27 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


1er/09/2003 • 11h52

En Angleterre, Greenpeace lance le débat sur les dangers des nanotechnologies

Face à la polémique, l’auteur du rapport de l’ONG se justifie

C’est dans un rapport de 72 pages publié fin juillet que la branche anglaise de Greenpeace dénonce les dangers des nanotechnologies. Intitulé "Technologie du futur, choix d’aujourd’hui", le dossier produit par l’ONG de défense de l’environnement dresse un état de l’art de ce secteur émergent. Ses auteurs évoquent les risques potentiels liés aux recherches en intelligence artificielle et en robotique menées dans ce domaine. Inquiets quant aux conséquences de certains produits issus des nanotechnologies sur l’environnement, ils réclament un moratoire sur les recherches sur les nanorobots. Très critique, cette nouvelle prise de position ravive le débat scientifique et éthique autour des recherches appliquées dans le domaine de l’infiniment petit.

Dans le secteur des nanotechnologies, les chercheurs travaillent à l’échelle de l’atome. De nombreuses applications sont d’ores et déjà envisagées : dans le domaine de l’informatique pour accélérer le fonctionnement des puces électroniques, dans celui de la médecine pour insérer des appareils de surveillance et de délivrance de médicaments dans le corps humain, dans celui de l’environnement pour lutter contre la pollution, dans les télécommunications...

Pour rédiger ce rapport, Doug Parr, responsable scientifique de Greenpeace, s’est basé sur les données collectées auprès du Collège impérial de Londres et du centre de recherche de Greenpeace Angleterre.

Les nanotubes de carbone en ligne de mire

La branche britannique de Greenpeace est la seule qui possède un tel centre de recherche. Fondé en 1982, le Greenpeace Environnemental Trust s’est entouré d’experts en biologie, chimie, toxicologie, géologie et écologie, soucieux de servir la recherche sur les dangers environnementaux. Loin de n’être qu’une sous-structure scientifique de Greenpeace, ce laboratoire possède des fonds supérieurs à 1 million d’euros par an et est doté d’une base de données extrêmement riche.

Principal point développé et dénoncé dans ce rapport : le risque de pollution que présentent les nanoparticules, accusées de pouvoir créer de nouveaux déchets non biodégradables.

Les nanoparticules sont produites lors de la fabrication de nanotubes de carbone. Composés de feuilles de carbone disposées en cylindre, ces nanotubes sont principalement utilisés en informatique. Ils renferment des particules de nickel, de cobalt ou de fer, et servent de support magnétique aux disques durs des ordinateurs. En médecine, des scientifiques envisagent d’installer des nanoélectrodes dans des organismes humains sans provoquer de réaction immunitaire.

"Les conséquences sur la santé et l’environnement, provoquées par le rejet de ces particules sont encore mal connues. Nous recommandons d’ailleurs un moratoire sur leur utilisation ", explique Doug Parr.

L’infiniment petit, à prendre avec des pincettes

Un moratoire qui ne fait pas l’unanimité. Le débat sur les nanotechnologies est déjà vif outre-Atlantique, outre-Manche et au Japon, où d’importantes aides financières sont allouées à ce secteur.

Aux Etats-Unis, la crainte que l’opinion publique perçoive mal ces innovations est prise très au sérieux. En France, la polémique est encore inexistante. "C’est un sujet que nous n’approchons actuellement que sur la pointe des pieds. Le débat est loin d’être aussi présent ici ", affirme la responsable de la communication de la section française de Greenpeace.

En Angleterre, le débat ne fait qu’émerger. Mais, dès l’apparition du rapport de Greenpeace, plusieurs spécialistes des nanotechnologies ont remis en cause ses conclusions. Le reproche évoqué le plus fréquemment concerne le manque de données scientifiques.

Pour Doug Parr, cette critique n’est pas fondée : "Notre rapport ne contient pas de données scientifiques récentes ? Non, bien sûr ! cela n’est n’était ni notre intention, ni notre rôle. Et je n’ai entendu aucune critique de le part des personnes qui ont compris cela !

Pour le militant de Greenpeace, ce rapport ne poursuivait qu’un but : informer le public sur un domaine scientifique émergent encore mal connu. "Nous avons commandé ce rapport à la suite de nombreux débats sur les nouvelles technologies que nous avons organisés avec le magazine New Scientist. Les membres de Greenpeace souhaitaient s’informer sur les nanotechnologies. Finalement, nous avons décidé de le rendre public car, à notre connaissance, il n’existait aucun autre document décrivant la situation dans ce secteur."

La guerre n’est pas déclarée

Et Doug Parr insiste : son rapport n’avait pas pour but de lancer une nouvelle polémique. "J’espère qu’il est clair que nous n’entrons pas en guerre contre les nanotechnologies. Ces techniques comportent beaucoup d’applications qui ne concernent en rien l’environnement et donc ne nous concernent pas. Nous espérons qu’elles apporteront de grandes avancées en matière d’économie ou de production d’énergie. Nous ne dénonçons que le risque des nanoparticules", souligne-t-il.

Concernant le moratoire, il se défend de vouloir jouer un quelconque rôle de lobbyiste auprès de son gouvernement. "Nous n’avons pas non plus l’intention de forcer les gouvernements à suivre notre avis sur un moratoire. Nous voulions stimuler le débat pour diriger les secteurs recherche et développement dans le meilleur senspossible... et nous continuerons à le faire."

Rapport de Greenpeace
http://www.greenpeace.org.uk/conten...

Tribune de Declan McCullagh, correspondant à Washington pour CNET.
http://news.com.com/2010-1071-50619...

Article de Transfert.net sur le financement des nanotechnologies.
http://www.transfert.net/a8660

Rapport parlementaire
http://www.senat.fr/rap/r02-138/r02...

 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse