08 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


19/07/2001 • 20h26

Gênes : veillée d’armes

 
Veille de guerre, jeudi, à Gênes où débute le sommet du G8 : 150 000 militants antimondialisation vont manifester, pendant trois jours, dans la ville assiégée par les forces de police. Au de-là de la paranoïa qui les a saisi, les deux camps se battent pour leur image médiatique. Et leur combat passe par Internet. De notre envoyé spécial, Alexandre Piquard.

Gênes retrouve son destin de citadelle assiégée. Depuis plusieurs semaines, les autorités se sont appliquées à la barricader contre les "envahisseurs", ces militants antimondialisation qui ont convergé vers la ville. Ils protesteront contre la tenue du sommet du G8, qui réunira chefs d’...tats et de gouvernements des sept pays les plus riches du monde plus la Russie, les 20 et 21 juillet. Dès jeudi 19 juillet, l’escalade de la paranoïa entre les deux camps a atteint des sommets. Dans le ciel, des hélicos qui tournent au-dessus de la ville. Aux fenêtres, du linge qui sèche... Serait-ce en signe de défi à Berlusconi qui a, paraît-il, et pour faire plus propre, enjoint ses concitoyens à ne pas accrocher de draps aux balcons ? C’est, en tout cas, ce que semblent penser des forces de police armées jusqu’aux dents et fortement ancrées dans la terreur de l’opposant casseur et terroriste.

Il faut dire que le rendez-vous de Gênes vient après le Sommet des Amériques qui s’est tenu, à Québec, du 20 au 22 avril 2001 ; après la réunion du FMI (Fonds monétaire international), à Göteborg, en Suède, du 15 au 16 juin et celle de la Banque mondiale, prévue à Barcelone, le 25 juin. À Québec, de nombreux manifestants et des policiers avaient été sérieusement blessés. À Göteborg, la police a fait un mort en tirant à balles réelles dans la foule. À Barcelone, les organisateurs ont tout simplement annulé la manifestation prétextant que le risque de débordements de la part des "anti" était trop grand.

Dispositif de sécurité hallucinant

Alors, à Gênes, la sécurité a été prise très au sérieux. Depuis Seattle, on n’avait pas vu ça : le gouvernement a instauré une zone rouge inaccessible de 4 kilomètres carrés, ceinte de grilles métalliques de 4 mètres de haut : elle devra servir de zone tampon autour du palais Ducale (dans lequel se tiendront les discussions du G8) et du port, dans lequel sera arrimé le bateau où seront hébergés les participants. Avec 12 000 policiers et 4 700 militaires, la mobilisation des forces de l’ordre est telle que les Italiens, espiègles, jurent que ces trois jours sont une aubaine pour tous les cambrioleurs du pays.

Pour empêcher les manifestants de se rendre sur place, l’accès à la ville et au pays ont été sévèrement restreints, à commencer par la fermeture de l’aéroport, des deux gares centrales, et du port. Les accords de Schengen, qui garantissent la libre circulation des personnes dans l’Union européenne, ont été exceptionnellement suspendus pour permettre aux douaniers de mener contrôles d’identité et fouilles, afin de refouler le maximum d’entrants. La collaboration des services de police, qui ont échangé leurs fichiers de renseignements sur les activistes au niveau européen, rappelle le dispositif anti-hooligan de la Coupe du monde de football. Le point d’orgue est venu avec l’installation d’un dispositif anti-missile au-dessus du bâtiment qui abritera l’organisation du sommet et la confirmation par la CIA (Central Intelligence Agency) du brouillage des communications par téléphones mobiles, officiellement pour prévenir d’éventuelles bombes utilisant un mobile comme déclencheur.

Mobilisation des opposants

Mais les cars des manifestants ont, malgré tout, traversé les frontières. Et, sur place, ils s’installent peu à peu. Face à ce déploiement policier inédit, ils sont en train de monter leur propre arsenal. Grâce au réseau déjà bien rôdé au cours des "batailles" de Québec, de Göteborg et de Barcelone ; mais, aussi et surtout, après celles de Seattle (décembre 1999), de Davos (janvier 2000), de Washington (avril 2000), de Millau (juin 2000), de Philadelphie (août 2000), de Prague (septembre 2000), de Nice (décembre 2000), et de Davos-Porto Allegre (janvier 2001), ils savent s’organiser. Ils enfilent la panoplie désormais traditionnelle : des tenues renforcées de matelas en mousse contre les coups, des lunettes de plongée contre les gaz lacrymogènes... Et, pour coordonner la nébuleuse d’organisations venues du monde entier et en faire une machine efficace, ils vont, bien sûr, utiliser Internet : des centaines de sites, mailing-lists et des forums permettront de mobiliser les troupes, d’échanger et d’informer à peu de frais. On parle aussi d’une utilisation intensive des SMS pour garantir une plus grande mobilité aux manifestants. Pendant trois jours, des dizaines de débats seront organisés en groupes de travail ou en séance plénière, pour construire une alternative à la mondialisation qu’ils combattent. Du monde entier, militants et spécialistes réfléchiront ensemble à l’avenir du mouvement, autour de questions comme : Quels espaces publics pour le savoir ? Quels mécanismes pour une démocratie globale ? Qui souhaite la libéralisation des marchés ? Comment régler la dette écologique et économique du Nord envers le Sud ?

"Bienvenue à ceux qui désobéissent"

Le déroulement concret des actions directes du contre-sommet a été prévu de longue date. Jeudi : installation et mini manifestations sur le thème de la liberté de circulation. Vendredi : blocage pacifique du sommet. Samedi : manif unitaire de tous les opposants.

Jeudi, en fin de journée, tout semblait se dérouler comme prévu. En réponse aux restrictions mises en place par les organisateurs et le gouvernement Berlusconi, des mini manifestations regroupaient quelques opposants déjà installés et une poignée d’immigrés illégaux italiens. Les Sans papiers français ne semblaient avoir pu faire le déplacement. Les cortèges se voulaient totalement non violents, en raison du risque que couraient les illégaux ; en cas d’action de la police et de contrôle de papiers.

De leur côté, d’autres groupes préparaient la journée de vendredi, consacrée au "blocage pacifique" du sommet. Cette action sera menée, entre autres, par les Tute Bianche (les Tuniques blanches). Les 700 membres de ce collectif, vêtus de salopettes blanches, émane du mouvement des "centres sociaux", une tradition de squats autogérés politiques et culturels, proches de l’extrême gauche. Ils sont, pour l’heure, installés dans le stade Carlini où se déploie une immense banderole marquée de "Bienvenue à ceux qui désobéissent". Ils seront rejoints par les anglais "wombles", disciples de l’action directe humoristique, et les français de Aarrgg ! Tous ces "désobéissants", comme ils ont choisi de se baptiser, opposeront l’humour à la force pour tenter de franchir les barrières de police. Selon ce qu’ils nomment "frivolité tactique", "lutte festive" ou "non-violence active", ils tenteront de forcer les barrages avec un cortège de militants sans aucune arme ni protection, en hurlant des slogans humoristiques. Et Marco Beltrami, membre des Tute Bianche, sourit : "Puisque le G8 se considère comme un château médiéval et a transformé cette ville en citadelle assiégée, nous allons, nous aussi, utiliser des armes d’un autre temps." Il n’en dira pas plus mais l’on parle de catapultes envoyant du poisson pourri et de la peinture sur les forces de l’ordre, de béliers de carton pâte pour enfoncer les barrières et de filets pour prendre, doucement, au piège les policiers... Les autres manifestants pourront se ranger, par "groupes d’affinité", dans des sections moins radicales. La ligne officielle veut, de toute façon, que les actions ne mettent en danger ni les biens ni les personnes et ridiculise l’arsenal répressif du G8.

L’enjeu médiatique est, bien sûr, central et chaque camp soigne son image. Pour contourner les grands médias, les "anti" disposent de leur propre "agence de presse indépendante", choisir le sien).

Site officiel du sommet:
http://www.genoa-g8.it Site officiel du contre-sommet:
http://www.genoa-g8.org
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse