16 11 2018
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


13/05/2003 • 19h14

En 2004, tout Paris en Wi-Fi

Cap Gemini, Cisco et la Ratp préparent l’installation d’un réseau sans fil qui couvrira toute la capitale

Paris pourrait devenir la première métropole entièrement couverte par un réseau "Wi-Fi" de connexion à internet par radio "au plus tard en septembre 2004", déclare Jean-Paul Figer, directeur de la technologie chez Cap Gemini Ernst&Young. Baptisé "Wixos", ce projet de réseau à haut débit sans fil est mené en partenariat par Cap Gemini Ernst Young, Cisco et la RATP (Régie autonome des transports parisiens).

Un réseau opportuniste

La mise en place du projet Wixos devrait coûter entre 3 et 6 millions d’euros, d’après Jean-Paul Figer. Ce coût d’équipement est relativement peu élevé : les futurs émetteurs Wi-Fi seront alimentés en données par le câblage en fibre optique dont dispose déjà la RATP. Pour offrir une couverture complète de la ville, il ne restera plus qu’à installer deux ou trois antennes radio à l’extérieur de chacune des 372 stations du métro parisien. Toutefois, selon Jean-Paul Figer, le réseau sera déployé "dans une logique opportuniste" : ses dimensions finales "seront fonction de l’importance de la demande", dit-il.

La phase de test a commencé le 1er avril dernier, avec la couverture en Wi-Fi du parcours de la ligne de bus n°38, qui va de la porte d’Orléans à la gare du Nord. Plus d’un millier de personnes se sont déjà inscrites pour tester la qualité de la connexion. Elles bénéficieront d’un accès gratuit au réseau jusqu’au 30 juin prochain.

Clients et usages encore inconnus

Les tests techniques et commerciaux se poursuivront jusqu’en juin 2004, annonce la RATP. Jean-Paul Figer déclare : "Avant cette date, nous devrions avoir cerné les besoins de notre future clientèle, et donc la taille et la densité du réseau que nous allons mettre en place."

Les usages qu’entraînera la couverture de Paris par le premier réseau sans fil et haut débit de cette importance sont encore flous. "C’est un peu comme quand internet a commencé il y a dix ans, s’enorgueillit Figer, difficile de prévoir exactement la façon dont les gens voudront l’utiliser."

Cap Gemini, la société de conseil en informatique à l’origine du projet Wixos, vise avant tout une clientèle mobile et professionnelle. Taxis, autobus, sociétés de livraison, de ramassage d’ordures, déménageurs, etc : autant de clients potentiels "qui pourront gérer leurs flux en temps réel, à haut débit et à des coûts bien inférieurs à ceux nécessaires au déploiement d’un réseau propriétaire", assure Jean-Paul Figer.

Le partenariat entre Cap Gemini, Cisco et la RATP ne concerne que la mise en place et la maintenance du réseau. La fourniture d’accès internet sera prise en charge par d’autres sociétés privées. Huit ont manifesté leur intérêt, dont six publiquement : Club Internet, Bouygues Telecom, Tele2, TLC Mobile, Wifix et Wifi Spot.

Des connexions gratuites ?

Wixos n’impose pas de business model à ces sociétés. Selon Figer, "c’est à elles de voir comment elles veulent vendre le Wi-Fi". Les particuliers pourront, par exemple, bénéficier de l’accès au réseau sans fil dans le cadre d’un abonnement spécifique, ou bien en prenant une option supplémentaire sur leur abonnement au câble ou à l’ADSL. "Compte tenu du faible coût de mise en place des antennes relais, les prix devraient être très attractifs", promet le directeur de la technologie de Cap Gemini qui précise : "Pour l’instant, le prix plancher, c’est la gratuité."

Les sociétés qui collaborent autour du projet Wixos redoutent-elles la concurrence sauvage des bornes Wi-Fi des particuliers, dont les ondes qui débordent sur la voie publique permettent déjà de se connecter gratuitement à internet dans de nombreux endroits de la capitale ? "Non, dit Figer, parce que notre offre permettra d’accéder au réseau partout et sans interruption lors de ses déplacements, et surtout sans avoir à reconfigurer en permanence sa machine".

Si Cap Gemini et Cisco sont très enthousiastes et pressés de faire la publicité de Wixos, la RATP reste plus prudente. La Régie autonome préfère attendre la fin de la période de test, en juin 2004, pour confirmer ou infirmer la mise en place de la couverture de la capitale en Wi-Fi. A suivre, donc.

Le projet Wixos:
http://www.wixos.net
 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse