18 01 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


24/03/2001 • 16h16

DoubleClick travaille... doucement

Après la découverte d’un cheval de Troie sur son serveur, DoubleClick répond à Transfert, en toute quiétude. Malgré les bases de données personnelles qui restent accessibles, au premier venu.
C’est quoi Doubleclick ?

Big Brother ? Oui, mais en toute légalité

par Jean-Marc Manach

.

DoubleClick avait, l’an dernier, déclenché l’ire du Net après avoir annoncé qu’elle comptait fusionner sa base de données avec celle d’Abacus, "la plus importante base de donnée propriétaire de marketing direct de la nation", aux 90 millions d’identifiants, qu’elle venait de racheter (DoubleClick lave plus blanc). Une plainte avait d’ailleurs été déposée. Elle s’est récemment soldée par un non-lieu, au motif que la société respectait sa propre charte de protection des données personnelles... Et DoubleClick a effectivement fusionné les deux bases de données. Mais sur le principe de l’opt-in, c’est-à-dire avec l’assentiment du consommateur, qui, s’il clique "", comme on l’y invite, accepte de recevoir des publi-informations "ciblées". Sauf que la majeure partie de ceux qui cliquent "là" ne saisissent pas forcément les subtilités de cet opt-in et ne savent probablement pas que les informations sont croisées. Par ailleurs, DoubleClick est l’un des principaux lobbyistes anti-privacy aux ...tats-Unis

Lire :Petits arrangements (lucratifs) avec la vie privée

À force de demander poliment, Doubleclick a fait parvenir une "réponse officielle" à nos questions sur l’état de sécurité de ses serveurs : "Nous nous efforçons actuellement de prendre les mesures nécessaires face à cette situation. Nous espérons que ce sera terminé la semaine prochaine. À ce moment-là, nous réaliserons les modifications nécessaires pour nous assurer que notre site est sécurisé."

Pas question de publier un communiqué sur cette affaire. "Vous êtes les seuls à avoir posé cette question. Nous y répondons. Rien de plus. Nous faisons un communiqué lorsque nous sortons un nouveau produit", explique Amy Shapiro, "Director of Global Communications" de Doubleclick. En somme, tout va bien. On s’interroge simplement sur le besoin éventuel de sécuriser "le site". Visiblement, Doubleclick ne semble pas inquiète.

Attitude intrigante

Pourtant, tout près de doubleclick.net, sur la même classe d’adresses (lire encadré), il y a des serveurs qui peuvent être piratés en un clin d’œil. Sachant que Doubleclick est sans doute l’entreprise qui collecte le plus d’informations personnelles sur les internautes et les stocke dans des bases de données (lire encadré), on pourrait s’attendre à un peu plus d’empressement pour réparer les failles découvertes par d’autres. Il est étonnant de constater que les serveurs de Doubleclick présentent des bugs vieux de respectivement deux ans, un an et cinq mois. Comme si personne dans cette entreprise ne prenait soin d’appliquer les correctifs émis par Microsoft. Une attitude qui intrigue – et le mot est faible – tous les experts en sécurité informatique contactés par Transfert. Dès lors, comment croire sur parole Doubleclick, alors que l’entreprise explique disposer d’un environnement tout à fait sécurisé et que les serveurs publics sont "purement corporate", déconnectés de "l’environnement de production".

Prenons un exemple simple : le serveur abacusonline.doubleclick.net permet à ses abonnés d’interroger la base de données Abacus qui fiche les consommateurs américains. Un défaut non corrigé du serveur permet de voir le login et le mot de passe de connexion à la base de données gérant ceux des clients d’Abacus. Bilan des courses, il est probable qu’un vilain pirate puisse rapatrier cette base de données. Il saura alors quels sont les clients d’Abacus. Et pourra interroger la base à leur place. C’est peut-être "déconnecté de l’environnement de production", mais ça marche pas mal quand même dans le genre piratage…

Méchant petit script

Par ailleurs, il est possible de faire monter sur plusieurs serveurs de DoubleClick des logiciels permettant de récolter les logins et mots de passe des autres machines qui s’y connectent. Sachant qu’il y a, toujours sur la même classe d’adresses, des serveurs capables de gérer à distance une campagne de pub, peut-on totalement exclure un piratage de celles-ci ? Et, bien entendu, l’accès à des informations confidentielles ? DoubleClick a beau jeu de dire aujourd’hui qu’il ne se passe rien sur ses serveurs et que rien ne peut être fait à distance. À défaut de se mettre dans l’illégalité, il est effectivement impossible de prouver le contraire. Pourtant, il suffirait de lancer un petit script public diffusé par un expert en sécurité informatique (Roelof Temmingh) pour démontrer la faillibilité des serveurs de DoubleClick…

Comment ça marche les classes d’adresses ?

Lorsqu’un visiteur tape "www.doubleclick.net" dans son navigateur, le logiciel de surf interroge en fait un numéro de machine, l’adresse IP. Dans le cas de Doubleclick, les adresses changent régulièrement. Un particularisme. Lundi 25 mars, l’adresse de "www.doubleclick.net" était 199.95.206.201. Doubleclick dispose d’ordinateurs connectés au réseau Internet sur les adresses allant de 199.95.206.1 à 199.95.206.254. Il y a, sur des adresses proches de celle de doubleclick.net des serveurs à peine installés et, en tout état de cause, qui présentent des bugs importants et exploitables.
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse