22 09 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


10/09/2001 • 18h27

Exercice pour un nouveau millénaire

À l’occasion des Rendez-vous électroniques, le complexe Mains d’œuvres accueille, du 10 au 13 septembre, la compagnie de danse Res Publica. Un spectacle hors normes, dirigé par le public, dans un environnement numérique sans artifice.

Prendre le métro presque jusqu’au bout de la ligne 13, tout en haut, au Nord de Paris. Saint-Ouen. Le trou du cul du monde d’ici. On demande son chemin, personne ne connaît la rue Charles Garnier. Et puis ça y est, les voilà les anciens entrepôts Valéo, d’imposants bâtiments dans lesquels s’est installé le complexe Mains d’œuvres, ce mélange hétéroclite d’activités tournées vers le quartier (ateliers multimédias, restau et cybercafé), de résidences d’artistes, de studios de répétition et d’activités associatives et citoyennes (ils organisent régulièrement des débats autour de l’antimondialisation). Centre socioculturel à l’allemande, Mains d’œuvres est aussi une salle de spectacle récente (ouverte depuis janvier 2001) à la programmation audacieuse (The Ex au début de l’année, bientôt une carte blanche à The married Monk pour la musique).

Une nouvelle fois, les programmateurs de l’association Mains d’œuvres défrichent des chemins non balisés à l’occasion des Rendez-vous électroniques. Ils accueillent les 10, 12 et 13 septembre, la compagnie Res Publica pour un spectacle étonnant et interactif, "Enjeux, exercice pour un nouveau millénaire", pour trois représentations gratuites. En fait d’exercice, la mise en scène de Wolf Ka, à mi-chemin entre la danse, la performance et l’installation multimédia en est un des plus ambitieux.

Dispositif graphique

La petite salle où s’achève, ce samedi, la mise en place du spectacle, alors que le son et les interfaces ne sont pas encore tout à fait au point, prend l’aspect d’un laboratoire étrange. Les acteurs (Jean-Emmanuel Belot, Fréderic Pertuiset) et les danseuses (Carole Perdereau, Valeria Apicella) cherchent encore leur marque, mais le projet prend forme peu à peu devant la dizaine de personnes venues assister à la répétition publique.

Les acteurs vêtus de blanc prennent place dans un dispositif graphique projeté dans la salle, sur un écran et au sol. Crée par Manu Abendroth du collectif de designers Bruxellois Labau (lire "Pour changer le monde il faut changer d’interface" dans le magazine Transfert de septembre 2001), l’interface délimite l’espace dans lequel vont évoluer les performers.

Tout pouvoir au public

Fruit d’un long travail de collaboration entre Wolf Ka, le metteur en scène, Fabrice Vincent et Manu de Labau, "l’exercice" est un "work in progress" mouvant et dérangeant. Le public décide, à des moments clés, de l’orientation du spectacle. Doté d’un temps imparti, il donne tout pouvoir au public. À l’aide d’une télécommande, les spectateurs décident en effet du déroulement de la séquence en cliquant sur les élément de navigation. Chaque représentation devient un moment unique où s’articulent, selon l’humeur du public, les mesures d’une partition aléatoire. Le solo des danseuses est une des phases les plus intéressantes et significatives de ce projet. Le multimédia n’est pas ici un gadget surnuméraire, mais un élément de la narration sans lequel l’ensemble n’a pas de sens. Réduites à l’état de quasi robots, elles improvisent des mouvements en fonction des clics des spectateurs, au sein d’une animation (les créations de Labau sont faites en Flash). Une voix dit "bras droit" et la danseuse improvise autour de ce bras. Jambe gauche et ainsi de suite. Pour l’autre danseuse, c’est à partir d’un être simpliste modélisé, avec comme articulations des boutons que l’on glisse et dépose, que s’organise son solo. À force de l’étirer dans tous les sens, le personnage en Flash ressemble à une composition abstraite, tout comme les clics sur la télécommande déshumanisent la danseuse, presque réduite à l’état de sujet d’expérience béhavioriste. Dérangeant de voir l’humain perdu "dans la machine" presque réduit à l’état de chien savant. Va chercher, Pavlov.

Carrés de couleur, paysage verdoyant

Expérimental et fragile, ce spectacle semble pourtant inaugurer une voie réellement innovante de l’intégration des nouveaux médias dans les spectacles vivants, bien plus que certaines performances un peu surfaites que l’on a pu voir dans d’autres lieux. Le collectif joue aussi avec notre perception en distordant l’espace et les volumes. Le fond de l’interface se couvre de carrés de couleur qui s’avèrent des éléments d’un paysage verdoyant mais vu à la hauteur d’un pixel. Les corps se détachent de la surface plane de l’écran, c’est de la 3D plus vraie que nature, les acteurs se déplacent et modulent de leur corps un jeu de typo formant le mot "airport".

Wolf Ka dit ne pas vouloir imposer de lecture politique ou sociale de son travail ; à chaque spectateur la liberté d’y voir ce qu’il veut. La compagnie, fondée en 1996 par Wolf Ka et Fabrice Vincent, bouscule dans ses spectacles les notions de public, de scène et d’acteur. Multi- sémantique, "Enjeu, expérience pour un nouveau millénaire" est un spectacle ambitieux et intimiste (vingt personnes par représentation) monté avec très peu de moyens et beaucoup de volonté.

Malheureusement inféodé à la technique, le spectacle n’est pas à l’abri du "plantage" du pc qui soutient l’ensemble. De quoi faire s’éffondrer l’édifice ambitieux, prometteur mais périlleux, mis en place par la volontaire compagnie.

 
Dans la même rubrique

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA

14/11/2003 • 14h40

Le V2V, une vidéothèque militante et décentralisée

13/11/2003 • 16h07

Les télés libres appellent à des états généraux européens du "tiers secteur audiovisuel"
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse