28 01 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


19/05/2000 • 12h03

Espagne : une dame de fer pour Internet

Anna Birulés a été nommée à la tête du tout nouveau ministère des Sciences et Technologies, mis en place par le gouvernement espagnol à la fin du mois d’avril. Retour sur le parcours d’une femme que personne n’attendait là.


D.R.
Son mari et son fils n’en sont toujours pas revenus. Le 27 avril dernier, assis devant la télévision, ils ont entendu José María Aznar, grand vainqueur des élections législatives du 12 mars 2000, prononcer le nom d’Anna María Birulés y Bertrán dans la composition de son nouveau gouvernement. Contre toute attente, le Premier ministre espagnol a confié à cette femme, inconnue du grand public, le ministère flambant neuf des Sciences et Technologies (ex-ministère de l’Industrie). Depuis lors, Anna Birulés est responsable, entre autres, des télécommunications et de l’Internet en Espagne.

La bête noire de Telefónica

L’aventure ne l’effraie pas. Tout au long de sa carrière, cette Catalane de 46 ans, née à Girona (Catalogne), s’est imposé comme une briseuse de barrières. Ainsi, en prenant en 1997 la direction de Retevisión, opérateur privé de télécommunications, Anna Birulés, l’une des premières femmes du pays à occuper un tel poste, a dû ferrailler contre le machisme des dirigeants des grandes entreprises espagnoles. Ensuite, elle s’est attaqué avec succès au monopole de Telefónica sur le marché du téléphone fixe. Anna Birulés est alors devenue la bête noire de Juan Villalonga, le très médiatique patron de l’opérateur public privatisé en 1997, "ami de 30 ans" de José María Aznar. "Je serai toujours contre M. Villalonga", aime-t-elle à répéter.

Passage dans le privé

Cette inimitié affichée n’est sans doute pas étrangère à sa nomination à la tête de la politique technologique du pays. Roué, José María Aznar (par ailleurs proche de Telefónica) s’est offert à bon compte un gage de pluralité. Mais le chef du gouvernement sait aussi qu’il peut compter sur ses multiples compétences. Après un doctorat d’économie à Barcelone et un master à Berkeley, Anna Birulés a travaillé dix ans au sein du gouvernement autonome catalan, au département de l’industrie. Lassée par l’administration, elle passe ensuite au privé, où elle occupe divers postes à responsabilités dans une importante banque de la région de Barcelone, et dans les télécommunications peu de temps après. Son arrivée à Retevisión en 1997 a été accueillie avec scepticisme. Mais elle a su gagner la confiance du petit monde ibérique des nouvelles technologies en mettant en place des initiatives innovatrices, telles que l’accès gratuit à Internet, la facturation détaillée à la seconde près et un tarif unique de connexion pour le week-end.

Caractère pointilleux

Exigeante envers elle-même, Anna l’est tout autant avec ses collaborateurs, qui redoutent son caractère pointilleux mais lui reconnaissent une grande capacité d’écoute. Une qualité qu’elle a pu mettre en pratique dès sa prise de fonction : l’Association des internautes espagnols (AUI) lui ayant demandé une première audience quelques minutes après l’annonce officielle de sa nomination. Et les sujets de conversations ne vont pas manquer (baisse des tarifs téléphoniques, accès à Internet pour tous, nouvelles licences de téléphonie mobile, etc.). Autant de thèmes qui vont faire l’actualité du ministère des Sciences et Technologies ces prochains mois.

Chemin difficile

La tâche ne sera pas aisée pour la nouvelle ministre. Outre l’hostilité de Telefónica, elle devra composer avec les dispositions du régime espagnol qui prévoit des mesures d’incompatibilité pour les hauts fonctionnaires : pendant deux ans, ils ne peuvent intervenir sur des thèmes dans lesquels ils avaient des intérêts avant leur nomination. Anna Birulés ne pourra ainsi rien décider ni même rien déclarer ayant un lien avec Retevisión et toutes ses filiales. Difficile d’imaginer qu’elle pourra aborder le problème des télécommunications sans toucher de près ou de loin au deuxième opérateur national. Une situation qui permet à José María Aznar de pouvoir se séparer d’elle sans trop de problème en cas de désaccord. Mais Anna Birulés n’est pas femme à se laisser faire.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse