26 07 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


14/04/2003 • 12h36

"Grâce au web, la Grande Muette ne l’est plus tout à fait" [Michel Bavoil]

Le président de l’Association de défense des droits des militaires a damé le pion à sa hiérarchie

Michel Bavoil, militaire en retraite, est fondateur de l’Adefdromil, l’Association de défense des droits des militaires. Il est en passe de gagner son bras de fer contre le ministère de la Défense, qui voulait faire fermer son site.

A quoi sert le site de l’Adefdromil ?
L’Adefdromil est une association loi 1901, qui a pour objet l’étude et la défense des droits des militaires en service. Nous les informons et veillons à leurs intérêts professionnels, matériels et moraux. Cette initiative n’aurait pu voir le jour sans internet. Car, par les voies traditionnelles, il était impossible pour nous de toucher les militaires. Les seuls supports papier qui peuvent entrer à l’intérieur des casernes sont les grands quotidiens. Toute autre forme de journal, document écrit ou tract y est formellement interdite, à l’exception des prospectus d’amicales. Il est clair qu’internet a été une révolution et nous a permis de prendre de court la haute hiérarchie des armées. Il y a deux ans, à notre création, nous comptabilisions 3000 visites par mois, nous en sommes aujourd’hui à 16 500 et 2000 internautes sont abonnés à notre newsletter. Tout cela grâce au bouche-à-oreille et à la presse, sans aucun prosélytisme. Aujourd’hui, certains gradés disent même de moi que je suis "l’homme le plus connu de l’armée française" ! (rires.)

Que viennent chercher les militaires sur votre site ?
D’abord des informations qui ne circulent pas ou mal au sein des armées : textes publiés dans le bulletin officiel des armées, arrêts du conseil d’Etat concernant les militaires et autres jugements ou jurisprudences. Nous pouvons aussi apporter un soutien juridique. Les dossiers sont alors transmis à trois cabinets d’avocats parisiens spécialisés dans les affaires militaires. Les problèmes de harcèlement moral ou sexuel constituent le gros des dossiers, et cela ne va pas en s’arrangeant, avec l’arrivée de nombreuses jeunes femmes dans une armée déprimée par les réformes. En revanche, des affaires qui étaient hier étouffées par des pressions ou des mutations ne peuvent plus l’être aujourd’hui. L’an passé, nous nous sommes même "fait" un général dans une affaire à l’île de La Réunion.

Ce qui vous fait dire que ’La Grande Muette ne l’est plus tout à fait’ depuis que votre association existe sur le net...
La simple publication d’une information sur notre site, avant même qu’elle ne soit divulguée par la presse, permet de faire bouger les choses. Un exemple récent : à Saumur, des lieutenants avaient organisé un repas bien arrosé pendant lequel des photos ont été prises puis publiées sur le site officiel de l’école militaire de la ville. On y voyait un colonel se laisser aller avec une jeune fille de l’école. Plusieurs femmes de sous-officiers, choquées, m’ont envoyé un mail pour me signaler ces photos.
J’ai simplement dénoncé l’affaire en titrant "Chacun doit rester à sa place ", pour mettre en garde contre les risques de harcèlement sexuel. En l’espace de deux jours, le colonel a été convoqué et les photos retirées. Preuve que notre site est régulièrement visité par la haute hiérarchie.
Autre exemple de pression efficace, les rapports de la Commission des recours des affaires militaires, qui peut être saisie en cas de litige. Ces rapports sont soi-disant oraux et informels, selon les dires du président de la commission. Or nous avons apporté la preuve qu’ils sont bien rédigés par un rapporteur. Depuis fin février donc, tous ceux qui en font la demande peuvent en obtenir une copie.

Vous faites de la médiation, en somme.
Le site joue un rôle tampon. Pendant la révolte des gendarmes en décembre 2001, nous avons reçu de très nombreux mails de militaires actifs qui souhaitaient témoigner de leur situation. Nous avons servi de relais pour la presse. Ils ont ainsi pu faire entendre leur voix tout en respectant leur devoir de réserve.

Michèle Alliot-Marie, ministre de la défense, a tenté de se débarrasser de votre association, en considérant qu’il s’agissait d’un embryon de syndicat. Etes-vous sous pression ?
Effectivement. Les experts juridiques du ministère ont clairement indiqué à la ministre qu’il n’y a aucun moyen légal de faire taire l’Adefdromil. On a donc fait pression sur les adhérents de l’association, en les menaçant de "sanctions disciplinaires lourdes". Effet limité, puisque seuls 9 adhérents sur 500 sont partis. Le Dr Claude Debeir, médecin chef militaire en activité, qui avait participé à l’émission "Ripostes" sur France 5, a certes été poussé à quitter ses fonctions de vice-président de l’association.
Mais nous ne déposons pas les armes. Un recours a été déposé devant le Conseil d’Etat pour faire reconnaître le droit d’association dans les armées, ce qui est le cas au niveau européen. Le ministère est même allé jusqu’à agrafer, en février dernier, une note spéciale au bulletin de solde des militaires leur précisant qu’il est interdit d’adhérer à l’Adefdromil. En fait, cela nous a fait une publicité formidable, car beaucoup ne connaissaient pas encore l’existence de notre association.

Vous craignez des poursuites judiciaires ?
Les seules poursuites que nous risquons, ce sont celles pour injures ou diffamation. Aussi, nous avons décidé de ne pas ouvrir de forums sur le site de l’Adefdromil, pour éviter tout dérapage. C’est à cause de certains propos tenus sur ses forums que le site "Gendarmes en colère" a par exemple été attaqué en justice par la direction de la gendarmerie et a dû migrer à l’étranger.

Vous sentez-vous surveillé ?
La DPSD (Direction de la protection et de la sécurité de la défense) vient régulièrement nous rendre visite. C’est de bonne guerre. Notre webmaster, opérationnel à 100% et un brin paranoïaque (forcément !), est certain qu’un cheval de Troie a été placé dans mon ordinateur et je suis très probablement sur écoute téléphonique. Qu’importe ! Les Renseignements généraux aussi sont venus nous voir. Nous les avons tout de suite mis à l’aise en leur disant : "Les gars, pas la peine de vous planquer dans le caniveau, chez nous, tout est clair." Je pense que maintenant on va enfin nous foutre une paix royale.

Le site de l’Adefdromil:
http://www.adefdromil.com/

L’Adefdromil est membre d’Euromil, organisation européenne d’associations militaires:
http://www.euromil.org/

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse