16 09 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


27/06/2001 • 11h37

Dossier vidéo parano (8/9) : En ville , ces dispositifs n’ont aucun sens.(ITV)

archmag15
Spécialiste des questions sécuritaires, Alain Bauer prône un usage parcimonieux de la vidéosurveillance. Les théories icônoclastes du Grand Maître du Grand Orient de France font parfois bondir la gauche, sa famille politique

Son bureau ressemble à une cabine de bateau chamboulée par les flots. À ceci près que les bouquins, dossiers, papiers, jetés aux quatre coins de la pièce tiennent à peu près en pile. Ce n’est donc pas un navire, ce boyau vitré qui donne l’impression vertigineuse qu’on va s’écraser sans filet, quatre étages plus bas, sur le marbre du vaste hall d’accueil du bâtiment. «  Fascinant, non ? Je n’arrive pas à partir, je l’ai construit », énonce, d’une voix égale, Alain Bauer. Construit le CNIT de Paris-La Défense, lui ? Oui, il y a contribué dans une autre vie. Quand il n’était pas encore le Grand Maître du Grand Orient de France, l’obédience de gauche des francs-maçons. Quand il n’était pas encore ce spécialiste des problèmes de sécurité urbaine, pourvoyeur de diagnostics rémunérés pour villes en manque de tranquillité. Quand il n’avait pas encore créé ABS (Alain Bauer Associates, en toute simplicité), sa société.

En ce temps-là, Alain Bauer, 39 ans aujourd’hui, faisait un autre métier. Embauché par le promoteur de la Défense, il était chargé des problèmes de « contrôle interne  ». De l’Unef-ID, le syndicat étudiant creuset de la gauche non communiste, jusqu’au mouvement des jeunes rocardiens (dont il fut l’un des cofondateurs), ce juriste a, depuis son plus jeune âge, arpenté les coulisses de la politique. Jusqu’à se lancer dans la problématique sécuritaire, dans la foulée d’une mystérieuse mission qui l’amena à travailler aux ...tats-Unis au sein d’une entreprise spécialisée dans la simulation nucléaire.

L’homme est paradoxal. La gauche, qui a bâti son discours sur les failles urbaines autour de l’idée de prévention, a eu du mal à avaler les analyses de Bauer sur la montée de la violence. Alarmistes ou réalistes, selon l’endroit d’où on les entend. On lui reproche, de fait, une dérive droitière. Une tentative d’évangélisation sur la nécessaire fermeté du traitement de la délinquance. Et surtout un fameux livre (1), co-écrit avec Xavier Raufer, chercheur issu de l’extrême droite. Surveiller et punir, prêche-t-il. Ne pas tolérer les glissements sémantiques qui ont amené à rebaptiser « incivilités » certains actes de petite délinquance. Quand, enfin, dans un autre ouvrage, co-écrit cette fois avec le secrétaire général du syndicat des commissaires (2), il s’attaque à l’inanité de la gestion des effectifs policiers, la coupe est pleine.

À la tête de ABS, entreprise de « sûreté urbaine », il propose donc aux élus, aux bailleurs, aux collectivités locales, des études et des conseils en organisation de la sécurité des villes. Il faut lui rendre justice du fait qu’il n’a jamais considéré la vidéosurveillance comme une panacée en cette matière. Les 92 pages de la revue de presse reliée (sa vie, son œuvre : 1996-2001) qu’il remet à ses visiteurs en font foi... Interview.

À quoi sert la vidéo- surveillance urbaine ?

Ma position sur le sujet est : « C’est utile sur des objectifs précis, essentiellement sur le domaine autoroutier, les parkings et les voies où circulent des transports en commun. » En ville, ces dispositifs n’ont aucun sens ou alors rarement. En général, c’est pour des raisons politiques que les maires les adoptent, pas pour résoudre des problèmes de sûreté.

Vous en avez pourtant prescrit vous-même...

Sur la centaine de diagnostics urbains que j’ai réalisés, une dizaine seulement préconisaient des caméras, essentiellement dans l’environnement des transports. Comme dans le cadre du Contrat local de sécurité de Lille, pour le métro. Et pour ce qui concerne l’établissement public de la Défense, par exemple, il y en avait partout avant notre étude : on les a fait enlever...

A-t-on étudié l’impact des caméras sur les sites ?

Les Britanniques ont procédé à l’évaluation de ces dispositifs. Si la caméra est reliée à un service d’intervention, cela marche. Les caméras ne descendent pas toutes seules de leurs poteaux pour arrêter les voleurs avec leurs petits bras  ! Les Anglais ont aussi observé que les dispositifs vidéo entraînaient un déplacement de la délinquance. Les bandes se replient ailleurs, mais en plus petit nombre. Il y a une déperdition du fait de la migration. La vidéosurveillance, c’est comme le radium : ça peut donner le cancer ou ça peut guérir !

En France, la loi qui organise le contrôle par déclaration de ces équipements est-elle respectée ?

Les commissions départementales de vidéosurveillance instaurées par la loi de 1995-96 avaient jusqu’à la fin de l’année 1998 pour enregistrer les déclarations des installations. On estime à 150 000 le nombre de systèmes installés dans des lieux ouverts au public, mais seuls 40 000 ont été déclarés. Tous les autres sont donc illégaux. Quant aux systèmes nouveaux, 10 % - sur environ 30 000 - ont fait l’objet d’une déclaration.

Pourquoi continuent-ils de fonctionner ?

La véritable interrogation sur le sujet c’est : pourquoi l’...tat ne fait pas fermer les installations illégales ? Les commanditaires encourent, faut-il le rappeler, 300 000 francs d’amende d’après la loi. La réponse est que l’...tat ne peut s’y intéresser faute de moyens de contrôle dans les préfectures.... Or, la vidéosurveillance constitue une atteinte aux libertés individuelles. La loi a fixé un cadre, il faut s’y tenir.

Les diagnostics de sécurité, liés aux contrats locaux de sécurité (CLS), ont-ils fait exploser la vidéo ?

Il n’y a pas de relation entre les contrats locaux de sécurité institués et la vidéosurveillance. Si ça existe dans certaines villes, c’est que ça existait avant. La plupart du temps, les entreprises qui prescrivent de la vidéo urbaine sont, pour beaucoup, des vendeurs de caméras. Pour moi, cela pose un problème déontologique.

La tendance est-elle au « trop » ou au « trop peu » ?

On évalue à un million le nombre de caméras de vidéo- surveillance installées en France, à partir des chiffres des vendeurs. Ces dispositifs peuvent être dangereux  : aujourd’hui, la tendance est à leur embarquement à bord des bus. Cela va faire monter la violence. Les types mettront des cagoules ou organiseront des attaques à l’extérieur du véhicule !

(1) Violences et insécurité urbaines, Que sais-je ?, PUF, 2000 (2) Les polices en France, Que sais-je ?, PUF, 2001

 
Dans la même rubrique

16/09/2001 • 12h10

Vous avez dit 3 D ?

16/09/2001 • 12h02

La navigation à vue

15/09/2001 • 18h33

320 000 utilisateurs de napster

15/09/2001 • 18h32

Flash intime

15/09/2001 • 18h26

La béchamel de Guillaume
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse