12 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


1er/11/2000 • 00h00

Faites place aux artistes in vitro

Les "bioartistes" mettent les mains dans le vivant et tentent de digérer la révolution biotech. Naissance d’un mouvement
 
Dossier : "L’art biotech"
Eduardo Kac s’affiche avec son lapin OGM à Paris (DR) - 120 ko
Eduardo Kac s’affiche avec son lapin OGM à Paris (DR)

Tout commence par un lapin vert fluo. Eduardo Kac, un artiste brésilien vivant aux États-Unis, est tombé amoureux de cet "individu merveilleux", qu’il a baptisé Alba. Génétiquement croisé avec une méduse dans les laboratoires de l’INRA (Institut national de recherche agronomique), il a la propriété d’avoir le bout des pattes, les oreilles et les yeux qui brillent si on l’éclaire à la lumière ultraviolette. C’est pour ce don "unique" que Kac a voulu en faire le centre d’une de ses oeuvres, l’égérie de sa nouvelle passion : "l’Art transgénique". Ce mouvement veut exploiter les possibilités des biotechnologies et de la génétique. Américains, portugais, australiens ou anglais, les " bioartistes " sont fiers d’avoir troqué l’atelier pour le labo et mettent eux-mêmes la main à la pâte. Ils appellent ça le "wet art", une pratique "humide" et concrète qui sent bon l’éprouvette.

Génétique oblige, le bioart naît dans un contexte pour le moins sensible. Quand Eduardo Kac se rend à l’INRA, au printemps 2000, pour convaincre les chercheurs de le laisser exposer Alba dans le cadre du festival Avignon numérique, ils sont "un peu surpris mais plutôt séduits" par sa démarche. Louis-Marie Houdebine, le chercheur qui développe ces lapins de couleur pour "utiliser leurs cellules comme de simples marqueurs dans des expériences génétiques", s’engage à expédier Alba dans la Cité des Papes pour fin juillet. Au dernier moment, pourtant, l’envoi est annulé. Le chercheur explique : "Le directeur de l’INRA a estimé qu’il valait mieux ne pas aller jusqu’au bout, vu le contexte actuel. Quand on voit que dans la presse, les OGM et la génétique, c’est Frankenstein et âneries sur âneries ?" L’expo est annulée. Les organisateurs d’Avignon numérique réagissent immédiatement contre cette "décision injustifiable" et parlent de "censure déguisée". Les médias s’en mêlent. L’art transgénique fait son entrée en France par "l’affaire du lapin vert", toujours en cours.

Les "poupées du souci"

Hors des conventions, le bioart change le travail des artistes au quotidien. Avant d’approcher le moindre microscope, les artistes doivent d’abord convaincre les scientifiques et apprendre à collaborer. Pour monter leurs étranges "poupées du souci", les australiens Oron Catts et Ionat Zurr ont dû s’installer, pendant un an, dans les services de recherche du Massachusets General Hospital à Boston. "Les poupées font partie de notre Tissue Culture and Art Project, qui consiste à utiliser la culture de tissus humains in vitro comme nouveau medium de création sculpturale", explique Oron. Après avoir observé pendant quelques mois les médecins développer les tissus organiques pour des greffes, ils ont pu travailler sans surveillance et, finalement, monter leur première expo. En septembre 2000, les sept poupées en vraie peau, évoquant chacune une peur humaine, ont été présentées au festival d’avant garde technologique Ars Electronica, en Autriche. Pour gagner encore en efficacité, Catts et Zurr ont lancé, en mars 2000, SymbioticA, "un studio de recherche et de développement artistique", carrément installé dans le laboratoire d’anatomie d’une université australienne. SymbioticA accueille deux résidents depuis avril 2000 et devrait devenir plus actif au printemps prochain, quand Catts et Zurr rentreront en Australie. Disposant des fonds nécessaires, leur "labo artistique" est désormais assuré de survivre. Ce n’est pas le cas de tous. Le bioart coûte cher et la petite communauté des artistes transgéniques a souvent recours au système D.

Ainsi, pour réaliser leurs "Portraits sur herbe génétiquement modifiée", le couple d’Anglais Acroyd et Harvey a profité d’un programme de recherche à but commercial. Ils se sont acoquinés avec des chercheurs qui, au Pays de Galles, développent la "stay green grass", un type d’herbe transgénique qui reste toujours verte et dont la commercialisation est prévue pour 2002. Heather Acroyd explique : "Nous avons découvert que, dans certaines conditions, cette herbe verdit en proportion de la lumière qu’elle reçoit. Il est donc possible d’obtenir tout un spectre de nuances, un peu comme sur du papier photographique noir et blanc." Les scientifiques et les artistes ont trouvé un terrain d’entente et se sont alliés : "Nous avons gagné ensemble les 30 000 euros du ?Art and science award ? de L’Oréal en janvier 2000." En 1997, ils avaient déjà été les premiers à recevoir la bourse "d’art scientifique" de la fondation du labo pharmaceutique Glaxxo Wellcome, qui a financé un an de leur travail. Les groupes privés commencent à comprendre que ces drôles de créateurs sont aussi un bon moyen de promo. Novartis, poids lourd des OGM, était, en 1999, l’un des sponsors du festival Ars Electronica, qui réunissait artistes et savants autour du thème "Science de la Vie". Drôle de mélange ?

À trop vouloir faire comprendre la révolution biotechnologique en cours, les bioartistes s’exposent à l’incompréhension du public, voire à des réactions de rejet. C’est ce qui arrivé à Joe Davis, un artiste qui développe des "molécules artistiques" au MIT (Massachussets Institute of Technology). Le principe de son art : introduire dans des cellules vivantes des messages écrits ou des symboles graphiques, traduits en code ADN. En juin dernier, il a été violemment pris à partie lors d’une conférence qu’il donnait à Banff, au Canada. "Des écologistes et des fermiers bio assimilaient mes oeuvres au problème de la mondialisation, du féminisme ou des trains de fret qui tuaient les ours dans le nord du pays ? On se serait cru aux manifs contre l’OMC à Seattle !" Face à ce genre de réactions, les bioartistes souffrent du syndrome de l’avant-garde incomprise. Joe Davis s’enthousiasme sur la portée symbolique de ses oeuvres. Le public, lui, ne voit que des bactéries baignant dans un liquide. "Pour lire le message, il faut aller dans un laboratoire et déchiffrer le code ADN. À Ars Electronica, nous avions construit un labo pour que les gens voient par eux-mêmes et puissent nous poser des questions."

La même année, toujours à Ars Electronica, Marta de Menezes n’a rencontré un réel succès qu’auprès des enfants, ravis d’être entourés par ses étranges papillons. Elle a pourtant travaillé pendant des semaines dans un labo hollandais pour dessiner, par manipulation biologique, des motifs sur les ailes des insectes. La jeune peintre portugaise a orienté les dessins en perçant une à une les chrysalides avec une aiguille. "Même dans des disciplines très technologiques, comme la réalité virtuelle, les gens ne ressentent pas le même besoin de comprendre comment les choses ont été fabriquées. Nous devons sans cesse expliquer notre façon de procéder", explique Marta de Menezes. Elle continue pourtant sur sa lancée et prépare actuellement un projet de "peinture cellulaire" avec un labo londonien. Sa nouvelle oeuvre utilise la même technologie que les protéines fluorescentes du lapin Alba mais permet de choisir la couleur et l’emplacement des chromosomes.

Paranoïa des médias

L’Australienne Natalie Jeremijenko, artiste et chercheuse en science informatique au Center for Advanced Technology de l’université de New York, trouve que c’est justement parce qu’il oblige le public à réfléchir que le bioart est intéressant. "L’art est très précieux pour engager le dialogue sur des thèmes rarement abordés", résume-t-elle. Elle a récemment présenté six arbres clonés aux visiteurs de Paradise Now, une expo qui s’est tenue à New York du début septembre à la fin octobre 2000. En "activiste", elle cherche à prouver que les explications que nous donne la génétique sont partiales : "Mes arbres ont tous le même code génétique et ont tous été élevés dans un environnement rigoureusement identique. Pourtant, les gens voient bien qu’ils ne sont pas tous exactement pareils." Face au secret des labos privés et à la paranoïa des médias, le bioart devrait assumer seul le devoir d’éveiller le sens critique. "La grosse différence entre l’art et la science, c’est que les chercheurs ne sont jamais directement responsables devant le public, alors que les artistes sont beaucoup plus exposés." En épousant la biotechnologie, les artistes en deviennent, de fait, solidairement responsables. Et se doivent, dans leur pratique, d’amener des réponses aux questions éthiques qu’ils soulèvent. Quelle place dans le monde pour les "chimères", les "merveilleux" monstres dont rêve Edouardo Kac ? Quelle responsabilité pour l’artiste qui expérimente sur le vivant ? Tous invités au cours d’Art et Biologie que dirige Kac à la fac de Washington, les bioartistes se rencontrent dans des conférences, au MIT ou à Oxford. Tous gardent le contact par e-mails. Pour Joe Davis, leur "communauté ressemble un peu à celle des biologistes moléculaires, il y a quinze ans." Au contact des scientifiques, elle en adopte les méthodes. "L’art d’aujourd’hui est comme la science, il nécessite de plus en plus de collaboration. Les artistes ont intérêt à rapidement se faire à cette idée." Et Joe Davis d’annoncer la naissance d’un mouvement mondial et multidisciplinaire. Un réseau qui, comme à l’époque de la Renaissance, unirait scientifiques et artistes dans un même idéal de l’Honnête Homme. Génétiquement modifié ?

Le site d’Eduardo Kac:
http://www.ekac.org

Le site d’Ars Electronica:
http://www.aec.at

Le site de Paradise Now:
http://www.exitart.org

Le site de Natalie Jeremijenko:
cat.nyu.edu/natalie/

Le site du collectif Symbiotica (Oron Catts et Ionat Zurr):
www.tca.uwa.edu.au/

Dossier Art biotech (Transfert.net):
http://www.transfert.net/dossier.ph...

 
Dans la même rubrique

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA

14/11/2003 • 14h40

Le V2V, une vidéothèque militante et décentralisée

13/11/2003 • 16h07

Les télés libres appellent à des états généraux européens du "tiers secteur audiovisuel"
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse