir un système imparable. Onze niveaux de sécurité verrouilleraient le système, chaque niveau contrôlant en permanence l’intégrité des dix autres. "Si vous essayez de désactiver certaines pièces, en moins d’une milliseconde notre système le sait", a expliqué George Friedman à inside.com. Et c’est à ce moment que la sécurité devient active. À la moindre attaque, InTether force l’ordinateur à redémarrer, ce qui devrait interdire l’usage de logiciels, dit de "force brute", qui bombardent le verrou numérique plus de 50 000 fois par seconde, jusqu’à trouver la faille. Mais ce n’est pas tout. Si le fichier est malgré tout agressé de trop nombreuses fois, le logiciel déclenche ce que Friedman appelle "l’écran blanc de la mort" : la destruction du player et de tous les fichiers InTether. Le système ne convainc pourtant pas Julien Stern, un thésard en cryptologie au Laboratoire de recherche en informatique de l’Université d’Orsay, qui s’était illustré il y a quelques mois en crackant avec un ami les quatre algorithmes de protection des données mis au point par le SDMI (Secure Digital Music Initiative). "Il est clair que certaines protections ne pourront pas être respectées, explique-t-il. Par exemple, la limitation du nombre d’affichages. Il suffit de faire un copie bit à bit du fichier, éventuellement sous Linux si InTether empêche la copie, et on pourra rejouer le morceau avec la nouvelle copie."

Le défi est lancé

Pour être efficace, au moins théoriquement, InTether est implanté au cœur de Windows (seule plate-forme sur laquelle il fonctionne pour le moment), et là encore Julien Stern décèle des failles. "Une autre idée d’attaque consiste à jouer au même jeu que InTether : on pourrait par exemple mettre au point un programme qu’on installe avant InTether, et qui prendrait comme InTether le contrôle de l’ordinateur pour faire croire à InTether qu’il exécute ses ordres alors qu’il ne le fait pas." Autre faiblesse : le cryptage. "Si le document est chiffré, InThether aura besoin d’une clé pour le déchiffrer. Cette clé doit être contenue dans le programme qui fait 300 ko. Il est donc sans aucun doute possible de la récupérer. Et une fois qu’on l’a, c’est terminé." Malgré les critiques, George Freidman ne se fait pas de soucis. "Nous nous attendons à être attaqué, mais notre logiciel sera régulièrement upgradé. Si vous n’utilisez pas la dernière version, vous ne pourrez ouvrir les nouveaux fichiers." Pour le moment en phase de test, Intether n’est distribué qu’auprès de quelques clients. Infraworks reste muet sur la date de disponibilité. Une omission qui laisse Julien Stern sceptique : "Je ne crois pas du tout à ce genre de solution. Il est très probable qu’elle sera très rapidement cassée si elle est distribuée." Le défi est lancé.

 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse