02 06 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


7/07/2000 • 16h38

France Télécom joue les espions au Salvador

France Télécom, actionnaire de l’opérateur salvadorien CTE-Telecom, a été condamné par l’organisme de contrôle des télécommunications local. Motif : écoutes illégales.


© P.P./Transfert
Soixante mille dollars. C’est la sanction administrative la plus importante jamais prononcée par la Superintendancia de Electricidad y Telecomunicaciones (SIGET) du Salvador à l’encontre d’une entreprise opérant dans ce pays. France Télécom, qui possède 51 % de l’opérateur téléphonique salvadorien CTE-Telecom depuis 1997, a été condamné le 7 juin dernier pour "violation du secret des communications". Selon la SIGET, des conversations d’hommes politiques, de responsables d’associations homosexuelles et de défense des droits de l’homme, de journalistes, de banquiers et de syndicalistes étaient interceptées, enregistrées et retranscrites sous le nom de code "B9", avant d’atterrir sur le bureau de l’OIE (Organismo de Inteligencia del Estado), les services secrets locaux. Le procureur de la République et le directeur de Hoy, le plus important quotidien du pays, figurent notamment sur la liste des "B9". Au total, selon SIGET, 13 lignes de téléphones étaient officiellement sur écoute. Mais d’après plusieurs députés et journalistes, ce chiffre est bien en deçà de la réalité : plus de 2 000 lignes seraient encore sur écoute.

"Violations des garanties constitutionnelles"

Pour Ernesto Lima, directeur du SIGET, "mieux vaut éviter le téléphone si vous avez quelque chose d’important à dire dans ce pays. Concernant cette affaire d’écoutes, notre travail s’arrête là. Nous n’avons pas les moyens légaux pour continuer l’enquête. Mais une copie de la condamnation a été transmise au procureur de la République." Ce dernier a d’ailleurs décidé d’ouvrir une enquête contre l’opérateur pour "violations des garanties constitutionnelles". Les parlementaires ne sont pas en reste non plus et ont mis en place une commission d’enquête qui a démarré ses travaux lundi 3 juillet, en interrogeant plusieurs responsables des télécommunications du pays, dont le représentant de France Télécom au Salvador, Dominique Saint Jean, président de CTE-Telecom.

France Télécom nie les faits

Dans les prochains jours, deux anciens présidents de la République, Alfredo Cristiani et Armando Calderón Sol, devront aussi s’expliquer devant les députés. Car chez CTE-Telecom, qui a fait appel de sa condamnation et dont le mot d’ordre semble être "sans commentaires" (son président et ses collaborateurs n’étant pas joignables ou en réunion depuis deux jours...), on nie farouchement les faits, arguant que ces pratiques datent d’un autre temps, à l’époque où CTE-Telecom s’appelait encore ANTEL et était une entreprise nationale qui employait 40 personnes pour procéder à des écoutes au sous-sol de son siège social. Pourtant, d’après plusieurs témoignages d’anciens employés d’ANTEL, cette équipe connue sous le nom de "Département radioélectrique" a été déplacée au sous-sol du palais présidentiel au moment de la privatisation d’ANTEL et de la prise de participation majoritaire de France Télécom en 1997. Le quotidien Hoy avance même que l’opérateur français a poursuivi le travail d’ANTEL pour le compte des services secrets salvadoriens.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse